Tourisme : La bonne gestion de l’environnement, une nouvelle exigence de compétitivité !





A côté de la bonne qualité des services et la diversification des produits, appuyée par une démarche promotionnelle très bien ciblée, les hôteliers tunisiens sont aujourd’hui appelés à faire preuve d’une bonne gestion des ressources énergétiques et environnementales. C’est que la gestion durable des ressources épuisables dans le milieu hôtelier tend à devenir un outil de marketing fondamental pour attirer une clientèle étrangère de plus en plus écolo-exigeante…


 


Tunis-Le Quotidien


La gestion environnementale semble commencer à intéresser les professionnels du domaine hôtelier en Tunisie. La mise à niveau environnementale, cette notion autour de laquelle on est convaincu, sur le marché touristique international, qu’elle constitue une exigence de première importance à même de devenir un outil de compétitivité qui mobilise de grands investissements, fait partie de tout un programme d’assistance technique élaboré par le Centre International de Technologie de l’Environnement de Tunis (CITET) au profit des hôtels.


Les interventions du CITET dans le cadre du programme d’assistance technique destinée aux entreprises hôtelières nationales ont été présentées au cours d’une journée d’information et de sensibilisation qui a eu lieu jeudi dernier dans un hôtel de la station balnéaire de Hammamet Sud.


Détaillés par M. Ahmed Harzi, expert du CITET, les points d’intervention du centre portent sur l’objectif principal d’aider les hôteliers à élaborer et mettre en action un dispositif de gestion environnementale durable. L’action porte, selon l’expert, sur un nombre d’aspects environnementaux. Il s’agit de la mise en œuvre d’un système de gestion durable des ressources qui se manifeste au niveau de la consommation de l’eau, des énergies, la gestion des déchets solides et liquides. «Le CITET met son expertise technique et logistique à la disposition des hôtels intéressés», a-t-il indiqué. Après un diagnostic préliminaire qui permet de faire une caractérisation quantitative et qualitative des rejets, le CITET accompagne l’entreprise hôtelière dans la mise en place d’un système de bonne gestion des ressources.


Parlant du management environnemental du secteur touristique, M. Raed Ayari, l’autre expert du CITET, a estimé que les professionnels hôteliers tunisiens sont de plus en plus confrontés à des tours-opérateurs qui exigent des services d’hébergement intégrant la composante environnementale. «Il est donc de l’intérêt absolu des hôtelier tunisiens de mettre en place un système de mise à niveau en ce sens», a-t-il souligné.


En ce qui concerne l’assistance accordée par le CITET dans ce domaine, M. Ayari a insisté sur «l’importance de l’adhésion des différents intervenants au niveau de l’hôtel pour l’établissement d’un calendrier d’intervention afin de pouvoir ensuite passer à l’élaboration d’un plan d’action qui sera accompagné par une évaluation intermédiaire».


Il faut souligner qu’après une évaluation finale au vu de laquelle l’assistance du CITET approuve que le processus de mise à niveau environnemental engagé a bel et bien atteint ses objectifs, l’hôtel obtient la certification ISO 14001.


Ce certificat, qui atteste une gestion durable de l’environnement au sein de l’hôtel et dans son environnement immédiat, est d’une importance telle qu’il «constitue un facteur qui attire la clientèle étrangère», a-t-on particulièrement noté.


Il y a lieu de souligner que dans le marché touristique national, qui est composé de 820 hôtels, seulement 5 sont aujourd’hui certifiés ISO 14001.


Ainsi, la Tunisie, qui est présente sur le marché mondial du tourisme depuis plus d’un demi-siècle, commence-t-elle à peine à faire ses premiers progrès dans le processus de la certification environnementale. Et l’adhésion des hôteliers dans cette démarche ne pourrait plus être considérée comme un choix d’autant plus que la destination Tunisie est plus que jamais mise à mal par la concurrence des pays comme le Maroc et l’Egypte. A côté de la bonne qualité des services et la diversification des produits, la valorisation de l’image de marque du tourisme tunisien dépend aujourd’hui aussi de la capacité des opérateurs à satisfaire des attentes spécifiques d’une clientèle écolo-exigeante.


Enfin, il demeure tout à fait légitime d’espérer amener tous les opérateurs hôteliers à adhérer à cette démarche environnementale. Surtout quand la volonté politique existe. C’est d’ailleurs ce qu’a exprimé M. Nadhir Hamada, ministre de l’Environnement et du Développement durable dans son allocution de clôture de la journée. Le ministre a souligné que «face aux mutations qui caractérisent la carte touristique internationale, la concurrence de plus en plus rude entre les destinations touristiques, qui génère de nouvelles exigences, la multiplication et la diversification des produits, le touriste est devenu beaucoup plus sensible aux concepts environnementaux (…) ce qui nous pousse à mieux promouvoir un produit touristique national adapté à cette nouvelle réalit黅

Hassen GHEDIRI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com