La voie du salut





La paralysie qui affecte, depuis de longues années, les rouages de l’UMA, n’empêche pas les structures professionnelles maghrébines de bouger et de faire preuve d’un dynamisme de bon aloi. Un dynamisme qui donne réellement du baume au cœur et suscite l’espoir, en attendant la concrétisation de l’idéal communautaire  maghrébin. C’est dans ce cadre que s’inscrit justement le séminaire, qui se tient depuis hier à Tunis à l’initiative de l’Union maghrébine des agriculteurs et qui porte sur un thème de la plus haute importance, à savoir «La complémentarité maghrébine dans le secteur des céréales». L’intérêt de cette manifestation n’est point à démontrer au moment où le monde subit les effets pervers d’une crise alimentaire, unique dans les annales de l’histoire, qui a généré une flambée spectaculaire des prix des produits agricoles. Les cours du blé, de l’orge et du maïs, notamment, ont littéralement explosé sur le marché international, faisant planer le spectre de la famine qui menace des millions de personnes particulièrement en Afrique et en Asie.


Les études spécialisées présentées au cours de cette rencontre nous apprennent, à cet effet, que la consommation annuelle du citoyen arabe en céréales  dans la région maghrébine se monte à 325 kg dont 158 kg de blé, soit le plus haut niveau du monde. Ces statistiques qui se passent de tout commentaire soulignent, en fait, l’urgence et le bien-fondé pour les pays maghrébins de mettre en place une stratégie complémentaire pour réaliser la sécurité alimentaire dans la région. Les pays maghrébins ont, en fait, tout intérêt à conjuguer leurs efforts et à entreprendre une action commune dans le domaine agricole, la plus à même de leur permettre d’assurer leur autosuffisance alimentaire.


Face aux aléas et aux vicissitudes d’une conjoncture internationale particulièrement difficile et instable et à l’heure des regroupements régionaux, la complémentarité économique constitue pour les pays maghrébins la seule voie passante et la condition sine que non pour se maintenir dans l’arène de la compétition mondiale.


La hausse sans précédent des prix des céréales est, en fait, un motif supplémentaire et non des moindres pour accélérer l’intégration économique des pays de la région. Une région qui dispose d’un potentiel agricole non négligeable, particulièrement en matière de superficies emblavables, qui offrent des perspectives de développement prometteuses moyennant une exploitation plus judicieuse.


La promotion de la culture des céréales et notamment le blé, désormais appelé et à juste titre «l’or vert», constitue, à bien des égards, un créneau porteur pour les pays maghrébins et un choix stratégique    majeur pour faire face à la flambée des cours et garantir aux peuples de la région la sécurité alimentaire.



Chokri  BACCOUCHE




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com