C.A.B. : L’attentisme qui nuit





Le CAB a été comme puni, pour n’avoir pas cru en ses chances, depuis le début du match face à l’EST.


Les hommes de Tlili ont plutôt cherché à bloquer l’EST dans ses points forts. En première période, ils n’ont presque rien tenté. Et ils doivent s’estimer heureux, s’ils ont atteint la pause avec un seul but encaissé. L’avant-centre, Kridène était isolé en attaque, le milieu de terrain composé de Baghouli, Ndaye, Gontassi et Bouzgarrou était occupé surtout par la couverture et l’axe central de la défense, privé de ses habituels titulaires, et qui était assez lourd à l’image de Bouazizi auteur d’une bourde qui a failli coûter cher à son club en seconde mi-temps.


Un léger mieux a été constaté après la pause, et le but de Kridène est venu redonner confiance à l’équipe qui a mieux carburé lors des dix dernières minutes avant de céder sur le coup franc de Chammam. Trop peu pour un ensemble qui a retrouvé la sérénité après les deux derniers bons résultats en championnat de la L1.


J.B.


 


Une élimination et beaucoup de regrets


La rencontre de Coupe ayant opposé le CAB à l’EST fut indécise jusqu’au bout. Pour preuve, les Cabistes ont égalisé à la (80’) et les Sang et Or ont marqué le but de la victoire à la (89’). D’autre part, cette partie s’est jouée sur des détails, tels que les coups de pied arrêtés qui ont fini par faire la différence, en faveur de l’Espérance.


Comme l’a si bien souligné l’entraîneur Mokhtar Tlili: «La formation qui a fait le moins de fautes a gagné». Nous partageons cet avis puisque la défense inédite du CAB avec Bouazizi et Mliki a peiné avant de retrouver un semblant d’entente et de cohésion.


Pour le coach des Cabistes: «Avec une défense remaniée, on devait tenir l’espace des vingt premières minutes pour nous porter plus vers l’avant mais le but de l’EST à la 17’ a chambardé nos plans».


Pour l’EST mieux en jambes, surtout lors de la première période, le duo Hammi-Zaïem fut omniprésent et il permit à l’ensemble de l’Espérance d’asseoir une supériorité logique qui aurait pu se concrétiser par plus d’un but.


Mais comme l’a affirmé Cabral: «Pour nous l’essentiel était le résultat pour continuer à travailler avec plus de sérénité».


Pour les Bizertins le fait de ne pas avoir osé et d’avoir joué avec un seul attaquant peut donner des regrets. En effet, quand les locaux sont sortis de leur carcan, ils ont énormément gêné la défense de l’EST.


L.OUAKAD




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com