Négociations sociales : L’UGTT souhaite l’arbitrage du gouvernement





L’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT) a interpellé le ministère des Affaires sociales au sujet du blocage des négociations sociales dans le secteur privé qu’elle impute à l’intransigeance des patrons.


Tunis-Le Quotidien


Le groupement du secteur privé relevant de l’UGTT a appelé dans un communiqué publié récemment le ministère des Affaires sociales à intervenir pour mettre fin au blocage des négociations sociales dans le secteur privé qui perdure depuis plus d’un mois. “Le ministère est appelé à renforcer son rôle lors du 7e round des négociations sociales afin d’éviter des tensions qui ne manqueront pas de se répercuter négativement sur le climat social général”, lit-on notamment dans le communiqué.


La centrale syndicale a par ailleurs imputé la responsabilité du blocage des négociations à l’Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (UTICA) et déploré le rejet catégorique de ses propositions relatives aux aspects réglementaires. “Les patrons ne se sont pas engagés à respecter les dispositions de la convention-cadre stipulant la mise en place de mécanismes pour assurer la stabilité de l’emploi et mettre un terme au trafic de la main-d’œuvre ainsi que la protection des responsables syndicaux”, a indiqué le communiqué.


La tension monte d’un cran


D’autre part, l’organisation syndicale a annoncé, pour la première fois, sa disposition à recourir à des activités revendicatives légitimes pour défendre le droit à un dialogue social sérieux à même de répondre aux attentes des salariés et d’instaurer des relations professionnelles saines dans le secteur privé.


Le 7e round des négociations sociales, dont la fin était initialement prévue le 30 juin, achoppe depuis plus d’un mois sur des questions d’ordre réglementaire. Il s’agit notamment de la protection du responsable syndical conformément aux dispositions de la convention numéro 135 de l’ONU , de la réservation de locaux aux syndicats au sein des entreprises et de la révision des conditions de titularisation.


En réaction à ces nouveaux rebondissements, l’UTICA a appelé, dans un communiqué publié lundi, l’organisation ouvrière à entamer les négociations sur les augmentations salariales en vue d’améliorer le pouvoir d’achat des citoyens parallèlement aux négociations sur les questions d’ordre réglementaire. D'autant plus que la Tunisie affronte, à l’instar des autres pays en développement, une conjoncture internationale maussade marquée par la flambée des prix des hydrocarbures et des denrées alimentaires de première nécessité.


W.K.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com