Contrôle de la pollution : Après Tunis, l’air de Sfax sous haute surveillance





L’action entreprise dans les quatre gouvernorats de Tunis par l’Agence Nationale de Protection de l’Environnement, dans le but de cartographier la qualité de l’air de la région, devrait s’élargir pour toucher d’autres villes. Et c’est la Capitale du Sud qui verra  son air mis sous surveillance…


Tunis-Le Quotidien


D’après les services de l’Agence Nationale de Protection de l’Environnement, les unités spécialisées dans la surveillance de la pollution atmosphérique se penchent actuellement sur l’élaboration d’une étude pour dresser la carte de la qualité de l’air dans la ville de Sfax.


Cette étude devrait être réalisée par l’ANPE en collaboration avec la Société de l’Aménagement de la Côte Nord de Sfax.


L’action qui est une composante du projet Taparura, destiné à dépolluer la côte nord de la ville, consiste en fait en l’installation d’environ 160 instruments de mesure des polluants dans l’atmosphère. Pour cela, des points précis seront identifiés à travers la ville pour l’installation des équipements d’analyse des polluants.


Les polluants, qui seront particulièrement mis sous surveillance, sont l’ozone, le dioxyde d’azote, le dioxyde de soufre et les composés organiques volatiles.


Les résultats, qui permettraient de définir les caractéristiques de la dispersion des polluants dans l’atmosphère, aideront à l’élaboration d’une cartographie de la qualité de l’air de la ville de Sfax.


La surveillance permettrait par ailleurs aux structures spécialisées d’intervenir en temps réel pour répondre aux urgences environnementales.


Il y a lieu de souligner enfin que la ville de Sfax, qui abrite une activité industrielle intense, est considérée comme l’une des agglomérations les plus touchées par les problèmes environnementaux et sanitaires dus aux émissions des polluants.


H.G.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com