Le SG de la fédération de la céréaliculture : Nous devons unir nos efforts pour concrétiser les décisions présidentielles





Les décisions présidentielles consacrées aux encouragements destinés à augmenter la production céréalière relèvent d’une importance particulière dans la mesure où elles interviennent dans une conjoncture caractérisée par une flambée des prix à l’échelle internationale. Le SG de la fédération de la céréaliculture, M. Hatem Hamzaoui, affirme que les agriculteurs se doivent d’unifier leurs efforts pour concrétiser les mesures présidentielles.


Tunis-Le Quotidien


L’autosuffisance dans le domaine de la céréaliculture constitue un thème d’une actualité brûlante. Tunis a accueilli récemment une rencontre maghrébine consacrée à ce thème. La rencontre coïncide avec une série de mesures présidentielles destinées à doper le secteur de la production et à encourager les agriculteurs à s’engager pleinement dans la réalisation de cet objectif fort ambitieux. Nous avons rencontré le SG de la fédération de la céréaliculture, M. Hatem Hamzaoui, qui a commenté la portée des décisions présidentielles sur l’avenir du secteur.


«Les récentes décisions présidentielles viennent au moment opportun pour assurer les conditions favorables à l’augmentation de la production céréalière en Tunisie. Ces mesures sont de nature à stimuler l’agriculteur et à l’encourager en vue d’opter pour les grandes cultures», dit-il. Et d’ajouter : «L’on sait qu’un certain nombre d’agriculteurs investissent dans des cultures plus rentables aux dépens des grandes cultures. Car dans les productions dans les périmètres irrigués une marge de gain est garantie en général. L’augmentation des surfaces permet également de garantir les semences, puisque d’une manière générale, l’agriculteur consacre une partie de sa production à ces semences. L’agriculteur supporte des coûts élevés et beaucoup de risques pour garantir la réussite de la production et ce malgré la stabilité des prix des semences sélectionnées à l’échelle nationale. Les prix des composantes de la production et du matériel sont de plus en plus élevés».


Comment peut-on augmenter les terres cultivables notamment celles destinées aux grandes cultures ? «Plusieurs techniques peuvent corriger les surfaces jusqu’alors inexploitables. Il est possible de procéder au drainage des zones constamment inondées par exemple», ajoute M. Hamzaoui.


L’on pourrait s’interroger sur la faisabilité de la concrétisation des mesures présidentielles. Notre interlocuteur estime que «les chiffres annoncés sont à notre portée d’autant plus que, en tant que représentant de la profession, je peux vous dire que les agriculteurs ne ménageront aucun effort pour la réussite de ce pari. Les motivations sont de taille. Nous devons unir nos efforts pour concrétiser les décisions présidentielles qui sont à notre portée».


De fil en aiguille, nous avons abordé la question de l’autosuffisance alimentaire à l’échelle maghrébine. Faut-il signaler que Tunis a accueilli ces derniers jours les présidents des quatre Unions des agriculteurs des pays du Maghreb pour débattre du thème de la complémentarité pour la réalisation de l’autosuffisance alimentaire. A ce propos notre interlocuteur estime que «l’adhésion à des groupements régionaux constitue aujourd’hui une nécessité absolue. L’Union maghrébine constitue de ce fait l’espace adéquat pour la réalisation d’objectifs communs dans le cadre des intérêts partagés».


Lotfi TOUATI


____________________


Une moyenne de 17 millions de quintaux


La production moyenne annuelle durant les dix dernières années est de 17 millions de quintaux. Durant la saison agricole écoulée, la production a atteint les 16 millions de quintaux alors que le pic de 29 millions de quintaux été enregistré en 2005.


_____________________


Les décisions présidentielles en chiffres


-Augmentation du nombre des périmètres irrigués consacrés aux grandes cultures à 120 mille hectares à l'horizon 2011 contre 80 mille hectares actuellement.


-Programme spécial pour la mise en valeur de 20 000 hectares dans le cadre de l'amélioration du rendement des terres consacrées aux céréales dans les plaines menacées de submersion à la suite des pluies saisonnières.


-la production de semences va être augmentée à 450 mille quintaux en 2011 contre 270 mille quintaux actuellement


- Exonération des activités de location des terres agricoles destinées à la céréaliculture des frais d'enregistrement et de la taxe sur le revenu, sur une période de trois ans.


- Encouragement de l'exploitation commune des terres agricoles, de manière à lutter contre le morcellement de la propriété et à préserver les terres consacrées aux grandes cultures.


- Augmentation de 40% de la prime d'investissement accordée aux coopératives, au titre de l'acquisition d'équipements agricoles et accessoires.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com