Irak : Calme précaire à Sadr City





Le Quotidien-Agences


Au moins onze personnes ont été tuées hier dans le nord-est de Bagdad, près du bastion chiite de Sadr City, par des tirs après l'explosion d'un engin piégé au passage d'une patrouille de la police irakienne et de l'armée américaine, a-t-on appris de sources de sécurité.


Pourtant, le mouvement de Moqtada Sadr a indiqué hier qu'il allait "continuer de coopérer" avec l'armée irakienne dans le bastion chiîte de Sadr City à Bagdad, où les militaires poursuivaient leur déploiement dans le calme.


"Comme nous l'avons fait auparavant, nous continuons de coopérer avec l'armée irakienne", a déclaré un porte-parole du leader chiîte Moqtada Sadr, Salah Obeïdi.


"Mais nous souhaitons que le déploiement  (des militaires irakiens) se fasse dans le respect des droits et de l'intégrité physique des habitants" de Sadr City, a réaffirmé Obeïdi, qui s'exprimait depuis la ville sainte chiîte de Najaf.


Le calme régnait hier matin dans Sadr City, au lendemain de l'entrée de l'armée irakienne en profondeur et sans incident dans cet immense faubourg populaire du nord-est de Bagdad, selon un correspondant de l'AFP.


Appuyés par des engins blindés, des militaires continuaient d'arriver dans le quartier pour prendre position dans les rues embouteillées où circulaient de nombreux passants.


Aucun incident majeur n'a été signalé pendant la nuit. Interrogées des sources médicales à Sadr City n'ont fait état d'aucune admission de blessés ou de victimes de violences au cours de la nuit.


Pour la première fois en huit semaines de combats, des troupes irakiennes ont pénétré mardi au cœur de Sadr City à Bagdad, sans rencontrer de résistance des miliciens de Moqtada Sadr qui y affrontaient les troupes américaines.


Cette opération, baptisée "Opération paix", s'est déroulée avec l'approbation du mouvement sadriste, en vertu d'un accord conclu le 10 mai pour mettre fin aux violences qui ont fait près d'un millier de morts et transformé en zone de guerre certains secteurs de cet immense faubourg populaire de deux millions d'habitants.


Les troupes irakiennes restaient jusqu'alors cantonnées dans le tiers sud du quartier, le long de la ligne de front séparant militaires américains et miliciens.


Hier matin, elles occupaient la moitié de Sadr City, et avaient progressé bien au-delà du haut mur de béton construit par les bulldozers américains pour gêner les mouvements des miliciens.


"Nous avons constaté de part et d'autre, du côté sadriste comme du côté du gouvernement, une volonté de régler les problèmes à Sadr City et d'appliquer pleinement" les termes de l'accord du 10 mai, s'est félicité Obeïdi.


"Mais nous voulons que l'armée soit neutre et qu'elle ne commette pas de violation", a-t-il également souligné.


L'armée américaine a affirmé ne pas avoir pris part à cette opération, "totalement planifiée et conduite par l'armée irakienne" selon le commandement américain.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com