USA-Présidentielles : Pour Obama c’est pratiquement fait





Le Quotidien-Agences  


Le prétendant démocrate à la Maison Blanche Barack Obama a revendiqué avoir franchi une "étape majeure" sur le chemin de l'investiture après les primaires organisées dans l'Oregon (nord-ouest) et le Kentucky (centre-est).


"Vous nous avez placés à portée de main de l'investiture démocrate pour la présidence des Etats-Unis", a lancé  Obama devant des milliers de partisans rassemblés dans l'Iowa (nord), le site de sa première victoire électorale le 3 janvier.


Le sénateur de l'Illinois a remporté la primaire de l'Oregon, tandis que sa rivale, Hillary Clinton a gagné haut la main celle du Kentucky. Grâce à sa victoire dans l'Oregon, et les délégués piochés dans le Kentucky, Obama est désormais assuré d'avoir la majorité absolue des délégués élus lors des primaires.


Il ne reste que trois consultations d'ici le 3 juin et Clinton n'est plus en mesure de rattraper le retard accumulé sur son rival au niveau des délégués élus.


Les partisans de Clinton, rassemblés à Louisville (Kentucky) avaient du mal à dissiper leur amertume, malgré la victoire éclatante de leur championne dans cet Etat. Mme Clinton a remporté le Kentucky avec 65% des voix contre 30% pour Obama.


Au terme des primaires dans le Kentucky et dans l'Oregon, il ne manque à Obama que 75 délégués, pour obtenir l'investiture démocrate, selon le site spécialisé indépendant RealClearPolitics.


Obama est crédité au total de 1.951 délégués. Il en faut 2.026 pour décrocher l'investiture.


Il reste au total 86 délégués à attribuer lors des primaires de Porto Rico (le 1er juin) et du Montana et du Dakota du Sud (le 3 juin).


Le choix des "super délégués", des cadres et élus du parti, libres d'endosser le candidat de leur choix, sera déterminant dans le choix du candidat. 213 "super délégués" (sur environ 800) demeurent indécis.


Dans son discours de victoire dans l'Iowa, entouré de sa femme Michelle et de ses filles Malia et Sasha, radieuses, Obama a rendu un hommage appuyé à Clinton avant de donner le ton de son affrontement attendu contre le républicain John McCain pour la présidentielle de novembre. "Le camp adverse sait qu'ils ont embrassé les politiques d'hier, et donc ils vont aussi embrasser les tactiques d'hier (...) jouer sur nos peurs et nos doutes et nos divisions, pour nous détourner de ce qui compte, pour vous et votre avenir", a dit Obama.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com