Face à la hausse du prix de pétrole !





Ne nous voilons pas la face ! Les implications sur nos ressources budgétaires du prix de baril de pétrole caracolant au-dessus des 130 dollars ne peuvent être éludées. Ce n’est pas conjoncturel, mais une tendance quasi certaine et nous devons nous dire la vérité telle quelle et agir en conséquence sur trois niveaux :


— Sur l’immédiat qui relève de l’urgence


— Sur le moyen terme


— Sur l’avenir


D’abord, il faut comprendre que cette tendance est irréversible car nous n’avons pas seulement à composer avec le déclin progressif de toutes les ressources pétrolières de la planète. Les taux de développement extraordinaires de l’Inde et de la Chine enflamment outrageusement la consommation, de nombreuses régions pourtant riches en hydrocarbures (Europe Centrale et Amérique Latine notamment) ont des installations en piteux état, nous n’avons pas assez de tankers pour véhiculer le brut, ni assez de capacité de raffinage pour répondre à la demande… C’est dire si l’espérance qu’une augmentation de la production des pays membres de l’OPEP rassérène le marché est vaine. Une goutte d’eau dans l’océan… un epsilon insignifiant !


Dans ces conditions, notre mobilisation devra s’installer dans la durée. Et à un rythme bien plus rapide que ce à quoi nous nous sommes attelés depuis des années. Nous voulons parler de la maîtrise d’énergie, des énergies renouvelables et du nucléaire.


Ce sont nos trois niveaux d’action dans l’immédiat, c’est-à-dire ce qui relève de l’urgence, c’est sur la promotion tous azimuts de la maîtrise d’énergie que nous devons nous concentrer, convaincre chacun et chaque institution que nos gestes quotidiens peuvent influer de manière radicale sur notre facture si nous le faisons avec sincérité et patriotisme. Dans le même temps, nous devons préciser nos intentions sur le moyen terme et continuer donc à planter les graines de tout ce qui devra être notre déploiement dans le domaine des énergies renouvelables. C’est également à partir d’aujourd’hui que nous avons le devoir de considérer, avec un grand sens de la responsabilité, cet avenir où le pétrole sera ou bien démesurément cher ou bien carrément inexistant et où le nucléaire aura une place capitale.


C’est notre modèle économique tout entier que nous avons à redéfinir et à préparer dès à présent. Nous devons comprendre que nous n’avons pas d’autre perspective que de nous engager dans l’innovation et dans la génération de nouveaux comportements.


Manoubi AKROUT


manoubi.akrout@planet.tn




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com