Adhésion à l’UE : La Turquie met la France en garde





Le Quotidien-Agences


La Turquie avertit la France que le maintien de l'opposition de Paris à son adhésion pleine et entière à l'Union européenne risque de faire dérailler le processus de réformes démocratiques.


Le conseil d'association entre l'Union européenne et la Turquie a pu avoir lieu  après que la France a renoncé à supprimer des documents préparatoires à la réunion la référence à l'adhésion afin d'éviter une crise avec Ankara.


Le ministre turc des Affaires étrangères, Ali Babacan, avait menacé de boycotter la rencontre avec son homologue slovène Dimitrij Rupel, dont le pays préside actuellement l'UE, et le commissaire à l'Elargissement, Olli Rehn, si cet objectif n'y figurait pas en toutes lettres.


Le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes, Jean-Pierre Jouyet, s'est expliqué devant quelques journalistes de ce changement d'attitude, la France s'étant jusqu'à présent opposée avec succès - et souvent de haute lutte - à la mention de l'objectif final de l'adhésion.


"Nous ne faisons pas de liturgie dans les documents", a-t-il déclaré en ne cachant pas que la proximité de la présidence française de l'UE, au second semestre de 2008, obligeait Paris à une attitude "impartiale, équitable et équilibrée".


Pour autant, a-t-il ajouté, la position de fond de la France n'a pas changé: Nicolas Sarkozy maintient que la Turquie n'a "pas sa place en Europe" et qu'il s'opposera à l'ouverture de chapitres de la négociation entamée en 2005 qui mènent à l'adhésion, comme l'Union économique et monétaire.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com