Meurtre de l’enseignante à Tinja: Le fiancé passe aux aveux, mais les motifs restent un mystère






Tunis — Le Quotidien


Finalement, le mystère est levé sur l’affaire relative au meurtre de l’enseignante survenu à Tinja (Gouvernorat de Bizerte) au mois d’octobre 2007. Son bourreau n’est autre que son fiancé qui a avoué les faits avant de procéder à la reconstitution de son crime en milieu de semaine. Une question demeure, toutefois, sans réponse, en l’occurrence pourquoi avait-il accompli cet acte abominable ?...


En présence d’un juge d’instruction relevant du tribunal de Bizerte, des agents de la police judiciaire et des membres de la famille de la victime, le meurtrier de sa fiancé a procédé en milieu de semaine à la reconstitution de son crime.


Sous les yeux du magistrat instructeur, le jeune homme, âgé de trente cinq ans et fonctionnaire de son état, s’est installé derrière le volant de sa voiture garée au beau milieu des arbres dans cette forêt située à Sidi Hassoune, un village relevant de la délégation de Tinja là où, par ce mois d’octobre de l’an 2007, le meurtre avait eu lieu.


Une fonctionnaire de la police nationale a joué, lors de cette reconstitution, le rôle de la victime, une certaine «Jamila», âgée de trente deux ans et enseignante de son état.


Le meurtrier commença à discuter avec sa fiancée. Et à un certain moment, le ton monta d’un cran.


Le tueur tira une arme blanche et visa la cage thoracique de sa promise. La blessure était plus grave qu’on pouvait l’imaginer. La jeune fille rendit l’âme sur le coup.


Pris de panique dans un premier temps, le fiancé retrouva, rapidement, son calme. Il quitta alors sa voiture et à l’aide d’une manivelle, il brisa les vitres avant d’endommager le capot et les feux avant du véhicule.


 


Un scénario diabolique


Conscient de la gravité de son acte, le fiancé mit au point un plan diabolique afin d’éloigner les soupçons.


Il courut, ainsi, vers le village et demanda de l’aide aux paysans. Il prétendit, alors, que des inconnus l’ont attaqué l’obligeant à leur remettre sa fiancée. Les assaillants n’ont pas hésité à endommager la voiture et blesser la jeune fille. En se rendant sur les lieux, les villageois découvrirent que la fiancée avait été tuée. Il faut dire, qu’à l’époque, tout le monde avait cru à cette histoire montée de toutes pièces par le fiancé.


Toujours est-il que l’enquête, menée par les agents des brigades de recherches et des investigations relevant du commissariat de la garde nationale de Bizerte, a permis d’identifier le vrai meurtrier. Coup de théâtre, il s’agit, en effet, du fiancé lui-même.


Justement, après avoir arrêté plusieurs suspects, les enquêteurs ont continué à surveiller le fiancé qui est retourné sur le lieu de son crime pour chercher l’arme dont il s’était servi pour tuer la victime. Face à cette lourde et irréfutable preuve, le fiancé est passé aux aveux déclarant avoir poignardé sa fiancée à l’aide d’un couteau suite à une violente dispute.


Une question demeure, toutefois, sans réponse, celle de savoir pourquoi il avait commis ce meurtre. Malheureusement rien n’a filtré à ce sujet. Mais des rumeurs ont circulé dans la région parlant d’une histoire de virginité...


 

H.M.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com