Tunisie – Burkina Faso : Un statut à confirmer






Les Aigles de Carthage vont retrouver tout à l’heure la compétition officielle en engageant les éliminatoires du Mondial et de la CAN 2010. Les débuts n’auront rien de fameux ni d’exceptionnel avec un groupe où la Tunisie ne devrait pas souffrir pour le dominer.


 


 


Bien entendu, face au Burkina Faso, les Seychelles et Burundi, trois adversaires de second et de troisième rang en Afrique, la Tunisie part évidemment en grand favori. Les joueurs et le staff technique doivent en être conscients, mais ils ne leur sera pas permis de penser que la qualification au second tour est dans la poche.


Un favori doit prouver sa supériorité sur le terrain et les Tunisiens auront l’occasion, ce soir, de confirmer leur statut avec une victoire convaincante face au Burkina Faso. Il s’agira de l’un des derniers matches du staff technique actuel et Roger Lemerre n’a pas cessé de laisser entendre qu’il désire sortir par la grande porte avec, au compteur, douze points en quatre matches. Avec son sérieux coutumier, il saura passer ce message à ses joueurs qui, eux, n’en seront pas à leurs derniers matches et auront à préparer le chemin pour un prochain tour difficile et plus animé.


 


De belles solutions de rechange


Lemerre et Maâloul ont innové en annonçant la liste des joueurs convoqués en faisant appel à de nouveaux venus (Darragi, Mouihbi, Essifi…), mais l’ossature de l’équipe demeure la même et les lieutenants sont toujours là pour encadrer les jeunes talents. Jaïdi, le capitaine, est bien présent avec Mnari, Ben Saâda et d’autres anciens. Il y aura les nouveaux titulaires qui ont commencé à s’imposer et à imposer le respect à l’image de Kasraoui, Zouaghi, Belaïd, Jomaâ, Felhi et à un degré moindre Chermiti, Frej, Mikari, Bekri et Ben Dhifallah qui ont déjà débuté à la CAN 2008. C’est parmi ce groupe que le sélectionneur ira chercher son onze titulaire d’autant plus qu’il ne pourra pas compter sur quelques valeurs sûres qui ne seront pas là pour diverses raisons: Dos Santos et Nafti en manque de compétition, Hagui, Chikhaoui et Zaïem blessés et indisponibles.


Face au Burkina Faso, un adversaire pas vraiment redoutable mais plein d’ambitions, il va falloir le prendre très au sérieux. Certes, le football burkinabé a régressé depuis une certaine CAN 98, mais il s’agira de l’adversaire le plus tenace du groupe et il compte s’accrocher au maximum pour arracher un billet pour le second tour. Aujourd’hui, à Radès, le Onze national doit savoir dompter son principal concurrent dès ce premier match pour enchaîner avec le même allant. Roger Lemerre et Nabil Maâloul en sont conscients et ils comptent aligner la meilleure formation possible du moment. La priorité sera accordée aux plus expérimentés et on verra Kasraoui dans les bois derrière une défense composée de Jaïdi et Felhi dans l’axe ainsi que Frej et Mikari sur les flancs. Sur le papier, cette ligne défensive possède de très bons atouts malgré l’absence de Hagui et nous attendons déjà une confrontation de certains défenseurs qui ont prouvé qu’ils ont du talent et qu’ils sont capables de s’imposer au plus haut niveau. A l’entrejeu, il s’agira d’un casse-tête pour le sélectionneur en l’absence de Nafti, Chikhaoui et Zaïem, mais il n’en fait pas un grand souci car de belles solutions de rechange sont là et d’autre joueurs, aussi talentueux qu’ambitieux, ne demandent qu’à être alignés.


A ce niveau, Lemerre peut même compter sur des éléments qui ont déjà fait leurs preuves tels Mnari, Zouaghi, Belaïd et probablement Mouihbi, un joueur polyvalent qui peut occuper le flanc droit de l’attaque et permuter avec les avants. Tout dépendra de la tactique du sélectionneur, mais les solutions seront toujours là pour pallier à toute éventuelle mauvaise surprise.


 


Formation probable


Kasraoui, Frej, Mikari, Jaïdi, Felhi, Zouaghi, Mnari, Belaïd, Mouihbi, Jemaâ, Ben Dhifallah.


 


Kamel ZAÏEM


 


____________________


 


* Rétro : Trois face-à-face


 


Trois rencontres seulement entre la Tunisie et le Burkina Faso. Deux en amical datant de 1995 et une à titre officiel remontant à 1998, à l’occasion de la CAN organisée au Burkina Faso.


Les deux premières sans enjeu se sont soldées par un nul (2-2) et une large victoire tunisienne (3-0) tandis que la troisième confrontation de 1998 s’est achevée par un score de parité (1-1) mais comme c’était un match des quarts de finale, on a eu recours aux tirs au but et c’est par (8-7) que les Burkinabés se sont qualifiés au grand dam des protégés de Kasperczak qui avaient pour recours entre autres Boumnijel, Sami Trabelsi, Bouazizi, Baya, Badra, Ghodhbène et Gabsi auteur de but égalisateur (87’) avant la mésaventure des tirs au but (Coups ratés par Chihi, Baya et Sami Trabelsi).


 

A.D.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com