Consultation sur l’emploi : Les statistiques d’entreprise, un talon d’Achille !





Le Conseil national de la statistique (CNS) le reconnaît : nos statistiques coté entreprises sont dans un tel état qu’elles constituent l’une des faiblesses principales de notre système d’information sur le marché du travail. La Consultation nationale sur l’emploi sera-t-elle un levier pour la remise des compteurs à zéro ? Le problème est-il uniquement une question de ‘‘moyens’’ ?


Tunis-Le Quotidien


Le constat fait froid dans le dos. Car, pour prendre les bonnes décisions et pour orienter nos ressources vers la plus grande efficience possible, nous avons vitalement besoin de données statistiques dynamiques, ‘‘up to date’’, détaillées et très précises. Et, aujourd’hui, notre système global de statistiques a beau avoir réellement évolué au cours des vingt dernières années, il est encore très loin de la ‘‘trimestrisation’’ qui est devenue la règle chez nos partenaires du Nord.


Le constat est le même auprès de l’entreprise, il faut dire ‘‘un peu du henné et un peu de la douceur des mains’’, comme dit l’adage tunisien. Une étude du CNS sur les principales faiblesses du système actuel d’information statistique sur l’emploi et le marché du travail annonce ainsi la réalité suivante : les enquêtes auprès des entreprises enregistrent des taux de non-réponse, relativement importants (entre 30 et 35 %). Le tiers, vous imaginez ? Alors que nous savons pertinemment que cette nonchalance pourrait entraver le redressement des échantillons et l’extrapolation des résultats. Et le verdict est clair : l’amélioration de la qualité des enquêtes sur le marché du travail est tributaire de l’amélioration et de la mise à jour continue du Répertoire national des entreprises (RNE) qui est la base de sondage. D’où la nécessité d’étendre le Répertoire RNE au niveau Etablissement et de l’utiliser systématiquement pour les statistiques ‘‘Emplois-Entreprises’’. Une opération particulièrement nécessaire pour le développement des statistiques régionales de l’emploi.


On se demande également pour quelle raison nous n’exploiterions pas plus intensivement la Base de données ‘’Entreprises Industrielles de 10 emplois et plus’’ de l’Agence de promotion de l’industrie ? Dans le même esprit, pourquoi nous n’utilisons pas mieux les enquêtes existantes (par exemple les enquêtes annuelles ‘‘Entreprises’’ de l’Institut national des statistiques qui comportent d’ailleurs un module ‘‘Emploi’’ sous-exploité ? Pourquoi ne menons-nous pas une confrontation annuelle des statistiques et des études sur les entreprises industrielles ?


En gros, nous avons deux défis immédiats. Primo, nous devrions nous investir dans la construction d’une meilleure connaissance de la création d’entreprises et, par conséquent, de la création d’emplois. Secundo, nous atteler courageusement à rejoindre les standards de nos partenaires européens en matière de statistiques ; c'est-à-dire la préparation d’une nouvelle fréquence, cette fois trimestrielle de nos enquêtes.


Et si notre problème se résume vraiment à des questions de moyens, il faut savoir que l’Union Européenne (mais aussi les grandes banques de développement) ont des programmes d’aide à l’amélioration des systèmes statistiques pour les pays comme la Tunisie.


Manoubi AKROUT


manoubi.akrout@planet.tn




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com