Biennale méditerranéenne des arts : Ecume de la mémoire, de l’art… et de la volonté





Dans le somptueux palais Kheireddine, au cœur de la Médina, Mme Fatma Ben Becher, présidente de l’ECUME, a levé le voile sur le programme de la 5e Biennale méditerranéenne des arts de la ville de Tunis qui sera organisée à partir de demain et jusqu’au 12 juillet.


Fidèle à une tradition qui s’est instaurée depuis un bon bout de temps, le palais Kheireddine accueillera la 5e édition de la Biennale méditerranéenne des arts de la ville, organisée comme toujours par l’Association des échanges culturels en Méditerranée. C’est autour «D’air et de vent» - le thème de cette édition – qu’organisateurs et journalistes se sont réunis dans l’enceinte du palais pour débattre du programme de cette biennale. «Cette manifestation s’inscrit bien dans la philosophie de l’Association qui tente de renforcer les échanges entre les villes de deux rives de la Méditerranée et d’encourager toutes les expressions artistiques», a noté Mme Ben Becher qui était accompagnée de Mme Najet Fakhfakh, représentante de la section des affaires culturelles à la Municipalité de Tunis et Mme Souad Mahbouli, la directrice du musée de la ville de Tunis (palais Kheireddine). Et d’ajouter «Cette biennale se veut un panorama de différentes expériences menées par les artistes de deux rives de la Méditerranée puisque nous tenons toujours à inviter des artistes confirmés qui parrainent les jeunes talents. Alors, l’exposition ouvrira les ponts du dialogue entre les différentes générations d’artistes. Et c’est très important pour nous en tant qu’association».


Dans cet esprit, l’actuelle édition de la biennale sera lancée demain, à partir de 19h00, au palais Kheireddine sous le thème «D’air et de vent». Un thème qui vient compléter la série des thématiques des précédentes éditions, à savoir l’eau, la terre et le feu et qui verra la participation d’un grand nombre d’artistes venus d’Alexandrie, Lisbonne, Tirana, Bordeaux, Cologne, Gênes, Sevilla, Istanbul, Beyrouth, Alger, Damas, Marseille, Bagdad, Athènes, Tanger, Marseille et Tunis. Cette exposition ne sera pas le seul axe de la biennale car d’autres activités sont sur le programme de cette édition. Après le concert donné hier par l’ensemble «Ranin» au palais Ennejma Ezzahra à Sidi Bou Saïd, les invités de cette session sont conviés à savourer le charme ancestral de la Médina, Carthage et Sidi Bou Saïd, à découvrir l’atelier de verre soufflé de Sadika Keskes, situé au bord de la mer à Gammarth, et une visite de la galerie «Le violon bleu» qui permettra aux artistes de se faire une «petite» idée sur le paysage pictural tunisien. La grande surprise de la 5e biennale sera la réalisation d’une toile géante - une sorte du patchwork - qui gardera les empreintes des artistes présents. «Ces rencontres sont très importantes pour instaurer un vrai dialogue surtout en ce qui touche l’art contemporain en évolution continue» a souligné l’artiste bordelaise, Orianne Danel, qui a tenu à assister à cette conférence avec son concitoyen Thierry Michelet.


Une foule d’artistes tunisiens sera de la fête avec diverses expériences. Sadika Keskes, Kaouther Dargouth, Mourad Harbaoui, Raja Bouhamed, Houda Ajili, Wadiî M’hiri, Meriem Bouderbala, Nicen Ksontini, Yousra Bouhlel, Mohamed Ayeb, Anis Mili, Marianne Katzaras, Fethi Zbidi, Amel Bouslama, Mohamed Fnina et Mouna Mkaouar offriront aux visiteurs de l’exposition une bonne idée sur le mouvement artistique tunisien.


D’autres projets pour ECUME ? Certainement ! Car, lors de cette conférence, Mme Fatma Ben Becher a indiqué que l’Association discute avec Syhem Belkhoja la possibilité d’organiser des rencontres chorégraphiques. «Nous attendons la confirmation de l’Union Européenne pour une grande manifestation qui traitera de l’influence de la musique arabo-andalouse sur la musique européenne et le chant des troubadours» a-t-elle noté en remerciant tous les partenaires, la Biennale méditerranéenne des arts de la ville comme la municipalité de Tunis, le ministère de la Culture et de la Sauvegarde du patrimoine, Carthage Tour, Simpact, IRM, l’Institut Français de Coopération (IFC), l’Institut Goethe et l’Institut Culturel Italien. 


«D’air et de vent», une exposition à découvrir au Palais Kheireddine, à la Médina, jusqu’au 12 juillet.


Imen ABDERRAHMANI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com