E.N. : La responsabilité de la F.T.F. dans la passivité de Lemerre





Il est désormais de coutume d’accabler les techniciens de leur faire porter le chapeau surtout en cas de contre-performance comme c’était le cas à l’occasion du dernier Tunisie - Burkina Faso.


Lemerre avait sa part de responsabilité car tout compte fait, c’est lui qui choisit l’équipe, la stratégie à adopter, les changements à effectuer et il assume donc une part considérable de responsabilité, mais la question qu’on doit se poser: Lemerre avait-il les moyens d’assumer une si lourde responsabilité alors que tout le monde sait que dans trois semaines il ne sera plus là?


En effet, toute la question réside dans cette situation inconfortable pour les uns et les autres. Pour Lemerre et même si on ne doute pas un iota de son intégrité, son dévouement et son sens du devoir on ne peut négliger le fait qu’en pareil cas l’entraîneur se sent vulnérable étant donné qu’il est partant dans quelques jours donc l’enthousiasme n’est plus le même. D’autre part, un entraîneur partant n’a plus tout à fait les pleins pouvoirs du moins dans les pays du tiers monde.


Exemple: des joueurs n’ont plus le même respect pour leur timonier comme en témoigne l’attitude de Issam Jomâa, au moment de son changement, une attitude qui en dit long sur l’état d’esprit.


Il y a un an Jomâa n’aurait pas eu le même comportement vis-à-vis de son entraîneur, car il y a un an Lemerre l’aurait écarté et sans commentaire S.V.P.


Là, donc, c’est la responsabilité du Bureau fédéral qui a laissé traîner les choses et est pour beaucoup dans cette attitude passive de Lemerre.


Dans les pays développés on ne laisse jamais les choses sérieuses traîner.


A titre d’exemple et dans la plupart des cas, le successeur du sélectionneur est connu d’avance, généralement il œuvre de longues années durant à ses côtés et ainsi on garantit un changement dans la continuité, et mieux encore, on ne nuit pas à la bonne marche et la bonne ambiance au sein du groupe.


Alors saura-t-on retenir la leçon? Nous pour notre part on l’espère ardemment.


Mohamed Ali FERCHICHI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com