Les jeunes et les vacances d’été : Entre travail saisonnier… et farniente





Finis ou presque les examens et la paperasse pour la majorité des élèves ! Désormais, ils ne pensent qu’à faire le vide et à profiter de l’été. Ils rêvent d’avoir les pieds dans l’eau... Quel est justement le meilleur programme de vacances selon les jeunes ?


Tunis-Le Quotidien


La majorité des élèves et des étudiants savent approximativement où ils en sont côté examens. Ce qui les rendrait heureux à présent, c’est de plier bagages et de partir pour une station balnéaire pour respirer un peu d’air frais. Le programme idéal pour un jeune en vacances est de faire la grasse matinée, passer la journée à barboter et à s’ébattre dans l’eau. Le soir, ils repartent de plus belle pour élire domicile dans l’une de ces boîtes de nuit où ils auront «le diable au corps» jusqu’à l’aube. Dancing et frime sont les premiers mots d’ordre des soirées estivales juvéniles. Les plus sages peuvent se contenter de quelques jours de résidence dans un hôtel en compagnie de leur famille. Ils sont prêts à suivre le programme parental, l’essentiel c’est d’être à côté de la mer. Les autres veulent profiter des vacances d’été pour partir à l’aventure. Ce dont ils rêvent c’est de voyager pour découvrir d’autres sites et d’autres cieux. Et entre les uns et les autres, nombre de jeunes ne peuvent savourer les vacances d’été sans stationner à Hammamet, le site le plus vénéré par les jeunes… Mais d’autres encore comptent se mettre au travail cet été. Ils profitent de ces trois mois de trêve pour se lancer dans la vie active.


Bilel, étudiant de 20 ans, a finit ses exams. Le jeune homme a déjà établi son programme pour ces vacances d’été. «Je suis une personne très active. Je ne peux pas rester les bras croisés. L’on dit que le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt et je crois totalement à ce dicton. A vrai dire, je ne me sens pas vraiment en vacances. Je me suis déjà inscrit à un cours d’anglais. Je commencerais mon cycle de formation dans deux semaines. Je suis arrivé également à décrocher un entretien d’embauche pour un job durant le mois de juillet. Et dès lundi prochain, je vais suivre un stage de formation. Je peux donc dire que je ne vais pas avoir de vraies vacances. N’empêche que je ferai en sorte de me reposer un peu durant le mois d’août. Je ne sais pas encore où j’irai parce que cela dépendra de ce que je vais recevoir comme indemnité. Mais je vais tout de même m’inscrire dans une salle de sport et je compte aller à la plage. Le soir, j’irai sûrement à Hammamet ou au festival de Carthage. Je n’ai pas encore de programme précis. J’aime improviser et je laisserai les choses aller d’elles mêmes. Mais ce qui est sûr, je ne ferai pas de grasses matinées et je ne me contenterai pas des longues journées devant la télé ! Je suis actif et le farniente me tuera», dit-il.


Mohamed Khalil, 20 ans, partira chez sa tante à Grombalia. Ainsi, au moins, il sera à deux pas de Hammamet. Le jeune homme a d’ailleurs hâte d’y être. «Chaque été, toute ma famille se rend chez ma tante paternelle à Grombalia. Nous y restons deux ou trois semaines. Je trouve très agréable qu’on parte en famille. Nous avons tous besoin de nous changer les idées et d’oublier le stress et la monotonie. Toutefois, cela aura lieu au mois d’août. Mais pour les jours qui viennent, je compte travailler. En fait, mon père travaille dans une société qui embauche des saisonniers chaque été. Et depuis deux ans, je passe le mois de juillet à travailler. L’indemnité que je reçois me permet de passer d’agréables moments à Hammamet. Je peux aller dans une boîte de nuit, passer une journée dans un hôtel au bord de la piscine, me divertir quoi ! On a tous besoin de décompresser. Jeunes et adultes deviennent sujets au stress de nos jours. Il nous faut des vacances pour pouvoir respirer un peu surtout après une année d’études et le stress des examens», dit-il.


Hamed, 18 ans, essayera à son tour de décrocher un petit job. Le reste de l’été, il compte le passer par-ci et par-là. «Je me réveille tôt depuis une semaine. Je prends le journal et je passe les demandes d’emploi au peigne fin. Ensuite je me rends au centre ville et je fais le tour des boutiques, des cafés et restaurants. Il est probable que je tombe sur un demandeur d’employés. Je ne ferai pas la fine bouche, je suis prêt à faire n’importe quoi, l’essentiel c’est de trouver un job bien rémunéré. Si je veux me payer de vraies vacances, c’est à moi de me prendre en charge. Mes parents dépensent déjà beaucoup pour nos études, je ne vais pas leur en demander plus ! Si les choses vont se passer comme je le souhaite, je vais pouvoir louer une petite maison au bord de la mer avec mes amis à Rafraf. Il est toujours plus agréable de passer des vacances avec des amis qu’avec la famille. Les parents ne peuvent pas s’empêcher de nous dicter ce qu’il faut ou ne faut pas faire même durant les vacances. Ils nous demandent des explications si on rentre tard le soir alors qu’on n’a rien à faire le lendemain ! Or, si cela se passe entre amis, nous sommes libres de nos mouvements et nous sommes les seuls à décider de notre programme», dit-il.


Sofiane, 18 ans, compte également trouver un petit job pour le mois de juillet. C’est le seul moyen pour le jeune homme pour pouvoir se payer des vacances. «Les loisirs coûtent chers. Et ce, sans parler des séjours dans un hôtel. Donc si je veux passer de vraies bonnes vacances, je n’ai qu’à compter sur mes propres ressources. Je suis en train de chercher un travail et si cela se passe comme je le souhaite, j’irai probablement à Hammamet ne serait-ce que pour quelques jours. Le reste du temps, je peux le passer dans les banlieues nord entre les collines de Sidi Bou Saïd et la corniche de la Marsa», dit-il.


Abir CHEMLI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com