De la «destruction constructive»!





«Renverser Saddam Husseïn a rendu le monde plus sûr». Cette litanie revient comme un leitmotiv dans les discours du Chef de l’Exécutif américain qui ne manque pas d’ailleurs de la remettre au goût du jour à la moindre occasion. En visite d’adieu en Europe, au terme de son deuxième et dernier mandat, George W. Bush a jugé bon de rappeler, encore une fois, à ses interlocuteurs européens cet événement marquant de sa présidence.


Cette redondance verbale d’un fait et d’une initiative, très discutables du reste, constitue-t-elle in fine un cas de conscience qui taraude l’esprit du locataire de la Maison-Blanche? La guerre contre l’Irak en valait-elle la peine, tout comme d’ailleurs la mise à mort de l’ancien régime irakien?


Au risque de heurter les convictions inébranlables du Président américain,  cette expédition punitive menée, tambour battant, dans l’ancienne Mésopotamie aura été une bourde monumentale aux conséquences tragiques et désastreuses à tous les niveaux.


Sans avoir à recourir forcément à un sondage d’opinion savant, cette guerre inique et injustifiée lancée sous des prétextes fallacieux a fait plonger l’Irak dans les affres du chaos et de l’incertitude.


Jamais dans l’histoire, un peuple souverain n’aura subi une catastrophe d’une aussi grande envergure, dont les séquelles atroces resteront à jamais gravées dans les mémoires collectives et individuelles. Ils sont nombreux d’ailleurs, ceux qui ne manqueront pas de rire sous cape, comme pour exorciser un vilain tic nerveux, en entendant des propos du genre «renverser Saddam Husseïn a rendu le monde plus sûr». Car le monde, justement, est plus instable que jamais. Il bouillonne d’ailleurs comme une cocotte minute dont la pression augmente chaque jour un peu plus et qui est au seuil de l’implosion. Normal, quand la légalité internationale est vouée aux gémonies et bafouée comme c’est le cas actuellement, que les décisions léonines sont érigées en système et que la loi de la jungle régit les relations entre les nations, on ne peut aspirer à une meilleure situation.


Comble d’ironie et de paradoxe, les va-t-en guerre ne semblent pas avoir retenu la leçon. Pis, rien ne semble dissuader leur ardeur belliqueuse et les milliers de victimes de cette sordide guerre sont sinistrement classés dans le rayon de la «destruction constructive».


Plus «sûr» que jamais, le monde le deviendra encore plus avec la prochaine expédition punitive en gestation destinée à mater «l’arrogance» nucléaire de Téhéran. La «sécurité» de la planète sera certainement retransmise en live par les chaînes satellitaires, avec beaucoup d’hémoglobine en technicolor en toile de fond.


Cerise sur le gâteau: d’autres ingrédients seront au rendez-vous pour mieux marquer le «bonheur planétaire». Ils ont pour noms flambée du pétrole, crise alimentaire et tension de toutes sortes.


A part cela, tout va pour le mieux dans le «meilleur» des mondes...


Chokri BACCOUCHE




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com