Journées tuniso-françaises de cardiologie pratique : Au cœur des problèmes des sportifs





Sousse – Le Quotidien


La cardiologie du sport a été l’un des thèmes majeurs discutés par des éminents spécialistes lors des 5es journées tuniso-françaises de cardiologie pratique organisées à Sousse.


La ville de Sousse vient d’abriter les 5es journées tuniso-françaises de cardiologie pratique. D’éminents spécialistes tunisiens, français, suisses, italiens ont pris part à cette importante manifestation et présenté leurs derniers travaux scientifiques consacrés à la question.


L’on pourrait d’emblée s’interroger sur la pertinence d’une telle rencontre médicale dans la mesure où elle se tient juste après le congrès de cardiologie tuniso-français qui a eu lieu récemment dans la ville de Hammamet. Dr Abdallah Mahdhaoui, président du comité d’organisation des journées, explique que cette manifestation se distingue par son aspect pratique. Outre les conférences purement scientifiques qui sont au nombre de 40, des ateliers sont organisés pour offrir aux spécialistes, aux résidents, internes et autres intervenants dans le domaine, l’occasion de se familiariser avec les nouvelles techniques de diagnostic et de contrôle médical ainsi qu’aux nouveautés dans le domaine de l’imagerie médicale.


Des morts subites inquiétantes


Hormis les thèmes techniques, qui concernent en premier lieu les spécialistes, le programme de ces journées s’est penché sur un thème intéressant à plus d’un titre, celui de la cardiologie sportive. Les morts subites de sportifs sur les terrains de sport sont relativement de plus en plus fréquentes. Des athlètes de renom, des cyclistes, des footballeurs de notoriété internationale ont été souvent victimes d’accidents lors des compétitions, dont certains mortels. Le cœur a lâché d’une manière inexpliquée. Le phénomène a poussé les spécialistes dans le domaine de la cardiologie sportive à mener des recherches pour comprendre les raisons de ces accidents et mettre en place les recommandations nécessaires pour éviter tout ce qui nuit à la santé des sportifs.


Aucun droit à l’erreur


Des maladies cardiaques non diagnostiquées à temps, l’excès de l’absorption de produits dopants ou des efforts trop poussés peuvent conduire à des accidents graves.


«Le médecin de sport assume, à ce propos, une responsabilité de taille», affirme notre interlocuteur, ajoutant : «Peut-il en effet se permettre de laisser un sportif poursuivre sa carrière s’il souffre d’une maladie cardiaque ? Paradoxalement, peut-il se permettre de se tromper en effectuant un mauvais diagnostic en privant un joueur d’une carrière sportive certaine et brillante ? Peut-on l’assister médicalement sans lui interdire la pratique du sport ? En tant que médecin spécialiste et président du groupe de travail de cardiologie sportive de la société tunisienne de cardiologie, je peux vous dire que nous n’avons pas le droit à l’erreur ni au doute à ce sujet».


Depuis l’année 2004, un nouveau master en cardiologie du sport a été instauré en Tunisie. Une quarantaine de spécialistes sont déjà formés et travaillent dans les différents centres sportifs et avec les équipes sportives pour accompagner les sportifs et les aider à évoluer en toute quiétude.


Lotfi TOUATI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com