Ben Arous : Violée ou consentante ?





Tunis — Le Quotidien


Nous sommes au mois de juillet 2007. Une jeune dame âgée de trente cinq s’est présentée à un poste de police relevant du commissariat de Ben Arous pour porter plainte à l’encontre de cinq jeunes hommes prétendant qu’ils l’ont violée.


Dans sa déposition, la plaignante a déclaré qu’elle se trouvait au moment des faits, en compagnie de sa fille et ce à proximité du cimetière de la région.


Les suspects qui organisaient une beuverie l’ont appréhendée n’hésitant pas à l’inviter pour venir prendre un coup avec eux.


Les jeunes hommes haussèrent, ensuite, le ton et tentèrent d’abuser d’elle. La jeune dame fit, alors, semblant d’appeler, à l’aide de son téléphone portable, les agents de l’ordre faisant ainsi peur aux malfrats qui prirent la fuite.


Toujours est-il qu’un peu plus tard l’un d’entre deux est revenu à la charge, menaçant la victime de violer sa fille si elle ne se soumettait pas à lui.


Depuis, le jeune homme en était devenu l’amant. Selon toujours la jeune dame, elle avait accepté d’être la maîtresse du malfrat. Car elle craignait pour sa fille menacée de viol.


Arrêté, le suspect a donné une autre version des faits déclarant qu’il avait rencontré, tout a fait par hasard la jeune dame et ce en venant se recueillir sur la tombe d’un proche enterré au cimetière de Ben Arous.


La jeune dame l’avait, alors, approché allant jusqu’à lui proposer de passer un petit moment de plaisir ensemble. Depuis, il avait pris l’habitude de la rencontrer sans imaginer qu’un jour, elle allait porter plainte à son encontre.


Le dossier de cette affaire a été soumis à un juge d’instruction, pour déterminer les responsabilités des deux parties.


H.M.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com