IPEST : Laisser tomber les ingénieurs de demain ?!





Une nouvelle fait chaud au cœur et une autre l’oppresse et le mortifie ! Nous avons chaud au cœur parce que nous venons d’apprendre qu’un Tunisien, le Pr Mounir Hamdi, vient d’être nommé à la tête du Département d’Engineering des Sciences de l’Informatique à l’Université de Hong Kong. Il y prendra ses fonctions à partir du 1er juillet 2008, succédant ainsi au Pr Lionel Ni, un Américain.


Mais nous avons aussi mal au cœur car nous nous sommes laissé dire que l'Institut préparatoire aux études scientifiques et techniques (IPEST) vient de signifier à ses élèves en fin de ‘‘prépa’’, et qui comptent parmi l’élite de nos diplômés de l’enseignement supérieur, qu’il n’était plus possible de décrocher une bourse d’études en France qu’à 30% d’entre-eux.


Pour saisir la gravité de cette décision, il faut d’abord comprendre que l’IPEST a été créé dans le cadre de la réforme des études d'ingénieurs, réforme rendue nécessaire au moment où la Tunisie faisant désormais partie d'une zone de libre-échange avec l'Union Européenne, entre dans la compétition internationale et s'inscrit dans le souci de formation de cadres universitaires de haut niveau.


Et voici le crédo officiel de l’IPEST: ‘‘Pour avoir une meilleure adaptation du profil des ingénieurs aux besoins d'une industrie qui se modernise, il faut susciter une dynamique et une compétition entre les différentes écoles d'ingénieurs. Faire en sorte que les meilleurs étudiants choisissent les écoles en fonction du niveau de formation qu'elles peuvent offrir, c'est ce qui a motivé l'institution d'un concours national d'entrée aux écoles d'ingénieurs, à l'image du système français’.’


En Tunisie, on ne chipote pas sur l’excellence. C’est vraiment la moindre des choses et c’est la raison pour laquelle ces jeunes Tunisiens et Tunisiennes travaillent jour et nuit pour partir en France pour avoir accès à la meilleure adaptation possible de leur profil d’ingénieur aux besoins d'une industrie qui se modernise et pour avoir une place de choix dans la compétition internationale.


Alors, laissons tomber ces ingénieurs de demain et nous n’aurons plus de Pr Mounir Hamdi qui imposerait la compétence tunisienne à Hong Kong ainsi que les milliers d’autres Tunisiens et Tunisiennes qui l’imposent dans les plus grandes institutions aux quatre coins du monde.


Manoubi AKROUT


manoubi.akrout@planet.tn




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com