Irak-Amara : L’armée lance une opération contre les milices chiîtes





Le Quotidien-Agences


Des troupes irakiennes et américaines se sont déployées dans la ville chiite d'Amara et ses environs, dans le sud de l'Irak, pour une opération visant les miliciens, a constaté hier un journaliste de l'AFP.


Des unités de l'armée américaine et de l'armée irakienne étaient entrées vendredi dans Amara et en contrôlent les principales artères et les entrées.


Les soldats distribuaient samedi matin des tracts engageant les civils à rester chez eux.


"Pour votre sécurité, restez chez vous et ne participez pas" aux éventuels affrontements, préviennent les tracts.


"Il y a beaucoup de troupes irakiennes et américaines dans Amara et autour d'Amara qui attendent le début de la mise en place du plan de sécurité", a déclaré un officier de la police irakienne sous couvert de l'anonymat.


"L'opération visera les hors-la-loi", a-t-il dit en référence aux milices chiites.


Amara, une ville majoritairement chiite située à 365 km au sud de Bagdad et proche de la frontière iranienne, pourrait abriter des miliciens qui ont fui Bassorah (sud de l'Irak) et Sadr City, le bastion du leader radical Moqtada Sadr à Bagdad, après de violents combats ces derniers mois avec des soldats irakiens et américains.


Le commandement américain a indiqué qu'il s'agissait d'une "opération planifiée et conduite par l'armée irakienne" mais a refusé de dire quand elle commencerait.


Le porte-parole de l'armée britannique à Bassorah, le commandant Tom Holloway, n'a pas confirmé ou démenti l'opération mais a indiqué que "les forces de sécurité irakiennes continuent de conduire des opérations dans les zones britanniques d'opération".


Interrogé vendredi, le porte-parole de l'Armée du Mahdi, la puissante milice de Moqtada Sadr, avait déclaré qu'une "opération allait se dérouler à Amara la semaine prochaine".


"Nous pouvons coopérer (avec l'armée irakienne) pour que l'opération soit un succès", autrement dit pour qu'il n'y ait pas de violents affrontements, avait assuré Salah al-Obeidi, porte-parole du mouvement sadriste.

Le même jour, un proche de Moqtada Sadr, Muthafer am-Mussawi, avait également appelé les habitants d'Amara à faire preuve "de retenue et à ne pas entrer en confrontation pour (...) éviter qu'il y ait des victimes".


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com