E.N. : Quatre buts, quatre buteurs: est-ce bon signe ?





Face au Burundi, à Radès, ce sont les attaquants qui seront les plus sollicités. Lors des trois premiers matches des éliminatoires de la CAN et du Mondial 2010, ils n’ont rien montré d’exceptionnel. Seront-ils plus efficaces samedi ?


Lemerre a essayé plusieurs formules mais, à chaque fois, la délivrance est venue d’autres joueurs dans d’autres compartiments. La paire Jemâa-Chermiti, alignée contre le Burkina Faso à Radès, ne s’est pas mise en évidence. Le remplacement de Chermiti par Ben Dhifallah aux Seychelles a été juste bon puisque Jemâa, le second attaquant, a réussi à marquer. Au Burundi, ces deux mêmes joueurs ont rejoué ensemble sans parvenir à mettre le ballon dans les filets. Pourtant, les occasions n’ont pas manqué et ces deux attaquants, volontaires et actifs, ont été incapables de faire la différence.


A Radès, face au Burkina Faso, c’est Belaïd qui a trouvé la faille sur coup-franc direct, c’est-à-dire sans voir les attaquants préparer ou participer à l’action du but. A Victoria, devant les Seychelles, Jemâa a finalement trouvé le chemin des filets et c’est Ben Saâda qui a doublé la marque, une nouvelle preuve que les joueurs de l’entrejeu sont plus performants devant les buts.


Lors du troisième match à Bujumbura devant le Burundi, Jemâa, Dhifallah et Mouihbi ont été incapables de trouver la faille et c’est Jaïdi, un défenseur, qui s’est chargé de signer le but de la victoire.


L’EN a manqué à quatre reprises lors de ces trois matches et ce sont quatre joueurs qui ont équitablement contribué à cette réussite offensive. Pour les uns, c’est mieux ainsi et c’est même un signe de bonne santé puisque tous les joueurs sont capables de marquer. Pour d’autres, le manque d’efficacité et de réussite des attaquants demeure inquiétant, car il n’y a que la route des filets qui leur donne confiance. Jemâa, Chermiti, Mouihbi, Ben Dhifallah et le nouveau venu Essifi doivent travailler davantage pour être plus réguliers. Seul Jemâa, pourtant pas toujours titulaire avec son équipe en championnat de France, se montre à la hauteur avec une belle série de buts réussis lors des deux dernières saisons. Chermiti a eu des hauts et des bas alors que les autres n’ont pas joué beaucoup en EN. Il faut dire également que le schéma tactique y est, peut-être, pour quelque chose. Face au Burkina Faso à Tunis, l’équipe a joué avec trois pivots et les occasions de but ont été rares. Le seul but réussi par les Aigles de Carthage était venu sur une balle arrêtée. Ca a mieux fonctionné aux Seychelles et au Burundi avec un 4-4-2 plus efficace et plus utile aux attaquants qui bénéficient de plus de soutien.


Demain, face au Burundi, ce sont les Aigles de Carthage qui vont prendre le jeu à leur compte et les attaquants seront, ainsi, plus sollicités. Ils auront une belle occasion pour montrer ce dont ils sont capables. L’adversaire n’est pas, certes, un foudre de guerre, mais le fait de se «familiariser» avec les filets contribue à l’éclosion des grands buteurs, quels que soient le cadre du match et la valeur de l’équipe en face.


Kamel ZAIEM


_____________________


Dans les temps


Si la compétition des éliminatoires qualificatives de la CAN et du Mondial 2010 s’arrêterait aujourd’hui, la Tunisie serait bien parmi les vingt heureux élus pour la seconde phase des groupes.


En effet, les règlements prévoient la qualification automatique des douze premiers classés des douze groupes en plus des huit meilleurs deuxièmes de ces douze groupes. Seuls donc, finalement les quatre moins bien classés en seconde position (selon la moyenne des points) qui ne seront pas repêchés.


A présent à l’issue de la phase aller du premier tour de ces éliminatoires, la situation est favorable pour les équipes suivantes :


Groupe 1 : Cameroun


Groupe 2 : Kenya


Groupe 3 : Angola (ou Benin)


Groupe 4 : Nigeria


Groupe 5 : Ghana


Groupe 6 : Sénégal


Groupe 7 : Botswana


Groupe 8 : Rwanda


Groupe 9 : Burkina Faso


Groupe 10 : Mali


Groupe 11 : Zwaziland


Groupe 12 : Malawi


Quant aux huit meilleurs deuxièmes, actuellement, ils sont :


R.D.Congo : 6 points


Maroc : 6 points


Angola : 6 points


Soudan : 3 points (2 matches)


Tunisie : 6 points


Togo : 3 points


Cap Vert : 6 points


Libye : 6 points


Les grandes victimes seraient, cela ne va pas manquer de surprendre tout le monde, l’Egypte - tenante des deux dernières CAN (6 points mais goal-différence défavorable), la Côte d’Ivoire et le Sénégal (seulement cinq points à leur actif). Mais il reste encore trois rencontres à disputer pour tout le monde (sauf le groupe 11) et le rachat reste possible pour plus d’un favori, désormais menacé d’élimination.


A.D.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com