Issam Jemaâ : «Avec le même sérieux»





Après une très mauvaise entame, l’E.N a retrouvé un meilleur équilibre. Comment expliquer cette irrégularité ?


Il s’agit plutôt d’un accident de parcours qui a eu malheureusement lieu à Radès contre le Burkina Faso. Nous avons manqué de réussite et l’adversaire a su profiter de quelques erreurs individuelles. Nous ne méritions pas de perdre ce match mais je n’aime pas m’y arrêter trop. Par la suite, on a réagi et on a rectifié le tir. C’était un match plein d’enseignements qui nous a secoués au bon moment.


Après deux victoires en déplacement, pensez-vous que les Aigles de Carthage ont les moyens de terminer en tête de leur groupe ?


Au départ, nous n’avions en tête que cet objectif là. Le faux-pas contre le Burkina Faso a quelque peu faussé nos calculs mais l’équipe a démontré qu’elle est décidée à se rattraper et à remonter son retard. Il est vrai qu’on a battu deux équipes de modeste niveau (les Seychelles et le Burundi), mais ça a servi à nous remonter le moral et à préparer nos prochaines sorties dans les meilleures conditions. A présent tout est clair. Pour terminer en tête du groupe, il va falloir battre le Burkina Faso chez lui et nous en sommes capables. D’ailleurs, ce sera notre objectif majeur même si une seconde place avec un bon nombre de points peut nous permettre de nous qualifier au prochain tour.


Et à propos du match de ce soir face au Burundi ?


On va l’aborder avec le même sérieux pour confirmer notre retour en force. L’adversaire est à respecter, mais logiquement, la victoire ne doit pas nous échapper. Sur le plan moral, nous avons battu le Burundi chez lui et ceci nous donne un bon avantage psychologique, mais il faut le prouver sur le terrain. Je m’attends à voir notre équipe livrer un match digne de son rang.


Après ce match, vous aurez affaire à un nouveau coach, le Portugais Cuelho. Comment avez-vous accueilli la nouvelle de sa nomination ?


D’abord, je tiens à rendre hommage à M. Roger Lemerre qui a beaucoup donné au football tunisien et qui a instauré une mentalité professionnelle au sein et autour du groupe. Il nous a donné l’occasion, à tous, de jouer et de s’affirmer et son sérieux n’est pas à démontrer. Son départ nous fait de la peine, mais en football, il y a toujours des cycles qui finissent et d’autres qui débutent. M. Cuelho est une figure très connue, aussi bien au Portugal qu’au Maroc, et il pourra faire un grand travail avec notre équipe. Nous devons tous l’aider pour bien débuter sa mission et je m’attends à le voir donner à notre onze national un nouveau cachet qui, espérons-le, nous permettra de nous imposer et de réaliser nos futurs objectifs.


Où verra-t-on Jemaâ la saison prochaine ?


Pour le moment rien n’a été décidé officiellement. J’attends la fin de ces matches avec l’EN pour repartir en France discuter avec mes dirigeants. J’espère pouvoir jouer au sein d’une équipe de la Ligue 1 française où dans un autre bon championnat européen. Les offres ne manquent pas, mais je dois faire le bon choix.


 


Propos recueillis par


Kamel ZAIEM




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com