Mission de l’AIEA en Syrie : Silence à Damas





Le Quotidien-Agences


Les responsables et les médias officiels syriens gardaient le silence hier sur la mission d'experts de l'AIEA qui devaient enquêter sur un présumé projet de réacteur nucléaire clandestin dans le désert syrien.


Les médias n'ont pas annoncé la visite, la première du genre en Syrie, qui a débuté dimanche.


Les experts devaient examiner un bâtiment situé sur le site d'al-Kibar, dans la région de Deir-Ezzor (centre-est), dont les Etats-Unis affirment qu'il cachait un réacteur nucléaire construit avec l'aide de la Corée du Nord avant sa destruction en septembre dernier par l'aviation israélienne.


La mission, qui doit durer jusqu'à ce soir, avait été annoncée début juin par le directeur général de l'AIEA Mohamed ElBaradei.


Elle fait suite à la diffusion par les Etats-Unis de documents secrets suggérant que la construction de ce qui était présenté comme un réacteur nucléaire était presque achevée quand il a été bombardé.


Le gouvernement syrien a rejeté les allégations américaines en les qualifiant de "ridicules". Damas soutient que le bâtiment détruit était un ancien édifice militaire non nucléaire.


La seule information sur ce sujet était un commentaire de l'agence russe Ria Novosty, publié hier par le quotidien al-Watan proche du pouvoir syrien.


"Les experts de l'AIEA veulent connaître la nature du site. Est-ce un réacteur nucléaire comme l'affirment Israël et les Etats-Unis ou un site ordinaire rattaché à l'organisme de développement agricole? Les informations sont contradictoires", indique le commentaire.


Reprenant des commentaires de ElBaradei, il note que "l'AIEA est optimiste concernant les résultats des opérations d'inspection (...) et elle pense que la Syrie ne possède pas de combustible nucléaire".


"Nous estimons par conséquent que la visite de la délégation de l'AIEA est une visite de routine qui a pour objectif de mettre fin aux rumeurs sur le programme nucléaire syrien", ajoute l'article.


Le commentaire se demande enfin si "les Etats-Unis seront satisfaits d'un tel résultat ou s'ils vont poursuivre leurs accusations afin d'en faire un dossier nucléaire similaire aux dossiers iranien et coréen".




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com