Afghanistan : Combats à la frontière pakistanaise





Le Quotidien — Agences


Cinquante-cinq insurgés ont été tués en trois jours au cours de combats après une embuscade contre des forces de la coalition internationale sous commandement américain dans l'est de l'Afghanistan, a annoncé hier la coalition dans un communiqué.


"Les forces de la coalition dans le district de Zerok, dans la province de Paktika ont infligé de lourdes pertes en riposte à une embuscade survenue le 20 juin", a indiqué la coalition.


"Près de 55 éléments anti-Afghans (insurgés dans le vocabulaire de la coalition, ndlr) ont été tués, 25 ont été blessés et trois ont été capturés au cours de cette riposte, terrestre et aérienne", a-t-elle ajouté.


Le district de Zerok se trouve à la frontière avec le Pakistan.


Les relations entre les Etats-Unis et le Pakistan se sont tendues depuis le 11 juin, lorsque 11 soldats pakistanais ont été tués dans une frappe aérienne américaine visant des insurgés selon Washington, qui a ouvert une enquête.


Le 15 juin, le président afghan Hamid Karzaï a adressé une sévère mise en garde au Pakistan, revendiquant le droit d'aller y "détruire les repaires de terroristes". Le Premier ministre pakistanais Yousuf Raza Gilani a répondu qu'il ne tolérerait aucune ingérence dans les affaires intérieures de son pays.


Et dimanche, la secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice a affirmé que les menaces de Karzaï n'étaient "pas judicieuses" Kaboul accuse régulièrement Islamabad de fermer les yeux sur les bases arrières des talibans dans les zones tribales, soutenus par les talibans pakistanais, et de ne pas suffisamment contrôler ses frontières.


Islamabad, de son côté, accuse Kaboul et les forces internationales de ne pas être en mesure de vaincre les talibans en Afghanistan et d'être à l'origine de leur repli en territoire.


Les talibans ont lancé une insurrection meurtrière depuis qu'ils ont été chassés du pouvoir à la fin 2001 par une coalition internationale emmenée par les Etats-Unis.


Les violences ont redoublé d'intensité depuis près de deux ans malgré la présence de 70.000 soldats de deux forces multinationales, l'une de l'Otan, l'autre sous commandement américain.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com