Les TIC au service de l’éducation : Un pas vers la concrétisation de l’Agenda de Tunis





Gammarth – TAP


Un important panel de décideurs et d’éminents experts francophones, dans le domaine de conception et production de contenus éducatifs sur supports numériques, s’est réuni, hier, à Tunis, pour deux jours, dans le cadre du symposium international de haut niveau sur «Les TIC au service de l’éducation», placé sous le haut patronage du Président Zine El Abidine Ben Ali.


Le symposium, qui a pour objectif principal d’établir un état des lieux et des bonnes pratiques en la matière, intervient suite à l’appel lancé par la Tunisie au sommet de Bucarest en septembre 2006, pour la tenue d’un symposium international portant sur l’apport des technologies de l’information et de la communication dans le développement de l’éducation au sein des pays ayant le français en partage. Elle se tient à l’initiative du gouvernement tunisien avec le concours de l’organisation internationale de la francophonie (OIF).


Il s’agit, en effet, de définir le contours d’une stratégie et d’un programme d’action pour la prochaine décennie à l’effet d’atteindre les objectifs du millénaire dans le domaine de l’éducation et de contribuer à concrétiser l’Agenda de Tunis pour réduire la fracture numérique, adopté lors du sommet mondial de Tunis sur la société de l’information en novembre 2005 (SMSI).


A l’ouverture des travaux de ce symposium, M. Mohamed Ghannouchi, Premier ministre, a indiqué que les deux domaines des communications électroniques et de l’éducation connaissent un développement fascinant marqué par la progression remarquable des TIC et une place plus importante de la connaissance et du savoir dans les préoccupations nationales et individuelles.


Il devient par conséquent impératif, a-t-il relevé, de mettre l’école à l’heure des technologies de l’information et de la communication afin d’en faire un puissant auxiliaire de la formation et de l’apprentissage. Il s’agit là d’un choix stratégique dans le projet de l’école de demain et en même temps un enjeu capital.


M. Mohamed Ghannouchi a évoqué, à cet effet, les cinq priorités fondamentales, s’agissant de diversifier et d’enrichir les supports pédagogiques, de développer l’autonomie des apprenants, notamment en matière de recherche de l’information.


Il s’agit également d’accoutumer les apprenants au travail collaboratif et en réseau, de promouvoir le rôle de l’enseignant et de varier les modes de formation, en développant la formation à distance.


La maîtrise de ces technologies peut être considérée, en effet, comme l’un des moyens les plus efficaces pour préparer les nouvelles générations à affronter l’avenir et à relever les grands défis qui les attendent, a par ailleurs souligné le Premier ministre.


Intervenant au cours de la séance d’ouverture, M.Abdou Diouf, Secrétaire Général de la Francophonie, a souligné avec fierté la nécessaire réflexion sur le rôle des technologies de l’information et de la communication dans le domaine de l’éducation, qui se fait aujourd’hui, grâce à l’initiative de la Tunisie, et de son Président, le Président Zine El Abidine Ben Ali.


Il a mis en valeur le statut de la Tunisie en tant que membre éminent de la francophonie, activement engagé dans les problématiques de l’avenir, comme en témoigne le rôle de premier plan qui a été le sien, en 2005, lors du Sommet Mondial de la Société de l’Information (SMSI).


L’éducation est un accélérateur de progrès sur la voie de la démocratie, du développement et de la paix, elle n’est pas simplement une institution où se transmettent des connaissances ; c’est également un lieu où se façonnent les acteurs d’un futur collectif, a notamment indiqué M. Diouf, ajoutant que le développement des usages du numérique est un véritable enjeu pour l’évolution de l’école et que le rôle des enseignants s’avère capital dans l’accompagnement à la scolarité par les TIC.


Outre la présence de représentants du monde des TIC et de l’éducation, le symposium comprend une exposition technologique liée aux applications et solutions informatiques innovantes «Eduàtic».


L’exposition abrite aussi des stands présentant les contenus et platesformes de formation et de travail à distance, élaborés, notamment, par les ministères de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de la technologie, de l’Education et de la formation, des Technologies de la communication et de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com