Les jeunes et l’égalité entre filles et garçons : Il y a encore beaucoup à faire





Fini le temps où la femme était considérée comme un individu de second rang. Depuis l’émancipation de la femme, cette dernière s’est affranchie de la mainmise imposée par la gent masculine.


A présent, les droits de la femme sont égaux à ceux de l’homme. Certaines ont même dépassé l’homme dans plusieurs domaines.


Toutefois, peut-on confirmer ce constat au sein d’une société patriarcale comme la nôtre?


Tunis - Le Quotidien


A partir de la deuxième moitié du 19e siècle, le mouvement féministe a revendiqué les mêmes droits civiques que l’homme. Il a revendiqué également les mêmes droits à l’éducation, à la formation et au travail, le droit d’être maîtresse de sa vie, le droit à l’indépendance conjugale, à l’égalité des salaires, à la participation à la vie politique …


Ces revendications pour l’égalité entre hommes et femmes furent lentes à traduire en faits réels.


Mais à partir des années soixante, les femmes commencent à obtenir des droits palpables et opérationnels.


A présent, nous sommes loin de cette époque.


Depuis des décennies, les femmes se sont affranchies de la tutelle masculine. La femme tunisienne jouit d’un des meilleurs statuts féminins dans le monde arabe. Toutefois, même si la gent féminine jouit des mêmes droits civiques et pratiques que l’homme, la société continue de porter préjudice à la femme au profit de l’homme. Certains comportements masculins sont en effet tolérés. Paradoxalement, si l’auteur est une femme, celle-ci fait l’objet d’une rude condamnation. Le statut d’une femme reste toujours délicat surtout chez les rétrogrades et les misogynes qui continuent à la regarder de travers. Les exemples sont aussi multiples que variés dans ce sens.


Certains d’entre-eux sont plausibles, étant donné qu’ils touchent à l’éthique et à la morale.


D’autres relèvent du ridicule …


Ahmed, 18 ans, pense que la ségrégation féminine fait partie de l’histoire ancienne. “L’égalité des droits entre hommes et femmes est une réalité qui se traduit dans les faits.


Nul ne peut contester cette vérité. Cependant, aucune loi et aucune évolution ne peut imposer aux autres de transformer intégralement leur mentalité. Même si la femme jouit aujourd’hui de tous ses droits civiques, on continuera de lui interdire certains comportements qui sont tolérés pour les hommes. Cela n’a rien de misogyne. Il s’agit de certains comportements directement liés à nos valeurs, à nos croyances et à nos racines arabo-musulmanes. Notre éducation impose plus de pudeur, plus de retenue, et plus de réalisme aux femmes qu’aux hommes. Cela dit, puisque l’occasion se présente, je voudrais exprimer mon dépit concernant certains comportements féminins. Certaines ont très mal appréhendé le sens de la liberté. Plusieurs filles, au nom de la liberté individuelle et de l’égalité des droits, se permettent des écarts de conduite. Ce qui, à mon sens, ne peut en aucun cas leur valoir des louanges. Il faut absolument qu’on préserve nos croyances et nos traditions qui font notre fierté.


L’évolution ne doit jamais être aux dépens des valeurs et de la morale. Sinon l’on ressemblera beaucoup plus à des bêtes et l’anarchie gagnera du terrain”, dit-il.


Rafaâ, bachelier, 19 ans, pense que l’égalité entre hommes et femmes restera toujours partielle.


“Il est vrai que les filles d’aujourd’hui jouissent d’une liberté beaucoup plus grande que celles d’autrefois. Mais certaines choses restent interdites aux filles et totalement tolérées aux garçons. C’est ainsi et aucune évolution ne peut changer cette réalité. Il s’agit d’un héritage culturel que l’on se transmet de génération en génération. Une fille doit toujours prendre en considération sa réputation et celle de sa famille . Elle doit également tenir compte du regard des autres. Cela dit, l’égalité entre hommes et femmes au sein d’une société arabe reste relative”, dit-il.


Mehdi, 18 ans, voit les choses d’une autre manière. Le jeune pense que nous vivons dans une ère totalement … féminine. “Aujourd’hui, la femme s’impose dans tous les domaines grâce à son travail.


Elle se fait admettre partout et n’a nullement besoin d’une tutelle masculine. L’on dit que certains comportements ne sont pas tolérés aux filles. Or, il suffit d’aller faire un tour dans les quartiers huppés pour comprendre jusqu’où la libération féminine est allée ! Habits ostentatoires, tabagisme en pleine rue, des petits amis accueillis dans les maisons …


C’est à croire qu’on vit dans un pays occidental!


De plus, quasiment toutes les femmes dirigent seules les affaires de leurs ménages. C’est à elles que revient le dernier mot. D’ailleurs, si les choses continuent sur la même lancée, je crois que ce sont les hommes qui vont avoir besoin d’un mouvement révolutionnaire pour demander leur libération de la mainmise féminine”, dit-il.


Massarra, 19 ans, pense qu’hommes et femmes sont aujourd’hui traités sur un pied d’égalité.


“Je crois que la femme n’a plus aucune raison de se plaindre aujourd’hui! A la maison, les filles et les garçons ont exactement les mêmes droits. A l’école, au travail et même dans la rue, la femme s’impose et se fait respecter. Il n’est plus rare de voir une fille célibataire se promener sans présence masculine en pleine nuit, et ce sans qu’elle ne soit victime des mauvaises langues. Toutefois, je suis foncièrement contre le fait qu’une fille se permette des comportements outrés et immoraux.


Cela ne peut plus s’inscrire dans le cadre de la liberté.  Il s’agit d’une défaillance morale condamnable et blamable”, dit-elle.


Balsam, 23 ans, trouve qu’une égalité totale entre hommes et femmes est impossible à atteindre.


“Il est vrai que la femme d’aujourd’hui jouit d’un plus large éventail de droits et de liberté.


Cela dit, plusieurs femmes continuent de souffrir à cause de la mentalité misogyne dans notre société. Si une femme tente de se comporter exactement comme un homme, elle sera sévèrement condamnée.


Un homme divorcé par exemple pourra très facilement refaire sa vie après un divorce. Une femme, en revanche, est regardée de travers. Pour refaire sa vie, elle doit faire profil bas parce qu’elle est divorcée. Et si elle décide de rester seule, elle va devoir combattre les mauvaises langues qui vont la “fusiller” à raison ou à tort. Une femme est également souvent confrontée au harcèlement.


Une belle fille peut être harcelée continuellement par ses supérieurs … Un homme ne rencontre jamais ce genre d’obstacle. Sa réputation reste intacte même s’il commet des erreurs graves. Une femme, elle, peut voir sa réputation ruinée et sa dignité bafouée même si elle ne commet aucune erreur. L’égalité … oh, ce n’est que chimère”, dit-elle.


Abir Chemli




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com