Les jeunes et le sarcasme : Farces de mauvais goût !





Les jeunes aiment la plaisanterie et le sens de l’humour. Certains en font même “un fonds de commerce” pour se faire valoir auprès de leurs pairs. Toutefois, bon nombre de jeunes ne savent pas se mettre de limites en matière de plaisanterie. Cela prend souvent une forme de sarcasme et de raillerie. Pourquoi les jeunes ont-ils justement tendance à tourner les autres en dérision?


Tunis - Le Quotidien


Les jeunes adorent échanger des propos taquins. Ils font en sorte “d’épicer” l’ambiance pour passer d’agréables moments.


Toutefois, certains vont jusqu’à ridiculiser les autres. Ils agissent de la sorte pour dominer un certain complexe. En dénonçant les ridicules des autres (sous forme de plaisanterie), ils se garantissent une certaine “immunité”. Personne n’osera plus les critiquer parce qu’on va craindre leur “revers”. En outre, en misant sur l'humour (plus ou moins sain), ils sont considérés comme des personnes drôles et d’agréable compagnie.


Leurs pairs focaliseront beaucoup plus sur ce qu’ils disent d’inédit que sur ce qu’ils sont réellement. Le sens de l’humour peut également cacher une nature profondément timide. Le rire les aide à s’extérioriser.


Cependant, certaines plaisanteries s’inscrivent dans le cadre du sarcasme. Sadiques et cruels, certains jeunes rient des malheurs des autres. Et lorsqu’ils s’adonnent à leurs séances de sarcasme, ils ne savent pas où et quand s’arrêter. Les “victimes” de ces railleries n’agissent pas toutes de la même manière. Les uns se laissent faire. Pis encore, ils peuvent même en rire juste pour ne pas avoir l’air pitoyables. Or ils peuvent en souffrir et à la longue, ils deviennent complexés. D’autres apprécient réellement toutes sortes de plaisanteries. Même les plus cruelles.


Mais entre les uns et les autres, il y a ceux qui ne se laissent pas faire. Si on les attaque, ils ripostent méchamment …


Montassar, 18 ans : adore jouer de mauvais tours aux amis. Le jeune homme aime plaisanter et il aime également taquiner les autres. “Cela prend parfois une forme de raillerie, mais ce n’est pas tout méchant. Je trouve juste plus drôle de ridiculiser certains copains. Cela me permet de me débarrasser des ondes négatives.


En fait, l’humour sans sarcasme est un humour trop plat. Cela dit, je n’attaque pas les personnes étrangères. Il m’arrive, certes, de rire d’un passant s’il a une drôle de coiffure ou une démarche bizarre, mais je souffle ma remarque discrètement aux amis. Je ne le fais pas pour blesser cet étranger de passage. Il m’arrive aussi de taquiner l’un de mes amis, juste pour rire. Toutefois, je sais pertinemment bien qu’il faut se mettre des limites en matière de plaisanterie. Lorsqu’une personne souffre d'un handicap, je fais en sorte d’être correct. Sinon, j’aurai vraiment l’air cruel, voire inhumain”, dit-il.


Achref, 16 ans : croit que tout est permis tant qu’il s’agit d’une plaisanterie. “De l’humour sans sarcasme c’est impossible ! C’est d’ailleurs l’humour noir qui est le plus drôle à mon sens; je reconnais qu’il m’arrive souvent de ridiculiser les autres. Je peux aussi me “moquer” de certains passants. Mais, je n’ai jamais eu l’intention de faire du mal aux autres. Tout ce que je cherche, c’est d’alléger l’ambiance et d’arracher le sourire à mes amis. Si les autres n’acceptent pas les plaisanteries, c’est qu’ils doivent être complexés. Ce n’est donc pas mon problème si j’ai visé là où le bât blesse! En contrepartie, j’accepte aussi que mes amis me taquinent.


D’ailleurs, cela me fait rire! Je fais bien la différence entre l’humour et le sarcasme. Mais lorsqu’il s’agit de personnes infirmes, je m’abstiens !


Il ne faut tout de même pas faire preuve de cruauté”, dit-il.


Achref Harb, 21 ans, pense que l’humour est un art dont on doit avoir le talent. “Le sens de l’humour est une sorte de don. Les personnes drôles sont sympathiques et d’agréable compagnie. Cela dit, lorsqu’on se transforme en un méchant sarcastique, cela n’a plus rien de drôle! Il faut savoir que les plaisanteries ne sont pas permises à toute heure et avec tout le monde. Sinon cela traduit une défaillance au niveau de l’éducation!


Je crois que le sarcasme est plutôt l’apanage des plus jeunes. Ces derniers veulent se faire passer pour des personnes drôles juste pour attirer le regard vers eux.  Ils n’ont pas les facultés qu’il faut pour mesurer l’ampleur des  répercussions qui peuvent en découler. Ils ne savent pas non plus où s’arrêter. Mais je suis persuadé qu’ils finiront par s’assagir dès qu’ils auront gagné en maturité”, dit-il.


Houssem, 21 ans, partage le même avis.


Le jeune homme pense que le sarcasme est le moyen le plus facile pour un jeune d’attirer l’attention. “J’aime les blagues.


Je crois que tout être humain normalement conçu apprécierait de passer quelques moments plaisants. Mais il faut savoir qu’on ne peut pas se permettre de plaisanter à tous les coups ! On ne peut pas par exemple jouer aux “clowns” lorsque notre vis-à-vis se porte vraiment mal et qu’il n’est pas d’humeur  à plaisanter !


Il faut respecter l’état d’âme des autres. Quant au sarcasme, je suis foncièrement contre. Que cela soit avec des proches ou des inconnus, la raillerie n’a vraiment rien de drôle. Cela prouve un déficit éducatif d’autant plus si le jargon utilisé est parsemé de mots grossiers et peu subtils. L’humour doit rester convenable, décent et délicat. Sinon cela risque de … barder”, dit-il.


Abir Chemli




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com