Qui payera la facture ?





Israël multiplie, depuis quelques semaines, les déclarations de guerre contre l’Iran. L’Etat hébreu exauce ainsi les volontés les plus chères au président américain qui souhaite ardemment terminer ce qu’il a commencé avec la guerre en Irak, à savoir attaquer l’Iran.


Selon des bribes d’informations qui circulent dans la presse internationale, les plans de guerre sont déjà élaborés et tout a été discuté lors de la dernière tournée de Bush au Proche-Orient et en Europe.


Autant dire que les dés sont jetés et que la seule variable qui reste à savoir est quand aura lieu la guerre. Cela est d’autant plus vrai que rien ne laisse entrevoir la moindre concession du côté iranien qui considère l’enrichissement de l’uranium comme étant un droit légitime.


La guerre aura donc vraisemblablement lieu. Seulement, qui en payera le prix ?


La réponse est évidente. Ce sera tout ceux qui payent aujourd’hui le prix du baril de pétrole à plus de 140 dollars. Ce sera sans aucun doute les plus pauvres, ceux qui n’arrivent déjà plus à acheter suffisamment de céréales pour se nourrir, qui en paieront le prix.


Ce ne sont certainement pas les Américains ou les Israéliens qui paieront le prix d’une nouvelle guerre dans la région, mais ce sera toute la planète qui aura à répondre d’une telle folie.


Les Iraniens, qui ont droit de se défendre comme ils le peuvent, ont déjà annoncé la couleur en brandissant la menace du pétrole dont le prix dépassera, aussitôt une cartouche tirée vers ce pays, les 250 dollars. Toutes les économies étant dépendantes de l’or noir, ce sera donc une catastrophe annoncée d’avance. Déjà aujourd’hui aucun pays, même les plus riches, n’arrivent plus à joindre les deux bouts; alors qu’en sera-t-il demain en cas de guerre ?


Tout le monde se pose la question, mais on se demande est-ce que, du côté de Washington, on a pensé à toutes les conséquences d’une telle guerre?


Y a-t-il vraiment des décideurs à la Maison Blanche qui arrivent à calculer les retombées d’une telle décision. En fait, on a l’impression que l’administration Bush est inconsciente de tout cela. Sinon comment expliquer cet empressement à déclarer une nouvelle guerre, alors qu’on n’a même pas réussi à terminer la première, celle déclarée contre l’Irak.


Il faut dire que Bush sait très bien qu’il ne lui reste que quelques mois avant de sortir par la petite porte. Et puis, après moi le déluge, comme aurait dit le roi de France Louis XV.


M.A.B.R.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com