Les jeunes et la drague : Halte aux injures et…aux habits suggestifs





Pour conquérir le cœur d’une fille, les jeunes hommes semblent avoir un mode d’emploi plutôt discourtois. Fini le temps des escalades des murs, des bouquets de roses et de la poésie… La majorité des jeunes ont oublié les bonnes manières. Pourquoi certains abordent-ils justement les filles d’une manière relativement grossière ?


 


Tunis-Le Quotidien


Autrefois, la séduction ressemblait plutôt à un art que seuls les nobles personnes maîtrisaient. Pour faire la cour à une demoiselle, les hommes d’antan multipliaient attentions et délicatesses. Il fallait qu’ils mettent à l’évidence leur nature chevaleresque afin de prouver leurs nobles intentions. Les amoureux étaient même capables de surmonter les plus coriaces des épreuves pour gagner le cœur de leurs élues. Ces pratiques de séduction ne sont pas de chez nous. Mais même les hommes arabes d’autrefois ne semblaient pas non plus manquer de politesse et de délicatesse pour courtiser une fille. A présent, les choses ont foncièrement changé. Le mot « courtiser » ne figure plus dans le glossaire juvénile. Pour témoigner de leur attirance, les jeunes hommes n’ont qu’une alternative : la drague. D’emblée, les dragueurs prouvent qu’ils ne cherchent qu’une aventure passagère… Leur alibi ? Eh bien, la majorité dit que la tenue un peu trop « suggestive » des filles leur prépare le terrain ! Pour charmer, le « candidat » est pourtant redevable de faire preuve de délicatesse. Manquant de tact et de savoir-faire, les jeunes séducteurs ressemblent à des novices qui s’exercent sur le « marché de la séduction » où les filles de passage leur servent de… cobayes.   Bizarrement, nombreux sont les jeunes hommes qui se mettent à tourner en dérision les filles qu’ils aiment séduire. Les uns jouent  aux « pots de colle », ils suivent leur « proie » à la trace. Les autres balancent aux filles des mots grossiers. Du « chbih el fraise mal à l’aise » au «  chbih ellouz mambouz » (sic) en passant parfois par quelques injures, tout y passe pour attirer l’attention ! Toutefois, nombre de jeunes agissent avec délicatesse. Adeptes d’ingéniosité et de subtilité, certains sont contre la drague et les remarques déplacées. Ils jugent incorrect de faire subir un tel harcèlement aux filles. D’autant plus si ces dernières imposent le respect.


 


Alaa, 17 ans, ne drague pas toutes les filles. Lorsqu’une fille lui plaît, il fait en sorte de l’aborder gentiment et délicatement. « Il m’arrive de draguer une fille sans avoir l’intention de sortir avec elle. Je le fais juste pour passer le temps ou encore parce qu’elle porte une tenue très « suggestive ». Si une fille sort avec une tenue vraiment indécente, elle doit s’attendre à être draguée. C’est à quoi elle s’attend, je suppose ! Sinon, pourquoi s’habille-t-elle d’une manière aussi extravagante ?! Si cette fille riposte méchamment, elle doit payer le prix de son arrogance ! Elle aura mérité les mots inconvenables qu’on lui balance. Certes, je ne supporte pas que ma sœur ait le même sort, mais ma frangine s’habille correctement, elle ! Lorsqu’elle sort, elle met une tenue correcte et je suppose que cela impose le respect. Les autres, celles qui ont le visage masqué d’une tonne de  maquillage hétéroclyte et qui portent des habits vraiment trop osés, n’agissent ainsi que pour attirer le regard du sexe opposé. Je ne peux considérer cela que comme de la provocation et elles méritent d’être draguées. Toutefois, lorsque je croise une fille vraiment respectable, je reste correct parce qu’elle impose le respect. Et si jamais elle me plaît, je vais directement la voir pour le lui expliquer délicatement. Si elle branche, tant mieux. Et si elle ne branche pas, je respecte son refus », dit-il.


Alaa Eddine, 17 ans, drague rarement les filles. Le jeune homme ne supporte pas que sa sœur soit exposée à un tel harcèlement. Alors, il fait en sorte de ne pas déranger les sœurs des autres. « Je n’ai jamais dit un seul mot déplacé à une fille. Je trouve cela vraiment trop impoli. Si une fille m’intéresse, je vais la voir et lui demander gentiment que cela me flatte si elle accepte qu’on fasse plus ample connaissance. Si elle réagit, je lui file mon numéro de téléphone ou je l’invite à boire quelque chose. Si elle ne réagit pas, je m’arrête là. J’ai une sœur et je ne peux pas faire subir aux filles ce que je n’aime pas qu’on fasse à ma sœur. Cela dit, même si je suis foncièrement contre la drague, je dois dire que certaines filles font tout pour attirer des ennuis. Elles déambulent dans la rue avec une tenue vraiment trop provocatrice. Et ceux qui les croisent vont les considérer automatiquement comme filles faciles. En revanche, certaines autres imposent le respect. Même si on les trouve belles, on n’osera pas les draguer. Donc, je pense que c’est à la fille de se faire respecter », dit-il.


Ghazi, 18 ans, dit qu’il ne drague jamais une fille que si elle lui plaît vraiment. « Je crois que certaines filles n’arrivent toujours pas à faire la différence entre la drague et les flatteries. Généralement, si on balance quelques mots déplacés ou peut-être injurieux à des filles, cela se voit qu’on n’aspire pas du tout à sortir avec elles ! On le fait parce qu’elles sortent dans la rue à moitié nues. Elles méritent donc bien ce qu’elles vont entendre. Et même si elle répond, son vis-à-vis n’a sûrement pas de bonnes intentions à son égard ! En revanche, si on fait des compliments à une fille qui impose le respect, on le fait de manière délicate parce qu’on souhaite au fond qu’elle accepte notre offre. Et si une fille respectable refuse cette offre, on ne la dérange généralement plus. Toutefois, si elle a une apparence trop provocatrice et qu’elle fait la fine bouche, on lui balance quelques mots inconvenables. C’est une sorte de message qu’on lui transmet. Elle doit comprendre que si elle ne veut plus être dérangée, elle n’a qu’à soigner son apparence et se montrer plus correcte et plus décente », dit-il.


Najoua, 25 ans, fait partie de ces filles qui condamnent les dragueurs. La jeune fille semble d’ailleurs souffrir à cause des dépassements masculins. «Je dirais que chez la majorité des garçons le mot séduction rime avec impolitesse. Ceux qui disent des mots grossiers sont très nombreux et le comble c’est qu’ils croient pouvoir nous charmer ! Je me demande où ils sont allés piocher cette idée ! Cet acharnement devient encore plus important si la fille continue de les ignorer. Certains se mettent parfois à me suivre sans se lasser et sans perdre espoir et lorsque j’arrive à atteindre ma destination, ils se mettent dans tous leurs états et commencent à me dire des propos injurieux. Il faut dire que les filles souffrent à cause de ces détraqués qui pensent que la fille est redevable de leur donner une réponse favorable ! Les plus polis m’abordent de manière polie et correcte et même si je refuse leur offre, ils rebroussent chemin sans créer de scandale. Généralement, je réponds aux hommes qui m’abordent poliment avec… politesse ! Or, il se fait vraiment rare qu’on s’adresse à une fille avec courtoisie », dit-elle.


Bouthayna, 23 ans, semble souffrir le martyre à cause des dépassements masculins. «Parfois, je maudis le jour où je suis née fille. Je suis dérangée tout le temps dans des lieux publics. Dans la rue, dans les moyens de transport en commun, dans les grandes surfaces, je n’entends que des mots déplacés qui me donnent la nausée. Certains trouvent l’audace de me tenir par mes vêtements ou encore de me suivre comme mon ombre. Certaines me disent que je suis chanceuse de ne pas passer inaperçue. Je me demande où est cette chance ? Je vis un calvaire tous les jours! Toutefois, certains jeunes se contentent de regarder une fille en souriant. Cela se fait de manière discrète et fluide et ce sont ces garçons qui ont le plus de chance de séduire que d’autres. Les balourds et les frustres n’ont aucune chance. Et puis, je me demande comment est-ce qu’un homme qui porte des habits écœurants, qui sent la puanteur ose draguer une fille qui le dépasse sur tous les plans. Ce sont des frustrés !. Toutes les filles doivent supporter les remarques ringardes et ignobles qu’on leur balance sans aucune gêne ! Je suis vraiment ébahie de voir des jeunes hommes agir avec une telle insolence, soi-disant pour séduire. Ils ignorent l’ABC de la séduction et pensent que leur grande gueule peut les aider à parvenir à leur fin ! Généralement, un homme supporte mal qu’une fille l’ignore et c’est dans ces cas qu’il peut subitement devenir féroce. Or, je ne suis pas redevable de me plier à sa volonté et encore moins de lui répondre poliment si, lui, il m’aborde avec agressivité ! L’homme peut détecter si la fille est facile ou pas à travers ses regards. Il n’aura donc pas à se sentir humilié puisqu’il sentira qu’elle n’est pas une proie », dit-elle.


Abir CHEMLI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com