Avant d’être repoussés par la police égyptienne : Des Palestiniens prennent d’assaut le terminal de Rafah





Le Quotidien - Agences


Des centaines de Palestiniens ont pris d'assaut hier le terminal de Rafah à la frontière entre la bande de Gaza et l'Egypte avant d'être repoussés par les forces de l'ordre égyptiennes et une intervention du Hamas qui a rétabli le calme, selon des témoins et responsables.


Les manifestants ont forcé l'entrée principale du terminal du côté palestinien de la frontière mais ont été empêchés de pénétrer en territoire égyptien par les forces égyptiennes, ont affirmé les témoins.


Ces dernières ont fait usage de canons à eau pour repousser les Palestiniens, a déclaré un responsable égyptien de la sécurité qui a parlé de milliers de manifestants.


"Les forces de sécurité font usage de canons à eau pour empêcher des milliers de Palestiniens de pénétrer en Egypte", a-t-il dit sous couvert de l'anonymat.


Six policiers égyptiens ont été légèrement blessés par des pierres lancées par les Palestiniens, a ajouté le responsable.


Il a ensuite indiqué que l'ordre avait été donné aux forces de sécurité renforcées en urgence de "ne pas répondre aux provocations" en cessant d'utiliser les canons à eau et en ne renvoyant pas les pierres. 


Le calme est ensuite revenu à la frontière où le Hamas a repris contrôle de la situation côté palestinien, selon le responsable égyptien. «Après un accord entre l'Egypte et le Hamas, le retour au calme est intervenu", a-t-il déclaré. Il a ajouté que les services de sécurité du Hamas «étaient parvenus à repousser» des milliers de Palestiniens qui s'étaient massés mercredi matin devant la frontière, seul accès de la Bande de Gaza ne donnant pas sur Israël.


L'Egypte avait dépêché en urgence des "dizaines de policiers" le long de la frontière de 14 km après avoir ouvert Rafah exceptionnellement mardi et hier, a-t-il précisé.


Il s'agissait de laisser un certain nombre de Palestiniens de la bande de Gaza porteurs de permis de résidence à l'étranger et de visas, ainsi que les étudiants et les malades, de passer sur territoire.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com