Belle revanche du journaliste le plus connu des Français 9,6 millions de spectateurs pour le dernier JT de PPDA





* «Parfois on peut chuter mais on rebondit très vite», affirme-t-il


Le Quotidien-Agences


PPDA quitte la première chaîne sur un carton. Pour son tout dernier JT, il a réuni 9.600.000 personnes contre environ 8 millions d'habitude, selon les chiffres médiamétrie obtenus par Jean-Marc Morandini. Soit une part de marché de 49,3% au lieu des 36% pour un 20h de semaine ordinaire».


«Ce qui ne peut être évité, il faut l'embrasser». C'est sur une citation de Shakespeare que Patrick Poivre d'Arvor a tiré sa révérence jeudi soir en concluant son dernier journal télévisé, après 21 ans passés à lancer dès 20 Heures «Madame, Monsieur, bonsoir».


Le présentateur, évincé quelque peu brutalement de son poste, a choisi de faire un dernier journal sobre. Jusqu'à la fin, les sujets se sont donc enchaînés comme n'importe quel autre soir. Il a fallu attendre la fin du journal pour que Patrick Poivre d'Arvor lance quelques allusions.


La première est venue alors qu'il commentait la naissance de bébés girafons au zoo de Vincennes. Expliquant que les nouveau-nés girafes chutent de deux mètres lorsqu'ils sortent du ventre de leur mère, PPDA lance : «Parfois on peut chuter mais on rebondit très vite».


Le présentateur enchaîne sur un autre reportage. Puis arrive la fin du JT. La chaîne avait annoncé qu'elle consacrerait quelques minutes à une rétrospective en images de la carrière de son présentateur vedette.


 «Merci pour ce lien que nous avons tissé»


Mais PPDA prend quelques instants pour conclure. Terminant un reportage sur le musée virtuel d'Herculanum en Italie, il explique que la tragédie de Pompeï avait inspiré Shakespeare. Habile transition pour citer, justement, le Barde : «Ce qui ne peut être évité, il faut l'embrasser. Alors, puisque je n'ai pu éviter ce qui m'arrive ce soir, je vous embrasse tous».


Et le journaliste le plus connu des Français d'enchaîner sur des remerciements «chaleureux» à la rédaction de TF1, mais surtout à ses téléspectateurs : «Merci pour votre affection, votre confiance, pour ce lien que nous avons tissé… Et je suis sur qu'on va se revoir très vite», conclut-il.


Avant de terminer sur une pique : «Je vous laisse entre de bonnes mains pour l'été, puisque ce sont celles… d'Harry Roselmack». Et pas de Laurence Ferrari, qui le remplacera officiellement à la rentrée.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com