Devoir patriotique …





La flambée en continu des prix des matières premières et particulièrement le pétrole ainsi que la crise alimentaire tenace mettent à mal les économies aux quatre coins de la planète. Dans les pays émergents notamment, la concrétisation des objectifs de développement relève proprement du challenge et les décideurs économiques ne cessent de se triturer les méninges dans l’espoir de trouver la meilleure voie à même d’assurer une sortie sans trop de dégâts de cette zone de fortes turbulences.


Force est de reconnaître à cet effet que la mobilisation et, surtout, l’exploitation à bon escient de toutes les ressources potentielles constituent pour notre pays un passage obligé afin de donner corps à nos aspirations légitimes en termes de croissance, d’investissement et d’emploi. Les Tunisiens de l’étranger représentent à cet effet une force de frappe non négligeable qu’il importe aujourd’hui de mieux encadrer et sensibiliser pour une plus grande participation à l’œuvre nationale de développement. Selon les derniers chiffres, quelque 1.018.173 de Tunisiens vivent à l’étranger contre 436.806 seulement en 1987, soit un taux d’accroissement annuel moyen de 4,3%. Le répertoire des compétences tunisiennes à l’étranger réalisé par l’OTE fait état de plus de 7700 cadres de haut niveau répartis dans le monde. De même que les statistiques fournies par le ministère des Affaires étrangères font ressortir que le nombre des cadres, des hommes d’affaires et des commerçants a atteint 108.026 personnes en 2007, soit 10,6% de l’ensemble de la communauté tunisienne résidant à l’étranger.


A ne point occulter dans cette même perspective, l’apport non négligeable de notre communauté établie outre-mer dont les transferts de fonds constituent une des principales sources de devises pour le pays. En 2006, ces transferts se sont élevés à 2010 MD, occupant ainsi la 4e position en matière de ressources en devises après les exportations du textile-habillement, le cuir et chaussures, les industries mécaniques et électriques et les recettes touristiques.


Ces statistiques, particulièrement édifiantes, démontrent en tout cas que nos compatriotes émigrés peuvent contribuer, de manière encore plus active, à la réalisation des objectifs fixés dans le cadre du XIe Plan de développement. Les élites tunisiennes à l’étranger qui disposent d’une riche expérience et qui ont largement fait leur preuve dans leurs pays d’accueil peuvent également jouer à cet effet le rôle de poste avancé pour promouvoir le “made in Tunisia”. Livrée à la dure épreuve de la mondialisation marquée par une concurrence exacerbée et une conjoncture difficile, la Tunisie a, en fait, ardemment besoin de l’apport actif de tous ses enfants pour négocier avec succès les défis à venir.


Les Tunisiens de l’étranger ne manqueront certainement pas de répondre à l’appel de la mère-patrie et de se mobiliser pour s’acquitter d’un devoir éminemment patriotique, au moment où le pays en a plus que jamais besoin …


Chokri BACCOUCHE




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com