L’équation de notre avenir !





«A l’heure où l’Etat ne ménage aucun effort pour promouvoir toutes les catégories sociales et porter assistance aux nécessiteux et aux économiquement faibles du côté desquels nous nous sommes toujours rangés, l’ampleur des défis existants, à la lumière des aléas prévalant dans le monde et dont, en particulier, la hausse sans précédent des prix des hydrocarbures et des produits alimentaires de base, nous commande, à tous, de conjuguer nos efforts pour relever ces défis, avec toutes les implications qui en découlent, y compris le partage des sacrifices à consentir et la consécration des valeurs de solidarité et d’entraide entre l’ensemble des Tunisiennes et des Tunisiens.’’
Voici la vérité, dénudée de tout apparat, telle quelle. On comprend que, certes, nous faisons tous les efforts humainement possibles et nous déployons toute la créativité dont nous sommes capables pour préserver nos équilibres si laborieusement atteints, mais que les pressions exogènes deviennent tellement fortes que nous devons nous tenir prêts à consentir quelques sacrifices.
Sacrifices qui, soit dit en passant, pourraient devenir légers à souhait si nous avons l’intelligence de changer de comportement à l’égard de tout ce qui touche à l’énergie ; c'est-à-dire avoir désormais un comportement particulièrement attentif dans nos foyers respectifs, nos entreprises, avec nos véhicules…
Telle est l’équation de notre avenir ainsi qu’énoncée par le Président Ben Ali lors de la clôture des travaux de la IXe session ordinaire du Comité central du RCD.
Ses éléments sont multiples. La hausse catastrophique des prix des hydrocarbures sur les marchés mondiaux, le prix doublé ou triplé des produits alimentaires… d’une part. Et nos projets de développement, nos efforts pour dynamiser l’emploi (spécialement celui des diplômés de l’enseignement supérieur), nos projets d’attrait des investisseurs tunisiens et étrangers, nos équilibres sociaux… d’autre part.
L’équation de notre avenir parait complexe quand on se laisse submerger par les données et les mauvaises nouvelles des marchés mondiaux. Pourtant, quand on l’examine d’un peu plus près, on se rend vite compte que nous avons plusieurs clefs en notre possession pour la résoudre. Notre pays a une très bonne réputation au sein de la communauté internationale, il existe une réelle cohésion chez nous, les activités exportatrices sont de plus en plus dynamiques, notre population est de plus en plus éduquée et donc capable de changer souplement de comportement de consommation tout en ouvrant encore plus la porte aux secteurs à plus forte valeur ajoutée…
C’est sur tout cela qu’il faut capitaliser !
Manoubi AKROUT
manoubi.akrout@planet.tn




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com