En amical/ A.S.M. – C.A. (0 – 0) : Ennuyeux pour le public, instructif pour les entraîneurs





Pour les Marsois, après une série de matches de mise en branle, ce fut le premier test grandeur nature. Quant aux Clubistes, il leur fallait vivre de certitudes avant le déplacement à Bamako.


Pour les uns comme pour les autres, l’enjeu était donc important, malgré le qualificatif d’amical, caractérisant ce match. En effet, côté marsois, le nouveau coach à la barre, l’Algérien Abdelkrim Bira, avait besoin d’éprouver ses joueurs dans un contexte exigeant et il ne pouvait espérer mieux que le champion sortant comme antagoniste, de surcroît en pleine campagne africaine. Les joueurs , pour leur part, s’échinent tout naturellement à emporter l’adhésion de leur entraîneur. Côté clubiste, cette rencontre s’assimilait à un jalon de premier ordre  à une semaine de la deuxième manche contre Djoliba.


Concernant le déroulement du match les deux entraîneurs compatriotes, se prévalant tous deux de la nationalité algérienne, ont opté pour deux démarches différentes avec un point commun, celui de n’avoir opéré aucun changement au cours de la période initiale. Mais si à la reprise, Bira a choisi d’injecter progressivement les remplaçants, Ben Chikha a tangiblement métamorphosé sa formation.


Une kyrielle de nouveaux visages


Cette remarque concerne l’équipe marsoise. En effet,  plusieurs joueurs, venant de divers horizons ont été alignés par Bira, entendons le latéral droit, Khémili, ex-sociétaire de la J.S.Soukra, l’arrière-central, Kammoun, venant du SRS. A l’entrejeu, nous avons vu à l’œuvre l’Arianais Nçaibi, alors qu’en attaque, un duo étranger a été mis à l’essai, le Guinéen Mara et l’Ivoirien Brahima. Globalement, les Marsois ont sorti un match honnête, sans plus, avec toutefois, une certaine indigence offensive, la percussion dans ce secteur ayant fait cruellement défaut.


Un champ de solutions réduit


Pour Ben Chikha, tout ne s’annonce, objectivement pas au mieux, au vu des choix limités auxquels il est astreint. En défense, à part le rugueux défenseur axial, Bachtobji, tous les autres postes sont sujets à inquiétude. Il y a d’abord le poste de gardien dont Berrejeb, en l’absence de Nefzi, s’aquitte tant bien que mal. Sur les flancs, Ben Chikha a aligné en première période Ifa à droite et Ouerhani à gauche. En seconde mi-temps, Il a effectué des réajustements en plaçant Souissi, qui a joué lors des 45’ initiales dans l’axe, à droite et en déplaçant Ifa à gauche, avec, à chaque fois, des résultats mitigés.


L’entrejeu, d’habitude le point fort constitué de Ouertani, Yahia et Sellami, continue de boitiller malgré l’apport de Mouihbi. En seconde période, Ben Chikha a testé Hmem à côté de Bachtobji, et a complètement chambardé la ligne médiane en incorporant Aouadhi, Hadhria, Ferchichi et même Exigi, qui a opéré en retrait.


Mouihbi pour sa part a été remplacé à la 65’ par Bargougui. Tout ce beau monde a toutefois manqué de cohésion. L’attaque aussi a pâti en première période,de la lenteur de Rhifi et du manque de fraîcheur de Dhaouadi et en seconde mi-temps, de l’isolement d’Osagi,  à la lumière de la concentration de joueurs à l’entrejeu, peut-être  un avant-goût du scénario de Bamako.


Wahid SMAOUI


_________
Formations


ASM: Trabelsi (Belkhodja 46’), Khémili, Nachi (Kaddèche 35’), Kammoun (Yahiaoui 62’), Rammeh (Mahjbi 55’), Touati (Ben Messaoud 60’), Mgannem (Amri 65’), Nçaïbi (Tounsi 46’), Jéridi (Bouriel 58’), Mara (Dridi 65’), Brahima (Anniba 65’).


CA: Berrejeb, Ifa, Souissi, Bachtobji, Ouerhani (Hmem 46’), Ouertani (Aouadhi (46’), Yahia (Hadhria 46’), Sellami (Ferchichi 46’), Mouihbi (Bargougui 65’), Dhaouadi (Exegi 46’), Rhifi (Osagi 46’).




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com