LA REVUE HEBDOMADAIRE DES MARCHES : 25/07/2008 : Balance relativement équilibrée pour clôturer au-delà des 3000 points… (3020,55 pts)…






Au niveau international:


La semaine a été marquée par un repli des cours pétroliers,  une stabilité du dollar par rapport à l’euro…. et une contraction de l’activité industrielle et des services…


Sur le marché pétrolier, et  notamment aux Etats-Unis, les cours pétroliers ont signé une série de séances consécutives pour confirmer leur mouvement de repli, le baril passant même sous la barre symbolique des 125 dollars à la clôture, le Dow Jones en profitait pour signer une hausse de 0,3% à 11.632,4 points, tandis que le Nasdaq Composite reprenait 1% à 2325,9 points. « Le baril a terminé la journée de vendredi  25, sous le seuil de 125 dollars, ce qui constitue une première en six semaines, après la publication de stocks d'essence plus élevés que prévu la semaine dernière aux Etats-Unis » estime un gourou des marchés pétroliers. En attendant, les cours de pétrole sont stables en matinée après avoir chuté de plus de 3% mercredi à la suite de la publication par l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA) d'une hausse plus forte que prévu des stocks d'essence aux Etats-Unis . Les prix du brut ont chuté de plus de 23 dollars le baril depuis leur plus haut historique de plus de 147 dollars atteint le 11 juillet dernier, ce qui représente la plus forte baisse, en dollars, de l'histoire du marché pétrolier. Exprimé en pourcentage, le recul de 15% est le plus marqué depuis le début de l'année 2007. L'EIA a annoncé mercredi une baisse des stocks de pétrole brut de 1,6 million de barils la semaine dernière aux Etats-Unis à 295,3 millions de barils. Mais les stocks d'essence se sont inscrits en hausse de 2,9 millions de barils à 217,1 millions de barils, de même que les produits distillés, dont les stocks ont augmenté de 2,4 millions de barils à 128,1 millions de barils.


Au niveau des marchés des changes, à la clôture de la semaine, le dollar est demeuré stable face à l'euro … Le dollar résistait face à l'euro dans les échanges asiatiques, sous le seuil de 1,57 dollar pour un euro, restant soutenu par la poursuite du recul des cours de l'or noir et les rumeurs d'une possible hausse des taux par la Fed. Vers 06H00 GMT (08H00 à Paris), la devise unique européenne ne gagnait qu'un pouce de terrain face au dollar, à 1,5694 contre 1,5693 dollar mercredi soir à 21h00.Le billet vert, passé mercredi pour la première fois depuis deux semaines sous le seuil de 1,57 dollar pour un euro, est d'abord soutenu par la baisse continue du pétrole. Dans les échanges matinaux jeudi, le "light sweet crude" cédait encore 55 cents à 123,89 dollars le baril et le Brent perdait 24 cents à 125,05 dollars. "Le dollar devrait continuer à être soutenu si les cours du pétrole poursuivent leur baisse, tirés vers le bas par une baisse de la demande américaine", expliquaient ainsi les analystes de la Sumitomo Mitsui Banking Corporation jeudi dans une note à leurs clients.


Au niveau de l’activité économique, on notera qu’au Japon,  l'excédent commercial se serait établi à 138,6 milliards de yens (816 millions d'euros) en juin, ce qui représenterait une baisse, plus marquée que prévu, de 88,9% par rapport à il y a un an. La prévision médiane des économistes était d'un excédent de 503,0 milliards de yens, soit une baisse de 59,6%. La contraction plus forte que prévu de l'excédent commercial s'explique essentiellement par la baisse, la première en près de cinq ans, des exportations, ce qui laisse à penser que le ralentissement économique provoqué par l'effondrement du marché des "subprime" aux Etats-Unis il y a près d'un an commence à se faire sentir auprès des pays clients du Japon. Les exportations auraient reculé de 1,7% alors que les économistes attendaient une hausse de 3,8%. Les importations auraient de leur côté augmenté de 16,2%.


Dans la Zone Euro, sur le même chapitre, les secteurs des services et de l'industrie auraient tous deux subi une contraction plus marquée que prévu de leur activité au mois de juillet, et le pire semble encore à venir, selon l'indice PMI flash de RBS-Markit. Ces indicateurs, compilés à partir d'une enquête menée auprès de 5.000 entreprises, vont conforter les craintes d'une stagflation dans la zone euro, la croissance montrant des signes de ralentissement rapide alors les prix du pétrole maintiennent les pressions inflationnistes .L'indice PMI flash du secteur des services est tombé à 48,3 en juillet, contre 49,1. Les économistes attendaient en moyenne 48,8. L'indice PMI flash manufacturier est ressorti à 47,5 en juillet, contre 49,2 en juin et un consensus de 48,7.C'est le deuxième mois de suite que ces deux indices sont sous la barre des 50, qui traduit une contraction de l'activité.


Tunis


* Conjoncture économique : Le Premier ministre M. Mohamed Ghannouchi, a réuni, en expert, une pléiade de journalistes, pour faire le point de la situation économique et mettre  en exergue la stratégie d’ajustement des pouvoirs publics pour contrer les effets des chocs de la hausse des cours pétroliers et des matières de base, sur l’activité et les prix en Tunisie. Cette rencontre, en filigrane, se proposait de mettre un terme aux interrogations des observateurs et des opérateurs quant à l’adaptabilité de l’économie tunisienne. Pour le Premier ministre, « La Tunisie a su dans un passé proche dépasser sans dégâts une conjoncture difficile…. Elle le peut cette fois-ci aussi, à condition que … » le système puisse accroître la création d’emplois à 90.000 en moyenne de 2008 à 2011,  intensifier l’effort d’investissement, surtout pour les activités à haute valeur ajoutée, améliorer la productivité globale des facteurs et la qualité des produits pour accroître le rapport qualité/prix et préserver et/ou gagner des parts de marchés à l’export, améliorer le pouvoir d’achat des ménages sans relancer la spirale prix/salaires pour préserver la marge de compétitivité des entreprises et leur capacité de création d’emplois, préserver les équilibres internes et externes et enfin, rationaliser le taux d’utilisation des ressources naturelles nationales (l’énergie, l’eau et les espaces arables).


Les instruments de la stabilisation sont de nature structurelle. Nous avons retenu pour, l’essentiel : l’amélioration de l’environnement des affaires pour intensifier l’initiative privée dans le domaine de l’investissement et de la création d’entreprises,  la participation accrue du secteur privé aux grands travaux d’infrastructure dans le cadre de concessions, la mise en place d’une réforme de la formation professionnelle et de l’Enseignement supérieur en relation des besoins exprimés par le marché du travail et du secteur privé, l’amélioration du taux d’utilisation de la capacité de production agricole, notamment dans les branches « céréales » et « élevage », la mise en place d’une politique de prospection pétrolière orientée vers les gisements devenus rentables aux cours pétroliers actuels et enfin, la mise en place d’un train d’incitations à l’investissement pour la production d’équipements à faible consommation énergétique et des énergies renouvelables.


De fait, c’est tout un programme d’ajustement structurel qu’il s’agit. Et comme tout programme de ce type, il requiert une cohésion sociale à toute épreuve.


Au niveau de la Bourse des Valeurs Mobilières, le débat sur les avantages de l'introduction en bourse a eu lieu, mercredi, à Tunis. Cette manifestation a été l'occasion de mettre l'accent sur l'intérêt qu'il y a pour les entreprises tunisiennes à recourir au marché financier afin d'améliorer leur visibilité et de conférer à leurs activités la transparence requise. Pour M. Khaled Zribi, directeur général de CGF (intermédiaire en Bourse), le recours au marché financier constitue pour l'entreprise le meilleur moyen de subvenir à ses besoins en financement au moindre coût, de lever plus de fonds, de réduire son endettement et de diversifier ses sources de financement. Il a ajouté que la communication financière ne doit pas être une obligation légale pesante, mais plutôt une stratégie adoptée par l'entreprise en vue de garantir sa pérennité et accroître sa rentabilité. Intervenant M. Adel Grar, président de l'Association des intermédiaires en bourse (AIB), a indiqué que le rôle de l'analyste financier est de transformer l'information privée transmise par l'entreprise en analyses destinées à éclairer les investisseurs, mettant l'accent, notamment, sur l'importance de la transparence financière, laquelle a pour mérite de renforcer la confiance entre l'entreprise et les investisseurs. Le débat a porté, également, sur le rôle du marché alternatif dans le renforcement des ressources de financement.


Sur le plan monétaire, le volume global de refinancement (-863,4: à la date du 22/07/2008), qui matérialise une ponction des liquidités, estimée relativement importante, compte tenu du niveau d’activité et de la stabilité des prix. Le Taux de Marché Monétaire (TMM) s’est situé à 5.13%. Le marché monétaire se caractérise par une situation de surliquidités, ce qui se traduit par une détente sur les taux d’autant plus remarquable que la banque centrale agit pour injecter des liquidités., les avoirs en devises (au 22/07/2008) estimés à 136 jours d’importation, contre 146 jours l’année précédente à la même date, suggère un resserrement de la contrainte extérieure.


 


Au niveau du marché des changes, le taux de change du dinar (au 22/07/2008) s’est déprécié par rapport à l’euro, il s’est apprécié par rapport au dollar américain, au dirham marocain et au yen japonais.


 


_______________________


 


Le marché boursier, au 24/07/2008.


Le marché reste fébrile et baissier, pour se maintenir dans sa zone haute du couloir à 200 jours et à 50 jours. 


Les récents rebonds des cours, trouvaient leur origine plus dans les rééquilibrages des liquidités des agents et dans des prises de bénéfices. Ils ont cédé la place à des rallyes baissiers sous-tendus par des prises de bénéfices.


Au niveau des secteurs : Indices Sectoriels au [24/07/2008] : clôture de la semaine : le rebond .


Tous les secteurs sont concernés par des arbitrages : sept sont à la hausse et deux à la baisse. Au niveau des variations annuelles, on notera: six secteurs en hausse, contre trois à la baisse.


Sur l’ensemble de la semaine (quatre jours de bourse), 63 panneaux étaient à la hausse, contre 66 à la baisse.


Au 24/07/2008:


La semaine a été copieusement haussière, avec 4 séances de hausse à la clôture de la semaine. 


Depuis la mi-mai, le marché boursier affiche une configuration relativement volatile à tendance mitigée dans un couloir en-deçà des 3100 points. Néanmoins, au cours des 20 dernières séances de bourse, la volatilité s’est transformée en rallye haussier avec franchissement de la ligne de résistance à la hausse au-delà des 3000 points, et à plusieurs reprises.


Le Tunindex reste sous-tendu des forces d’achat et de vente relativement fortes et très sensibles à la surliquidité des agents.


La semaine au 11/7/2008, suggère une phase de consolidation dans la zone haute du couloir à 50 jours de bourse, avec rebonds et de reprises haussières prudentes qui semblent tirer les cours à la baisse en-deçà de la ligne de résistance à 3000 points. Il semblerait que les prises de bénéfices qui ont profité aux panneaux les plus en vue, et qui ont été suivies par des réajustements de portefeuille et de rééquilibrages dont l’origine se trouve dans les tensions sur les liquidités des agents.


En attendant, le franchissement haussier de la ligne de résistance à 3030 points est confirmé : le TUNINDEX pourrait se stabiliser dans la zone basse de son couloir à 3050-2900 points.


 


__________________


 


N.B. Les informations et analyses diffusées par « LE QUOTIDIEN – PERSPECO » ne constituent qu'une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité du « QUOTIDIEN – PERSPECO » ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l'utilisation des informations et analyses par les lecteurs. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter.


 


______________________


 


Au niveau des cours, la semaine a révélé un certain nombre  de panneaux à surveiller, notamment:


AB : La banque lance le premier emprunt obligataire subordonné à long terme et à taux fixe (Communiqué de presse) …


Amen Bank vient d’obtenir le visa du Conseil du Marché Financier pour lancer un emprunt subordonné « Emprunt Subordonné Amen Bank 2008 » d’un montant de 40 millions de dinars.


Avec une bonne performance économique et financière, le titre peut prétendre à plus.


Avis: prendre ses bénéfices.


ADWYA : Titre performant, il semble se stabiliser en zone de vente..


Avis: conserver/prendre ses bénéfices.


AL : relativement devenu trop volatile, titre performant… il peut promettre.


Avis: achat sur repli.


ALKIM : Résolument baissier en zone de vente, trop volatile et risqué, le titre tend à vouloir sa ligne de résistance.


Avis: rester à l’écart.


ASSAD : Titre haussier dans sa phase ascendante.


Avis: conserver.


AST : Indicateurs d'activité au 31 mars 2008: Les primes émises en hausse de 5,23% par rapport au 1T07.


Titre trop risqué, …


Avis: prendre ses bénéfices.


ATB : performant en zone de vente, tend à changer de palier…


Avis : conserver/prendre ses bénéfices


ATL : très volatile, le titre est considéré comme porteur.


Avis : rester à l’écart.


BH : En zone de vente, le titre se retrouve en consolidation baissière.


Avis : conserver/prendre ses bénéfices.


BIAT : Titre en zone d’achat. Il affiche une tendance baissière. Le titre tend à reprendre son souffle.


Avis : accumuler/achat sur repli.


BNA : Tendance baissière sur 50 jours de bourse. Titre volatile, en zone de vente. Il a réalisé une bonne performance boursière.


Avis : conserver/prendre ses bénéfices.


BT : Indicateurs d'activité du 1er trimestre 2008: le PNB de la banque en hausse de 6,1%


L’activité de la Banque de Tunisie a été marquée à la fin du 1er trimestre 2008 par les faits suivants :


* Au 31/03/2008, les crédits à la clientèle (net des provisions constituées à la fin de l’exercice 2007) ont augmenté au taux de 8,6% par rapport à la même période 2007. Du 01/01/2008 au 31/03/2008 la variation des crédits est de + 130.839 mille dinars.


* Les dépôts de la clientèle ont continué à augmenter pour atteindre 1.438 millions de dinars au 31/03/2008, soit une progression de 13,4% par rapport au 31/03/2007. Du 01/01/2008 au 31/03/2008 la variation des dépôts est de + 169.378 mille dinars.


* Les produits d’exploitation bancaire sont en progression de 8.4% entre mars 2007 et mars 2008 grâce notamment aux intérêts qui ont augmenté de 12,7% et aux produits des services qui ont augmenté de 4,1%.


* Le produit net bancaire a enregistré une évolution positive de 6,1%.


* Les frais généraux continuent à être bien maîtrisés et ont évolué de 4,8% entre mars 2007 et mars 2008.


Tendance haussière. Le titre se replie vers sa zone médiane.


Avis : achat sur repli.


BTE : Indicateurs d'activité du 1er trimestre 2008: Le Produit net bancaire en hausse de cours de 27,1% du premier trimestre 2008 à 3,426 MD.


L'activité de la BTE a été marquée au cours du premier trimestre 2008 par un accroissement de 26,8% (+1,254 million de dinars) des produits d'exploitation bancaire par rapport au premier trimestre 2007.


Le Produit net bancaire a enregistré au cours du premier trimestre 2008 un accroissement de 27,1% (+0,730 million de dinars) par rapport aux trois premiers mois de 2007.


Le portefeuille titres a enregistré une évolution de 14,3% (+4,040 millions de dinars) résultant d'une part des investissements réalisés dans les filiales de la banque et d'autre part des placements dans des obligations émises sur le marché.


L'encours des crédits a enregistré au cours du premier trimestre 2008 un accroissement de 16% (+41,041 millions de dinars) résultant essentiellement de l'accroissement des crédits à long et moyen terme (+17,507 millions de dinars), des crédits à court terme (+19,491 millions de dinars) et du leasing (5,157 millions de dinars).


Les dépôts de la clientèle ont enregistré au cours du premier trimestre 2008 un accroissement de 316,2% (+68,646 millions de dinars) par rapport à la même période de 2007. Toutes les catégories de dépôts ont connu une croissance soutenue par rapport à 2007 et en particulier les dépôts à terme (+407%) ainsi que les dépôts à vue (+240%).


Tendance haussière accélérée. Une excellente performance boursière.


Avis : accumuler/achat sur repli.


CARTE : Indicateurs d'activité du 1er trimestre 2008: Hausse des primes émises de 5,20% par rapport au 31 mars 2007


Faits saillants ayant marqué l'activité de la compagnie au 31/03/2008


- Les bases retenues pour l'élaboration des indicateurs ci-dessus sont la comptabilité générale, la comptabilité agence et les fiches informatiques production, sinistre et encaissement.


- Les chiffres communiqués gardent leur caractère provisoire.


Pour mémoire : Forte hausse du résultat net au 31 décembre 2007 à 7,309 MD, contre 2,209 MD en 2006.


Le résultat net de la compagnie au titre de 2007 a plus que triplé pour atteindre 7,309 MD contre 2,209 MD en 2006, soit une hausse de 230,8%, alors que les primes émises ont augmenté de 34,8% à 8,765 MD.


En zone de vente, pas trop risqué et trop volatile;


Avis : prendre ses bénéfices.


CIL : La Compagnie internationale de Leasing (CIL) a tenu son Assemblée Générale Ordinaire en date du 17 avril 2008, pour statuer sur l’exercice 2007, un exercice particulièrement favorable à tout le secteur, en forte croissance


 Après la lecture du rapport du conseil d’administration et de celui des commissaires aux comptes, les dirigeants de la compagnie ont commenté les chiffres enregistrés en 2007. CIL a dégagé un résultat net de 3,470 MD au 31 décembre 2007, en hausse de 23,8% par rapport à l’exercice précédant. Avec une progression des mises en force de 44,56% à 133 MD, la part de marché de CIL est passée de 17,2% à 18,2%. A ce sujet, le PDG de la compagnie s’est félicité d’une telle progression, qualifiée d’exceptionnelle, mais a précisé que la politique de CIL privilégie la qualité du risque sur la production, l’objectif n’est donc pas de rééditer cette performance, mais d’améliorer la couverture des créances classées dont le taux s’est établi à 9,75% en 2007 contre 13,85% une année auparavant. Ces créances ont été couvertes à raison de 88% (76,8% en 2006), bien mieux que ce que stipule la directive de la BCT, à savoir un taux de couverture de 70% en 2009. CIL entend assurer une couverture à 100% de ses créances douteuses ou litigieuses dans un avenir proche.


Tendance haussière accélérée. Une excellente performance boursière.


Avis : prendre ses bénéfices/conserver.


GIF : Tendance baissière très accentuée même si le titre se reprend en zone médiane.


Avis : accumuler/achat sur repli


ICF : Tendance haussière très accentuée.


Avis: rester à l’écart/prendre ses bénéfices.


KAIR : Tendance baissière. Le titre se retrouve en zone médiane, relativement volatile, 52 séances haussières contre 8 baissières.  Le titre se défend laborieusement des forces de vente avec des indicateurs boursiers relativement bons. Il devrait se reprendre au cours des semaines à venir.


Avis: conserver/accumuler/achat sur repli.


LSTR : Le titre est relativement peu volatile. Il affiche une tendance légèrement baissière. Les performances économiques et financières sont à la mesure des investissements réalisés en 2006 et en 2007. On peut préjuger d’une bonne tenue à venir du titre.



Avis: achat sur repli/accumuler.


MAG : Titre hautement volatile et risqué d’autant plus qu’il affiche une tendance baissière depuis le début de l’année. Il confirme sa phase ascendante pour se positionner en zone de vente.


Avis : prendre ses bénéfices.


MAZ : Titre résolument haussier mais très volatile et risqué. Il a réalisé une excellente performance boursière depuis début septembre.


Avis: prendre ses bénéfices/rester à l’écart.


MGR : Titre relativement volatile mais tend à se stabiliser. Il affiche une tendance haussière. Depuis le 07/01/08, il est dans sa phase de repli pour se positionner dans la zone médiane.


Avis : rester à l’écart.


MNP : Titre volatile, il tend à se stabiliser en zone de vente. Il affiche une tendance résolument haussière dans sa zone ascendante. Le titre affiche une performance financière et boursière exceptionnelle.


Avis : alléger/prendre ses bénéfices.


SFBT : Indicateurs d'activité du 1er trimestre 2008: Hausse de 2,29% du chiffre d'affaires par rapport à la même période de 2007. La baisse du chiffre d'affaires des boissons gazeuses s'explique par la diminution des exportations


Les ventes sur le marché local ont progressé de 11,04%


Titre relativement volatile mais tend à se stabiliser. Il affiche une tendance baissière. Le titre est porteur, mais relativement risqué.


Avis: rester à l’écart/achat sur repli.


SIAME : Titre relativement volatile et risqué. Il affiche une tendance résolument baissière. Le titre est dans une phase de reprise non confirmée. Le cours est en phase intermédiaire.


Avis : achat sur repli.


SIMPAR : Titre relativement volatile. Il affiche une tendance descendante dans une phase de turbulences.


Avis : rester à l’écart.


SIPHAT : Titre à tendance résolument baissière. Il est en phase baissière. Le titre a affiché une contre-performance boursière relativement importante. En Zone d’achat.


Avis : accumuler/achat sur repli.


SITS : Titre à tendance résolument baissière, avec rebonds. Il est en phase baissière. Le titre a affiché une contre-performance boursière relativement importante. En Zone d’achat.


Avis : accumuler/achat sur repli.


SOKNA : Résultat net en hausse de 63,5% au 31 décembre 2007.


Le résultat net de la société est passé de 1,119 MD en 2006 à 1,830 MD à fin 2007, soit une progression de 63,5%. ESSOUKNA a dégagé un résultat d’exploitation de 2,774 MD au 31 décembre 2007, en hausse de 35% par rapport à celui en registré en 2006.


Titre relativement peu volatile. Il affiche une tendance baissière avec rebond technique.


Avis: accumuler/achat sur repli.


SOMOC : Franchissement du seuil de 10% directement à la Baisse le 14/02/2008.


 Le titre est attaqué, il  tend à se stabiliser au plus bas de sa zone d’achat.


Avis: achat sur repli/accumuler.


SOTET : Titre relativement volatile. Il affiche une tendance baissière. Depuis mi-décembre, il est dans sa phase de repli.


Le titre se retrouve au plus bas dans sa zone d’achat. Il a déjà franchi la barre symbolique de 20 DT à la baisse. Le titre se voudrait performant à condition que les résultats de leur activité soutiennent les forces d’achat. En attendant, …


Avis : prendre ses bénéfices.


SOTUV : Titre très volatile et risqué. Il se retrouve en zone de vente.


Avis: prendre ses bénéfices.


SPIDIT : Indicateurs d'activité au 31 mars 2008: Les revenus de la société ont diminué de 26,10% par rapport au 1.T07.


Suite à la baisse des cours boursiers, les reprises de provisions ont été moins importantes que celles de l'exercice précèdent et les dotations aux provisions ont fortement augmenté.


Commentaire:


* Contrairement à l'exercice 2007, les dividendes des participations non cotées n'ont pas été encaissés au cours du premier trimestre 2008.


* Les participations Hors Groupe ont été provisionnées en 2007 à hauteur de 847 500 DT.


* Les montants des participations groupe et hors groupe ont été modifiés suite à certaines opérations de reclassement effectuées au 31/12/2007 sans que ces dernières n'aient eu d'incidence sur le total des immobilisations financières.


* Le montant des autres produits d'exploitation se compose essentiellement de jetons de présence encaissés pendant le premier trimestre l'année dernière contrairement à cette année.


Titre peu performant avec une volatilité relativement prononcée. Affichant une tendance fortement descendante, le titre est dans sa phase de repli et  se retrouve au plus bas de sa zone d’achat.


Avis : rester à l’écart.


STAR : Le résultat net atteint 5,895 MD au 31 décembre 2007 (contre 15,8 MD en 2006) ; Chiffre d'affaires en hausse de 1,4% (Télécharger les états financiers 2007.


Le résultat net de la STAR à 5,895 MD au 31 décembre 2007, tenant compte de l’absorption de la totalité de l’insuffisance des provisions enregistrée hors bilan à la clôture de l’exercice 2006 soit 56,605 MD. Le chiffre d’affaires est en hausse de 1,4% à 216 ,536 MD.


Très trop volatile et risqué. Avec une tendance résolument haussière. Il est dans une phase ascendante pour se retrouver accolé à sa ligne de résistance. Le titre affiche une performance boursière exceptionnelle.


Avis: prendre ses bénéfices.


 


STB : Titre relativement volatile. Il affiche une tendance stable en phase de repli. Le titre se retrouve en zone intermédiaire.


Avis : accumuler/achat sur repli.


STEQ : Titre relativement volatile. Il est en zone d’achat et tend au rebond, ayant réalisé une bonne performance boursière.


Avis: achat sur repli.


STIP : Titre très volatile et risqué. Il affiche une tendance baissière pour se retrouver au plus bas de son couloir.


Avis: rester à l’écart/achat sur repli.


STPIL : Titre relativement volatile et risqué. Il affiche une tendance baissière en zone d’achat.


Avis : accumuler/achat sur repli.


TAIR : Titre moins volatile. Il affiche une tendance baissière sur 200 j et haussière sur 50 j.


Avis : conserver/prendre ses bénéfices.


TINV : Titre très volatile et trop risqué. Il tend à se stabiliser en zone en vente ayant réalisé une bonne performance boursière depuis début novembre.


Avis : conserver/prendre ses bénéfices.


TIJARI : Indicateurs d’activité du premier trimestre 2008 : Le chiffre d’affaires évolue de 20% et le PNB de 32,9% par rapport à la même période en 2007


L’activité d’Attijari bank au cours du premier trimestre 2008 a été marquée par une évolution du chiffre d’affaires de 7,7 Millions de dinars, soit 20 % et du produit net bancaire de 6,4 Millions de dinars représentant 32,9 % par rapport à la même période de l’année précédente.


Cette évolution résulte de la marge sur intérêts + 3,7 Millions de dinars, des gains réalisés sur le portefeuille titres + 1,8 Millions de dinars et des commissions + 0,9 Million de dinars. Quant aux charges opératoires, elles ont augmenté de 17,6%. Durant la même période, les dépôts de la clientèle ont augmenté de 6,6%. Notamment les dépôts à vue + 18 % et l’épargne + 13,6 %. Les crédits à la clientèle ont enregistré une progression de 11,8 % par rapport à fin mars 2007.


- Compte rendu de la communication financière du 15 avril 2008: Retour des bénéfices lors du 1.T08, Résultat net prévu à 37 MD en 2008.


Le PNB d’ATTIJARI BANK a augmenté de 29% à 105 MD, le RBE est passé de 25,4 MD à 42,5 MD, soit une hausse de 68%, et enfin le coefficient d’exploitation s’est amélioré pour s’établir à 60,4% contre 68% en 2006, des évolutions très significatives et encourageantes pour la direction de la banque.


Le titre reste très volatile mais tend à se stabiliser. Il affiche une tendance haussière pour se retrouver en zone de vente. Très bonne performance boursière depuis début novembre.


Avis: conserver/achat sur repli.


TJL : Titre volatile et risqué. Il est dans sa phase de consolidation haussière sur 50 j.


Avis: conserver/achat sur repli.


TLAIT: Titre trop volatile et trop risqué. Le titre est sur sa phase de consolidation en zone d’achat sur 50j.


Avis : rester à l’écart.


TLS : Titre relativement peu volatile en zone intermédiaire.


Avis : conserver.


TPR :


Indicateurs d'activité au 31 mars 2008: Chiffre d'affaires en hausse de 39% à 19,097 MD.


* Accroissement notable du chiffre d'affaires par rapport à la même période 2007 de (+39%)


* Progression importante des ventes à l'export par rapport à la même période 2007 de (+44%)


* Augmentation de la production de (+21%) par rapport à la même période 2007


* Consolidation et progression des investissements corporels et incorporels par rapport à la même période 2007 de (+48%)


* Renforcement des ressources humaines et consolidation du taux d'encadrement


Titre dynamique: il affiche une tendance résolument haussière et un semblant de phase de repli.


Avis : prendre ses bénéfices.


UBCI : Indicateurs d'activité au 31 mars 2008: Progression de 12% du chiffre d'affaires à 32 MD et de 10,39% du PNB à 21 MD.


Les principaux indicateurs d’activité de l’UBCI au cours de ce premier trimestre de l’exercice 2008 continuent leur progression.


* La politique de densification du réseau commercial de la Banque, entamée depuis l’exercice 2005 a contribué à l’accroissement du PNB, du volume des crédits accordés à la clientèle, du volume des dépôts et avoirs de la clientèle.


* L’UBCI a réalisé au 31/03/2008, un chiffre d’affaires de 32 MD, réalisant une progression de 12 % par rapport au 31 mars de l’année précédente.


* Le produit net bancaire dépasse 21 MD, en hausse de 2 MD, soit une évolution de 10.39 % par rapport au 31/03/2007. Les charges opératoires progressent de 2% seulement


* L’encours des crédits à la clientèle a enregistré une évolution de 150 MD, soit 15.25 % par rapport au 31/03/2007, pour atteindre 1.133 MD.


* Les dépôts de la clientèle ont augmenté de 23.49 % pour atteindre 1.238 MD. Cet accroissement provient de l’évolution des comptes à vue (+26.45%) et des comptes d’épargne (+ 11.86 %).


Titre moins volatile et moins risqué. Il affiche une tendance haussière sur 200 et sur 50 j.


Avis : achat sur repli/accumuler.


UIB : Titre relativement volatile et risqué. Il fait l’objet depuis une semaine de transactions relativement fournies. Il affiche une tendance résolument baissière sur 200 et sur 50 j pour se retrouver sur une phase de repli.


Avis : prendre ses bénéfices.


WIFAK : Titre relativement volatile. Il affiche une tendance baissière, dans une phase de reprise pour se retrouver dans sa zone intermédiaire.


Avis : accumuler/achat sur repli.


 


_____________________________


 


*Traitement des données : Laboratoire Euro-Méd. d’Analyses Economiques »  www.perspeco.com


* analyse : « LE QUOTIDIEN » : http://www.lequotidien-tn.com/


 * tahar.elalmi@gnet.tn


 


On retiendra de la semaine:


 


Au niveau international :


*Le brut reste sur une tendance mitigée à la baisse;


*Les marchés financiers sont tiraillés entre les grands établissements financiers et les fonds d’investissements outre-Atlantique et par la menace de nouvelles faillites bancaires aux Etats-Unis;


 


Au niveau national :


*La contrainte monétaire prend le pas à la relaxation puis à la correction des liquidités, pour ralentir la demande globale intérieure en deçà de l’emballement;


*Les tensions sur les taux et la contrainte de liquidité des agents sous-tendent les arbitrages de titres tous secteurs confondus, avec une tendance aux redémarrages des arbitrages sur des titres jugés performants et moins risqués. 

*Le marché boursier de Tunis, à balance relativement équilibrée, confirme son établissement dans un couloir 2900-3050 points.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com