LA REVUE DES MARCHES DU 28/07/2008 : Le dollar se déprécie de nouveau face à l’euro… et le brut reprend force et vigueur…






* A la BVMT, le Tunindex lâche du lest, en attendant une correction de baisse…


 


Le dollar était en petite baisse hier face à l'euro, dans un marché volatil, les cambistes attendant la publication d'indicateurs américains plus tard dans la semaine, confirmant une reprise de la croissance et l'éloignement du scénario de stagflation .Vers 09H00 GMT (10H00 à Paris), l'euro valait 1,5729 dollar, contre 1,5703 dollar vendredi à 21H00 GMT. La devise européenne montait face à la devise nippone à 169,41 yens pour un euro contre 169,12 yens vendredi soir .Le dollar baissait en revanche face à la monnaie japonaise, à 107,75 yens contre 107,85 yens vendredi. « Le marché des changes ne connaîtra certainement pas de répit cette semaine mais elle commence assez lentement en termes d'indicateurs » commentait Daragh Maher de Calyon. Corrélativement, les prix du pétrole remontent, rebondissant depuis un plus bas de sept semaines grâce à des achats à bon compte. A 05h30 GMT, le contrat septembre sur le brut léger américain gagnait 37 cents, soit 0,3%, à 123,63 dollars le baril et le Brent prenait 19 cents (0,15%) à 124,71 dollars. Les prix ont perdu plus de 23 dollars, soit 16%, lors des deux dernières semaines sur des inquiétudes sur la demande, la consommation des Etats-Unis et d'autres pays industrialisés montrant des signes de ralentissement.


Au niveau des marchés, à Wall Street, les actions américaines ont vu leurs gains se tasser vendredi en fin de séance, les investisseurs ayant fait preuve d'une certaine prudence à l'approche du week-end, comme l'illustre le volume d'activité relativement léger de la journée. A la clôture, le Dow Jones - qui progressait de 0,5% à la mi-séance - n'affichait plus qu'une avance de 0,2% à 11.370,7 points, tandis que le Nasdaq Composite reprenait 1,3% à 2310,5 points. "Les prix du pétrole ont encore perdu deux dollars pour établir de nouveaux plus bas de sept semaines", fait remarquer un analyste, pour lequel l'orientation positive de vendredi tient avant tout aux bons indicateurs économiques publiés au cours de la journée. Dans l'ordre chronologique, ce sont d'abord les commandes de biens durables qui ont réconforté les marchés. Selon le Département du Commerce, leur hausse a atteint 0,8% en juin, alors que la prévision médiane des économistes tablait au contraire sur une baisse de 0,4%. Le rebond des marchés s'est encore affirmé avec les ventes de logements neufs, pour lesquels les chiffres du mois de mai ont été revus en hausse à 533.000, contre 512.000 initialement .Enfin, l'indice de confiance des consommateurs de l'Université du Michigan pour juillet est ressorti en hausse à 61,2, contre un consensus de 56.


Dans la Zone Euro, à la Bourse de Paris, qui avait engrangé 1,8% la semaine dernière, devrait débuter cette nouvelle semaine sur une note plus prudente, alors que l'enthousiasme s'est légèrement émoussé vendredi à Wall Street en fin de séance.


De fait, le marché de Paris consolide ses positions par un rebond de 9,4% par rapport à son plancher du 16 juillet dernier. L’analyste technique, suggère la mise en place d’une zone à 4.330 points, testée le 24 juillet. « Elle constitue un point d'appui efficace en vue d'une reprise de la progression jusque vers 4.440 points, puis 4.535 points » estiment les analystes de marché.


Au niveau des organisations internationales, les négociations (au siège de l'OMC) pour accroître les échanges commerciaux internationaux ont enregistré des progrès sur des dossiers en apparence inextricables. Des contentieux, sur les subventions aux producteurs américains de coton ou l'ouverture du marché chinois, continuent de rendre incertaine l'issue des pourparlers, fixée au milieu de la semaine. Le cycle actuel de négociations a été lancé en novembre 2001 à Doha, la capitale du Qatar, pour donner un coup de pouce à l'économie mondiale en développant les échanges commerciaux par un nouvel abaissement des droits de douane .L'Union européenne et les pays d'Amérique latine ont travaillé toute la nuit de samedi à dimanche pour trouver un accord dans le différend qui les oppose depuis 16 ans sur le quota tarifaire préférentiel octroyé par l'UE à ses anciennes colonies pour leurs exportations de bananes.


Au niveau de la régulation conjoncturelle, on croit savoir que la Chine utilisera divers instruments, dont les taux d'intérêt, pour réguler sa croissance économique, a indiqué dimanche la banque centrale. Dans un résumé de sa réunion de politique monétaire du deuxième trimestre, la Banque populaire de Chine dit vouloir conserver une position "cohérente" en matière de politique monétaire, le même terme utilisé vendredi lors de la réunion du bureau politique du Parti communiste pour décrire l'orientation de la politique économique pour le reste de 2008. « Des facteurs défavorables dans la situation économique internationale et de graves catastrophes naturelles chez nous s'ajoutent aux incertitudes, mais n'ont pas changé les fondamentaux du développement économique de la Chine », déclare la banque centrale dans un communiqué diffusé sur son site web.


En Allemagne, l'inflation continue de faire baisser le climat de consommation en Allemagne, selon une étude menée par GfK au mois de juillet. L'indicateur du climat de consommation établi par l'institut de sondages s'établit à 2,1 points pour le mois d'août, par rapport à une valeur révisée de 3,6 points en juillet. Il s'agit de son plus bas niveau depuis juin 2003. Son indicateur concernant les attentes économiques a également diminué pour s'établir à -8 points, un niveau qui n'avait jamais été aussi bas depuis le mois de novembre 2005. "Les nouveaux sommets des coûts de l'énergie, les craintes de plus en plus fortes de récession, et la continuité de la crise des marchés financiers ont tous ébranlé d'une façon ou d'une autre la confiance des consommateurs allemands", explique GfK dans un communiqué.


Enfin, il convient de noter que Toyota annonce une révision en baisse de ses prévisions de ventes d'automobiles à travers le monde cette année, ne tablant plus que 9,5 millions d'unités contre 9,85 millions précédemment, en raison surtout de la déprime du marché américain. L'an dernier, le constructeur japonais avait enregistré des ventes mondiales de 9,36 millions de véhicules. A l’opposé, EADS (Airbus) signe une lettre d'intention avec Emirates pour 60 avions… Emirates, la compagnie aérienne basée à Dubaï, a annoncé la signature d'une lettre d'intention avec Airbus portant sur l'achat de 30 A330 et 30 A350 XWB. Il est précisé que cette commande représentait, sur la base des prix catalogue, environ 13 milliards de dollars. Emirates devait prendre livraison hier du premier des 58 Airbus A380 qu'elle a commandés.


A TUNIS, la SOTUVER a enregistré une évolution du chiffre d’affaires à l’export de +83% atteignant 31% du total des ventes, passant de 2,125 mDT au 30 juin 2007 à 3,886 mDT au 30 juin 2008. Le chiffre d’affaires global est passé de 9,427 mDT au terme du premier semestre 2007 à 12,439 mDT au terme du premier semestre 2008, soit une augmentation de 32%. En tonnage, la production s’est élevée de 8,3%, soit 17,036 tonnes contre 15,807 tonnes au terme du premier semestre 2007.  En nombre de cols, l’évolution est estimée à 31%, passant de 39,731 cols au 30 juin 2007 à 52,268 cols au 30 juin 2008. L’endettement global de la société a diminué de 8%. Le management explique cette baisse par le remboursement du principal et la diminution de l’engagement à court terme. Un montant de 3,7 mDT a été enregistré pour le compte placement et liquidité suite à l’encaissement du montant intégral du produit de la cession du terrain de Mégrine. Le management a affirmé que ce placement servira au remboursement des échéances futures des CMLT (crédits à moyen et long terme) et permettra de réduire sensiblement le niveau d’endettement. La société a alloué un montant de 76 mDT à l’investissement au terme du premier semestre 2008 contre 5 mDT au terme du premier semestre 2007. 


A l’opposé, la société chimique Alkimia s’est vue récemment attribuer un abaissement de la note à long terme et à court terme par l’agence de notation Fitch ratings. Une perspective négative provoquée essentiellement par l’augmentation des prix des matières premières. La conjoncture actuelle «pourrait encourager les producteurs de détergents à dé-formuler», et ce malgré les révisions régulières des prix de vente des clients de la société en 2008. «Les préoccupations de l’agence sont renforcées par le profil mono-produit de la société et la forte concentration de ses ventes. En effet, Procter & Gamble représentait à lui seul 62% des ventes en 2007», rapporte l’agence


Sur la place de Tunis, au niveau monétaire, le volume global de refinancement (-863,4: à la date du 23/07/2008), matérialise une ponction des liquidités estimée relativement importante, compte tenu du niveau d’activité et de la stabilité des prix. Le Taux de Marché Monétaire (TMM) s’est situé à 5.13%. Le marché monétaire se caractérise par une situation de surliquidité, ce qui se traduit par une détente sur les taux d’autant plus remarquable que la banque centrale agit pour injecter des liquidités. Les avoirs en devises (au 23/07/2008) estimés à 136 jours d’importation, contre 146 jours l’année précédente à la même date, suggère un desserrement de la contrainte extérieure.


Sur le marché des changes, le taux de change du dinar (au 23/07/2008) s’est déprécié par rapport au dollar américain, au dirham marocain, il s’est apprécié par rapport à l’euro et au yen japonais.


A la BVMT : la séance du lundi 28 juillet 2008 s’est soldée par :


Une balance des variations à la clôture de la séance: 14 titres à la hausse dont notamment:


http://www.bvmt.com.tn/quotes/quote.jsp?code=210090 contre 13 valeurs à la baisse dont notamment:


Les plus fortes quantités ont porté sur les titres,  dont:


Au niveau des secteurs,


Résultat des cours, le Tunindex a clôturé la séance à : 3 018,42  -0,07%


 


On retiendra de la journée, notamment:


- Une  stabilité des taux.


- La surliquidité des agents a poussé la BCT à opérer des ponctions de liquidités.


- Le marché boursier lâche du lest.


 


Haithem GHARSALLI


Analyste PERSPECO :


Laboratoire EURO-MED. D’Analyses Economiques

www.perspeco.com


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com