Notation : Révision à la baisse des notes nationales d’Al Kimia





L’agence de notation Fitch Ratings vient de réviser en baisse ses notes relatives à l’évolution, à long terme et à court terme, de la société Al Kimia. Il s’agit d’un abaissement dû aux difficultés rencontrées par la société à cause de la flambée des prix de matières premières.


 


Tunis – Le Quotidien


Selon son nouveau rapport, l’agence s’attend à une perspective d’évolution négative pour la société Al Kimia appelée à faire face à une conjoncture difficile marquée essentiellement par l’augmentation continue des prix des matières premières, et en  particulier l’acide phosphorique qui représente 45% du coût d’exploitation.


La société pourrait souffrir, selon l’agence Fitch, de son profil mono-produit et aussi de la forte concentration de ses ventes destinées à une clientèle très limitée.


L’évolution d’Al Kimia serait, également, freinée par le projet de développement de sulfate de sodium à réaliser prochainement dans le Sud de la Tunisie, dont le coût, estimé près de 50 millions de dinars, aurait un impact négatif direct sur ses charges.


L’agence a évoqué, par ailleurs, des incertitudes, quant à la réalisation de ce projet, d’autant qu’aucun plan de financement n’est encore défini dans ce cadre. Après son achèvement, ce projet pourrait contribuer à hauteur de 18 millions de dinars aux revenus de la société.


Sur un autre plan, les notes nationales attribuées à la société continuent à refléter sa position concurrentielle sur le marché du STTP au niveau de la région MENA, ainsi que ses bonnes relations commerciales avec les principaux producteurs mondiaux de détergents.


Pour ce qui est des résultats, l’agence a précisé dans son dernier rapport que les marges d’Al Kimia ont été lourdement affectées par les augmentations des coûts d’exploitation. Toutefois, la société a réussi à améliorer son cash flow qui s’est élevé à 5,2 millions de dinars à la fin de 2007.


Il importe de rappeler que la société Al Kimia est un des importants producteurs de STTP dans la région. Sa capacité de production est estimée à près de 140 000 tonnes par an. La société est détenue à raison de 39% de son capital par le Groupe Chimique Tunisien, un de ses principaux fournisseurs, alors que le reste du capital est détenu par le groupe Doghri (39%), le groupe Driss (17%) et d’autres petits porteurs. 


 

M.Z


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com