LA REVUE DES MARCHES DU 29/07/2008 : Le Tunindex voudrait s’appuyer sur la ligne à 3000 points…






Au niveau des marchés, l’euro balançait hier, après une série de chiffres mitigés, entre l'inflation s'annonçant en hausse en Allemagne et le moral des consommateurs français, touchant un nouveau plancher depuis plus de vingt ans, le dollar restant supporté par l'activisme outre-Atlantique. Le dollar était également en hausse face à la monnaie japonaise. L'inflation devrait rester à un niveau élevé en Allemagne en juillet, après avoir déjà atteint 3,3% en juin, selon des chiffres publiés mardi par des Etats régionaux (Länder). En France, les prix à la production dans l'industrie pour le marché français se sont affichés au même moment en hausse de 0,7% pour le mois de juin. Dans l’ensemble de la zone euro, les chiffres sur l'inflation seraient eux connus jeudi. De fait, l'euro aurait été pénalisé par les chiffres sur le moral des ménages français, qui a encore chuté de deux points en juillet, atteignant un nouveau plancher depuis plus de vingt ans. Enfin, les mises en chantier de logements en France ont de nouveau baissé entre avril et juin de 28,2% et les permis de construire de 15,3%. Du côté du billet vert, l'inquiétude des marchés concernant les Etats-Unis aurait été notamment attisée par le Fonds monétaire international (FMI) qui s'est inquiété lundi, dans son rapport sur la stabilité financière, d'un risque de contagion de la crise des "subprime" au reste de l'économie.


Sur les marchés européens, à Paris, le CAC 40 a marqué une rechute de 1,2% hier pour revenir sous ses niveaux de clôture du 21 juillet, devrait reperdre encore un peu de terrain ce matin à l'ouverture, alors que les dégagements se sont accélérés hier en fin de séance à Wall Street. « Le mouvement de vente a été général du fait de la publication de mauvais résultats d'entreprises et de nouvelles inquiétudes concernant la crise du crédit », explique Al Goldman, analyste de marché. « Les valeurs de la finance et de l'immobilier ont été les premières à chuter, après les commentaires du FMI indiquant qu'aucune fin n'était en vue dans les problème que rencontre le marché américain du logement », ajoute-t-il.


Outre Atlantique, le déficit budgétaire des Etats-Unis atteindrait un montant record de 482 milliards de dollars (306 milliards d'euros) en 2009, le ralentissement économique né de la crise immobilière réduisant les recettes fiscales, annonce la Maison blanche. Cette détérioration de la situation des finances publiques - le déficit est attendu à 389 milliards de dollars (247 milliards d'euros) pour l'année fiscale en cours qui se termine le 30 septembre - compliquera la tâche du successeur de George Bush, que ce soit le républicain John McCain ou le démocrate Barack Obama. « Il a été décidé que remettre l'économie sur pied était prioritaire par rapport à la réduction immédiate du déficit », a déclaré le responsable chargé du budget à la Maison-Blanche Jim Nussle. En février, la Maison-Blanche avait estimé que le déficit budgétaire atteindrait 410 milliards de dollars dette année et 407 milliards en 2009. Ces projections de déficit ne comprennent pas le coût total des dépenses pour les guerres d'Irak et d'Afghanistan. Selon le sénateur Kent Conrad, président de la commission du budget au Sénat, le chiffre annoncé de 482 milliards sera augmenté de 80 milliards supplémentaires en tenant compte du coût total de la guerre en Irak.


Au niveau des secteurs, les demandes globales et étrangères adressées à l'industrie française ont sensiblement diminué au deuxième trimestre et un nouveau recul est anticipé par les entreprises en juillet-septembre, selon l'enquête trimestrielle de conjoncture dans l'industrie publiée mardi par l'Insee. L'indicateur qui mesure l'évolution prévue de la demande globale pour l'industrie manufacturière aurait chuté. Pour la demande étrangère, la tendance au repli aurait été similaire. La proportion d'entreprises manufacturières mentionnant des goulots de production a diminué de trois points au deuxième trimestre et le taux d'utilisation des capacités a diminué à 84,4% contre 85,3% en avril, se rapprochant de son niveau de longue période. Selon les chefs d'entreprise interrogés, la baisse des effectifs industriels s'est accentuée au cours du deuxième trimestre et, au vu de leurs anticipations, elle pourrait encore s'intensifier au cours des trois prochains mois".


A TUNIS. Le conseil d'administration de la Banque centrale de Tunisie (BCT), a tenu, lundi, sa réunion périodique consacrée à l'examen de la conjoncture économique et financière au double plan national et international, pour décider de maintenir inchangé le taux d'intérêt directeur de la Banque Centrale.


 


Au niveau monétaire, le volume global de refinancement (-863,4: à la date du 24/07/2008), matérialise une ponction des liquidités, pour maintenir le Taux de Marché Monétaire (TMM) à 5.13%. La surliquidité des agents s’est traduite par une relative détente sur les taux. 


 


Il est à noter que la BCT, depuis le 26/07/2008, a modifié la nature de ses publications de ses indices monétaires en supprimant les lignes relatives à la rubrique « avoirs en devises » et à ce  titre nous ne pouvons plus analyser l’évolution de cet agrégat pourtant un des déterminants de la liquidité d’achat !


 


Enfin, sur le marché des changes, le dinar (au 24/07/2008) s’est déprécié par rapport au dollar américain, à l’euro et au yen japonais et il s’est apprécié par rapport au dirham marocain et, à l’euro.


Sur le marché des titres, à la BVMT : la séance du lundi 28 juillet 2008 s’est soldée par :


 


Une balance des variations à la clôture de la séance: 25 titres à la hausse dont notamment:


TABLEAU


 


http://www.bvmt.com.tn/quotes/quote.jsp?code=210090 contre 14 valeurs à la baisse dont notamment:


TABLEAU


 


 


Les plus fortes quantités ont porté sur les titres,  dont:


TABLEAU


 


Au niveau des secteurs,


TABLEAU


 


A la clôture, le Tunindex a visé les 3 025,43  0,23%


 


On retiendra de la journée, notamment:


- Une  détente des taux,


- une liquidité des agents et


- un marché boursier qui tente une reprise haussière au niveau des cours et à celui des applications.


 


Ramy JOUINI


Analyste PERSPECO :


Laboratoire EURO-MED. D’Analyses Economiques

www.perspeco.com


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com