Pourquoi Ben Ali en 2009 ?






Il y a les comparaisons entre le 6 et le 7 novembre 1987, autrement dit entre la faillite et l’espoir ! Il y a les effets des deux décennies passées, qui ont radicalement transformé le visage de la Tunisie ! Il y a la crédibilité dont nous bénéficions désormais auprès des institutions internationales…


Mais tout cela appartient quasiment à l’Histoire… et bien longtemps après que les contemporains de la saga auront disparu, les historiens se pencheront encore et encore sur cette ère pour en décanter les éléments génériques et les principes universels qui ont permis à ce pays si peu étendu, en si peu de temps, de se hisser vers la reconnaissance unanime de la Communauté internationale. Car, ce qui compte vraiment, c’est l’avenir ou, plus précisément, la promesse d’un avenir meilleur pour l’individu tunisien. C’est à l’aune de l’individu que tout se mesure en définitive. Les réalisations les plus prestigieuses n’ont que peu de sens si elles n’ont pas d’impact franc sur la vie de chacun. Ne dit-on pas que le progrès ne vaut que s’il est partagé par tous, là où c’est la vie de tous les jours qui compte le plus pour l’individu, les perspectives de satisfaire à ses obligations, de réaliser ses rêves, de confirmer ses ambitions… Tel est le grand défi de l’avenir.


Et telle est la réponse à ces aspirations par le Président Ben Ali lors de l’ouverture du Congrès du «Défi» du RCD : «Nous avons choisi «le Défi» pour slogan de notre présent congrès, avec tout ce qu’il symbolise pour l’étape en cours comme détermination à redoubler d’effort et de labeur, d’audace à surmonter les difficultés et d’aspiration au meilleur, annonçant ainsi le début d’une nouvelle phase dans le combat que nous menons pour conforter les acquis et réalisations accomplis pour notre pays, et relever un surcroît de défis et de paris.


Pour cette entreprise, le RCD a reçu la mission de devenir, pendant quelques mois, un véritable Think-Tank qui réfléchit à un enjeu principal pour le Chef de l’Etat : comment assurer un meilleur avenir pour les Tunisiens ?


La réponse est dans l’Histoire, dans le long chemin parcouru par la Tunisie sur la voie du progrès et du développement.


La réponse est aussi dans l’avenir, dans la promesse solennelle du Président Ben Ali d’un avenir meilleur, la promesse d’amélioration des performances de l’action sociale, de la protection des catégories à besoins spécifiques, de la préservation de l’intégrité de la famille, de l’enfance et de la société, et de la promotion des prestations du secteur de la santé et des modalités de l’assurance maladie. La promesse de garder l’emploi au premier plan de nos priorités nationales. La promesse d’accentuer la cadence de financement de projets et de création de sources de revenus, d’orienter les efforts vers les technologies de pointe et les activités liées à l’économie immatérielle et d’améliorer l’exportation de services dans les divers secteurs porteurs. La promesse que notre situation économique reste en constante amélioration, malgré l’âpreté de la conjoncture mondiale. La promesse de l’irréversibilité de la sollicitude dont nous entourons nos jeunes et de la création d’un pacte national de la jeunesse. La promesse de la consécration des droits de la femme dans la famille et dans la société et de son accès au taux de 30% au sein du Comité central, à la Chambre des Députés et à la Chambre des Conseillers et de sa présence dans tous les postes de décisions et de responsabilité. La promesse de veiller constamment à promouvoir la vie politique, à conforter les attributs de la démocratie et du pluralisme et à ouvrir largement la voie à la participation de toutes les forces vives de la nation et de consolider sans cesse les corollaires de la construction démocratique pluraliste, à chaque nouvelle étape, et de consacrer les droits de l’Homme et de les enrichir davantage. La promesse de la continuité du partenariat avec la société civile. La promesse que la volonté du peuple reste à la base de l’alternance et que la Constitution reste l’arbitre décisif de tous…


La promesse de la réussite de la Tunisie, de la persistance de sa stabilité, de son indépendance dans la prise de décisions, et de la cohésion de son peuple. La promesse de ’’La Tunisie, d’abord’’.


Mais aussi la promesse de plus de labeur et de sacrifices, de vigilance continue, de conscience des mutations qui se produisent dans le monde, de prendre garde aux opportunistes malveillants...


Toutes ces promesses, nous sommes tous convaincus que le Président Ben Ali les tiendra. Pourquoi ? Simplement parce qu’il a toujours tenu ses promesses, sans exception, sans réserves. Et nous le croyons sur parole quand il nous dit : «Je serai constamment fidèle à mes engagements envers vous...» Et nous ressentons, non seulement comme un effet de simple logique, mais aussi comme un honneur qu’il réponde Oui pour être candidat à l’élection présidentielle de 2009.


 


Manoubi AKROUT

manoubi.akrout@planet.tn


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com