LA REVUE DES MARCHES DU 01/08/2008: Le Tunindex a consolidé sa position à 3 037,52 (+0,02%)…






… L'euro déprimait face au dollar….. , les cours du brut restent en repli… le secteur industriel de la zone euro s'est contractée… dégradation du marché de l'emploi aux Etats-Unis… le marché mondial de l’automobile déprime… Carthago Ceramic (groupe Poulina), va élargir sa gamme pour s’ouvrir sur des nouveaux marchés…


Au niveau des marchés, l'euro déprimait face au dollar vendredi matin, après la publication d'indicateur décevants en zone euro et alors que les cambistes attendaient de nouvelles statistiques américaines sur l'emploi .L'euro reculait aussi face au yen à 167,42 yens contre 168,29 yens jeudi soir .Le dollar baissait aussi face à la monnaie japonaise à 107,58 yens contre 107,87 yens la veille .L'euro a perdu du terrain hier matin après la révision à la baisse de l'indice des directeurs d'achat (PMI) du secteur manufacturier : ce dernier aurait baissé un peu plus que prévu en juillet, à 47,4 points contre 49,2 points en juin. Du côté du marché du pétrole, les cours de ce dernier restent en repli, les derniers indicateurs économiques aux Etats-Unis allant dans le sens d'un recul de la demande de brut du premier consommateur mondial. Le contrat septembre sur le brut léger américain perd 41 cents, soit 0,33%, à 123,67 dollars le baril et le Brent de la mer du Nord cède 45 cents, ou 0,36%, à 123,53 dollars .Les cours pétroliers avaient déjà perdu plus de 2% jeudi et signé leur mois le moins bon depuis plus de trois ans après des statistiques macroéconomiques américaines jugées décevantes. Sur le mois de juillet, les cours ont perdu 11,4%, leur recul mensuel le plus marqué depuis décembre 2004, alors que le prix du baril avait pourtant grimpé le 11 juillet à de nouveaux records historiques à 147,27 dollars .La croissance économique est ressortie en hausse de 1,9% au deuxième trimestre aux Etats-Unis, contre 0,9% au premier trimestre, mais moins forte que les 2% attendus. En outre, les inscriptions hebdomadaires au chômage ont fortement augmenté la semaine dernière, ce qui ne va pas aller dans le sens d'une augmentation de la demande de produits énergétiques.


Dans l’ensemble de la zone euro l'activité du secteur industriel de la zone euro s'est contractée plus que prévu en juillet, à son plus bas niveau depuis plus de cinq ans, pénalisée par la vigueur de l'euro et la hausse des coûts énergétiques, comme le montrent les résultats définitifs de l'enquête mensuelle RBS-Markit. L'indice d'activité du secteur manufacturier ressort à 47,4 en juillet, au plus bas depuis juin 2003, inférieur aux 47,5 de la première estimation et aux 49,2 de juin. Les économistes interrogés par Reuters s'attendaient en moyenne à une confirmation de la première estimation, à 47,5.La plupart des principales composantes de l'indice ont reculé en juillet, qu'il s'agisse de la production, des nouvelles commandes ou de l’emploi. Par ailleurs, Selon une estimation rapide publiée par Eurostat, l'Office statistique des Communautés européennes, le taux d'inflation annuel de la zone euro s'établirait à 4,1% en juillet 2008. En juin, le taux était de 4,0%


Sur les places européennes, la Bourse de Paris se repliait à la mi-journée, le CAC 40 cédant 0,48%, dans un marché qui s'inquiétait de l'économie américaine et sanctionnait certaines publications de sociétés, comme Total, Schneider ou Lafarge. Londres reculait de 0,55%, Francfort de 0,59% et l'Eurostoxx 50 de 0,70%."On est sur une tendance très fragile. L'activité aux Etats-Unis et les indicateurs sur le chômage (chiffres publiés jeudi, ndlr) ne sont pas bons, et mettent sous pression les investisseurs en attendant les chiffres de l'emploi publiés cet après-midi", a constaté Guillaume Garabédian, conseiller de gestion chez Meeschaert Asset Management. Le rapport mensuel sur l'emploi américain, très suivi, devait être publié à 14H30. "Le taux de chômage est attendu à 5,6%, ce qui représente quand même une dégradation du marché de l'emploi s'il ressort à ce niveau-là", a précisé M. Garabédian .Par ailleurs, l'ensemble de la cote souffrait encore de la nette baisse enregistrée à Wall Street en fin de séance (-1,78% pour le Dow Jones).


Sur le marché d’automobile, le constructeur automobile allemand BMW annonce qu'il ne parviendra pas à son objectif de résultat en raison d'une détérioration importante de ses conditions d'activité, ce qui fait chuter l'ensemble du secteur en Bourse. Dans les premiers échanges, BMW perd 9,3% à 26,21 euros, tandis que l'indice DJ Stoxx des valeurs automobiles européennes recule de 3,4%.Daimler, qui a lui-même déjà lancé un profit warning la semaine dernière, recule de près de 3% à 36,21 euros. Renault perd 4,49% à 51,30 euros. Aucune valeur du secteur n'est en hausse. "Les conditions d'activité pour le secteur automobile se sont à nouveau fortement détériorées au deuxième trimestre en raison de la forte hausse qui se poursuit des cours du pétrole et des matières premières, de la baisse du dollar, de l'impact de la crise financière internationale et du ralentissement économique aux Etats-Unis", déclare le constructeur automobile bavarois dans un communiqué.


Dans le même cadre le constructeur automobile japonais Nissan, contrôlé par le français Renault, fait état d'une baisse de 46,1%, plus marquée qu'attendu, de son résultat d'exploitation au premier trimestre mais maintient ses prévisions annuelles malgré un marché américain en recul.


Enfin, les ventes de voitures particulières neuves en France ont baissé de 0,2% en juillet par rapport à juillet 2007, avec une hausse de 0,9% pour PSA Peugeot Citroën et un repli de 0,6% pour le groupe Renault, a annoncé vendredi le Comité des constructeurs français d'automobiles .Le marché des voitures particulières neuves s'est établi en juillet à 183.014 unités. Sur le mois, les marques françaises (88.484 unités) sont en baisse de 0,9% tandis que les marques étrangères (94.530) progressent de 0,5%. La part de marché des marques françaises s'effrite à 48,3% contre 51,7% pour les marques étrangères.


Sur la place de Tunis, lors de l’Assemblée générale ordinaire de Tunisair, 2008, M. Nabil Chettaoui, PDG de la société, a indiqué que Tunisair fera appel au Marché Financier à hauteur de 1 milliard de dollars pour financer l'achat des 16 Airbus qu’elle a dernièrement commandés. Tenu par des lettres de confidentialité vis-à-vis des vendeurs, M. Chettaoui ne nous dévoilera pas le vrai montant de la transaction. «Tout ce que je puis affirmer, c’est que le prix catalogue est de l'ordre de 2 milliards de dollars», a-t-il précisé. En réponse à l’un des actionnaires qui s’interrogeait sur l’éventualité du recours au leasing, M. Chettaoui a indiqué que c’est une solution parmi d’autres. D’ailleurs, «les propositions ne manquent pas. Il reste donc à trouver la bonne», a-t-il expliqué.


D’autre part, et suite à un communiqué de presse, le groupe Poulina Holding aurait signé des accords de partenariat industriel et commercial avec la société italienne LARIA S.p.a.  Ce partenariat permettra à sa filiale Carthago Ceramic, producteur de carreaux céramiques pour revêtement mural et pavement de sol, d’élargir sa gamme, de s’ouvrir sur des nouveaux marchés et consolider ainsi son positionnement de leader sur le marché national. En vertu de ces accords, les deux sociétés comptent mettre à contribution leur savoir-faire dans le domaine céramique afin de donner une nouvelle dimension à leur développement en Europe, Afrique et Moyen-Orient. La même source indique que cette association donnera naissance à la société de droit tunisien «LARIA INTERNATIONAL» qui prévoit l’installation de la première usine en Tunisie pour la fabrication de carreaux extrudés pour le pavement et le revêtement mural, en particulier les produits pour piscines, les tops de cuisines, les marches et contre-marches et les parois ventilées. De plus, cette nouvelle société permettra la duplication des capacités de production afin de satisfaire ces nouveaux marchés.


Sur le marché monétaire, le volume global de refinancement (-971,4: à la date du 30/07/2008), tend  à maintenir le Taux de Marché Monétaire (TMM) à 5.10%, pour matérialiser une très légère détente des taux.


Enfin, sur le marché des changes, le dinar (au 30/07/2008) s’est déprécié par rapport, au yen japonais et au dollar américain, et il s’est apprécié par rapport à l’euro et au dirham marocain.


Sur le marché des titres, à la BVMT : la séance d’hier 01 Aout 2008 s’est soldée par :


Une balance des variations à la clôture de la séance: 17 titres à la hausse dont notamment:


http://www.bvmt.com.tn/quotes/quote.jsp?code=210090 contre 11 valeurs à la baisse dont notamment:


Les plus fortes quantités ont porté sur les titres,  dont:


A la clôture, le Tunindex a consolidé sa position à 3 037,52  0,02%


On retiendra de la journée, notamment, une  légère baisse  des taux, une liquidité des agents stabilisée pour un marché boursier qui poursuit sa reprise.


 


GHARSALLI Haithem


Analyste PERSPECO :


Laboratoire EURO-MED. D’Analyses Economiques

www.perspeco.com


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com