LA REVUE DES MARCHES DU 05/08/2008 : Le Tunindex en repli technique…






L'euro en baisse face au dollar à quelques heures de la réunion de la Fed … L'inflation s’accélère aux Etats-Unis, le revenu des ménages reste atone … Nouvelle contraction dans les services dans la zone euro …


 


Au niveau des marchés, l'euro  était en baisse face au dollar hier dans les échanges asiatiques, à quelques heures de la réunion de la Réserve fédérale américaine (Fed), le billet vert étant notamment soutenu par le repli des cours du pétrole. La devise européenne était aussi en repli face au yen, à 168,01 yens pour un euro, contre 168,65 yens la veille. Le dollar était en légère baisse face à la monnaie nippone, à 108,12 yens pour un dollar contre 108,25 yens lundi soir. Le comité de politique monétaire (FOMC) de la Fed doit se réunir ce mardi vers 18H15 GMT (14H15 locales). L'institution financière devrait laisser son taux directeur inchangé à 2%, mais les investisseurs se concentreront sur son communiqué, à l'affût de tout nouvel indice sur les perspectives de politique monétaire.


Du côté du marché du pétrole, le brut s'inscrit en baisse non loin d'un plus bas de trois mois, les craintes sur l'offre se dissipant alors que la demande américaine continue de montrer des signes de faiblesse. Le recul des prix du brut intervient après la publication d'une étude de Reuters qui montre que la production des pays membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole a augmenté lors du mois de juillet, en particulier celle de l'Arabie Saoudite."Nous nous attendons à ce que les prix poursuivent leur baisse", déclare David Moore, stratège en matières premières à la Commonwealth Bank of Australia. Il précise toutefois que l'instabilité au Nigeria et certains événements météorologiques tels que les tempêtes tropicales qui se forment non loin du Golfe du Mexique pourraient contrarier la tendance baissière. Chaque jour, la production de pétrole nigérian est amputée de 650.000 barils en raison des attaques menées par des combattants armés du delta du Niger. Aux Etats-Unis, la tempête tropicale Edouard a perturbé les livraisons et le raffinage d'une partie de la production américaine.


Sur les marchés européens, la Bourse de Paris a clôturé en baisse lundi, à l'instar des autres places européennes qui finissent dans le rouge pour la troisième séance d'affilée, pénalisées notamment par les valeurs financières après les résultats d'HSBC mais aussi par les minières .L'indice parisien CAC 40 a perdu 0,78% à 4.280,63 points. HSBC a abandonné 1,08% à 834,25 pences. La première banque européenne a fait état d'une baisse de 28% de son bénéfice imposable du premier semestre 2008, la forte hausse des provisions pour risques de crédit, essentiellement aux Etats-Unis, venant annuler les effets d'une forte croissance en Asie. L'indice européen des banques a cédé 1,65% dans son sillage. BNP Paribas a reculé de 3,3% 59,50 euros et Société Générale de 0,9% à 59,50.Les valeurs minières ont elles cédé du terrain sous l'effet de la baisse des prix des métaux. Anglo American a dévissé ainsi de 5,51% à 2.668 pences. Aux fusions-acquisitions, Continental a abandonné 0,96% à 71,95 euros. Des sources proches du dossier ont indiqué que l'équipementier automobile allemand, qui fait l'objet d'une OPA hostile de la part de son compatriote Schaeffler, discutait avec "plusieurs" investisseurs qui pourraient jouer le rôle de "chevaliers blancs" pour contrer l'offre de Schaeffler.


Dans l’ensemble de la zone euro les prix à la production ont augmenté plus que prévu en juin, progressant de 0,9%, ce qui porte leur progression à 8,0% en rythme annuel, un plus haut depuis la création de cette série statistique en 1991, selon les statistiques publiées par Eurostat. Les économistes attendaient en moyenne une hausse de 0,8% sur un mois et de 7,9% sur un an .Les prix à la production des quinze pays de la zone euro ont surtout augmenté du fait de l'envolée des coûts de l'énergie, qui ont bondi de 2,7% sur le seul mois de juin et de 21,4% sur un an. Le baril de pétrole se traitait à plus de 126 dollars le baril lundi mais accuse une baisse de plus de 14% depuis un record à près de 148 dollars le 11 juillet .Beaucoup d'économistes anticipent un reflux de l'inflation à partir du mois d'août sauf si les cours de l'or noir repartent à la hausse.


Ailleurs, l’activité du secteur des services dans la zone euro s'est à nouveau contractée en juillet, conformément aux attentes des analystes interrogés par Reuters, touchant un plus bas de cinq ans, selon l'indice définitif RBS/Markit des directeurs d'achats. L'indice est tombé à 48,3 le mois dernier, au plus bas depuis juin 2003.L'estimation flash et celle des économistes interrogés par Reuters tablaient sur un chiffre identique. La barre des 50 sépare l'expansion de la contraction. Il était à 49,1 en juin et à 58,3 en juillet 2007.L'enquête auprès des directeurs d'achats des sociétés de services, banques, hôtels et autres agences de voyages, montre que la croissance a ralenti en France et en Italie, tandis que le secteur allemand affiche un rebond. La composante des anticipations est tombée à un plus bas depuis la création de l'étude, voilà dix ans, à 49,7 (contre 55,9 en juin).


Au niveau des secteurs, Air France-KLM a  confirmé ses objectifs pour 2008-2009 et renforce son plan d'économies après avoir publié des résultats trimestriels affectés comme prévu par la flambée du pétrole. Cependant hier, l'action de la première compagnie aérienne mondiale en termes de chiffre d'affaires profite surtout, comme ses consœurs, de la baisse du prix du baril de brut aux environs de 120 dollars. Air France s'adjuge 4,18% à 16,94 euros vers 9h55, à comparer à des gains de 4,7% pour British Airways et 4,2% pour Iberia, surperformant largement l'indice DJ Stoxx du tourisme, en hausse de 2,1%."Au-delà des résultats, la baisse du prix du baril soutient l'ensemble du secteur", a noté Bruno de la Rochebrochart, analyste chez Raymond James."Les résultats sont plutôt de bonne facture et les perspectives ont pu être confirmés", notant notamment l'effet du rajeunissement de la flotte sur l'activité cargo.


Au niveau économique, l'institut statistique britannique ONS a annoncé, en estimations préliminaires, une croissance de 0,2% du Produit intérieur brut du Royaume-Uni au deuxième trimestre 2008, en rythme séquentiel. L'économie britannique avait progressé de 0,3% par rapport au quatrième trimestre 2007." Ce ralentissement résulte largement d'une activité de construction réduite " explique l'institut. Le volume produit par le secteur industriel a reculé de 0,5% alors que celui des services a augmenté de 0,4%.


Enfin, le revenu des ménages américains a progressé en juin à son rythme le plus faible depuis plus d'un an et l'inflation a donné des signes d'accélération, montrent les statistiques. Le revenu des ménages a crû de 0,1% en juin après avoir progressé de 1,8% en mai. Il s'agit selon le département américain du Commerce de la plus faible progression de ce revenu depuis avril 2007, où il avait été stable. Ce chiffre est publié alors que les versements de l'administration américaine dans le cadre du paquet fiscal destiné à stimuler l'économie sont tombés à 27,9 milliards de dollars en juin, contre 48,1 milliards de dollars en mai. Sans ces mesures de soutien, le revenu des ménages aurait baissé en juin, selon le département. Les dépenses de consommation ont crû de 0,6% en juin, après une progression de 0,8% en mai. Ces dépenses pèsent pour environ deux tiers dans la croissance économique. L'indice des prix à la consommation a progressé de 4,1% sur un an en juin, la plus forte hausse depuis celle, identique, de mai 1991 et après 3,5% en mai.


Tunis : Tunisair a enregistré une augmentation de son trafic de 6,3% au cours du 2e trimestre 2008 par rapport à la même période de 2007. La part de marché est également passée à 33% contre 31,7% au 2e trimestre 2007. Au premier semestre 2008, le nombre de passagers a atteint 1.595.488 passagers alors qu’il était de 1.492.117 passagers au premier semestre 2007. L’activité régulière a généré 279,007 MDT contre 244,570 MDT  en 2007. De son côté, l’activité charter a généré 128,108 MD contre 119,782 MD, une année auparavant. La recette moyenne par passager en vols réguliers s’est élevée à 240 DT au terme du premier semestre 2008 contre 237 DT en 2007. La recette moyenne par nombre d’heures en vols charter s’est élevée à 9,522 DT contre 8,923 DT au premier semestre 2007.L’endettement a reculé pour s’établir à 328,380 MDT contre 401,437 MDT en 2007.


Gulf Investment House vient d’annoncer une prise de participation dans la cimenterie que «BINA Holding » est en train de développer. C’est là son deuxième investissement en Tunisie où cette société koweitienne de services financiers avait pris pied il y a près de quatre ans avec la création de FINACORP, spécialisé dans l’intermédiation en bourse. FINACORP, dont l’activité couvre également le Maroc, l’Algérie et la Libye, a notamment à son actif l’introduction d’ARTES, une société du groupe Mzabi, concessionnaire de Renault en Tunisie, à son actif.


Sur la place de Tunis, le volume global de refinancement à (-1036,4: à la date du 01/08/2008), tend  à maintenir le Taux de Marché Monétaire (TMM) à 5.25% pour matérialiser une  légère hausse des taux.


Enfin, sur le marché des changes, le dinar (au 01/08/2008) s’est déprécié par rapport au yen japonais et au dollar américain., et il s’est apprécié par rapport à l’euro, et au dirham marocain.


On retiendra de la journée notamment une  légère hausse  des taux et une surliquidité des agents.


 


Haithem  GHARSALLI


Analyste PERSPECO :


Laboratoire EURO-MED. D’Analyses Economiques

www.perspeco.com


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com