LA REVUE DES MARCHES DU 08/08/2008: Le Tunidex vers la correction de hausse…






* L'euro en baisse après une forte volatilité due aux propos de Trichet…La BCE prend acte des risques pour la croissance …


 


Au niveau des marchés, l'euro  était en baisse face au dollar après un passage de forte volatilité sur le marché des changes jeudi, en raison des propos de Jean-Claude Trichet après la décision de la Banque centrale européenne (BCE), l'annonce du statu quo ayant été anticipé par les cambistes .La devise européenne était en baisse face au yen, à 168,52 yens pour un euro, contre 169,13 la veille .Le dollar accusait également une baisse face à la monnaie nippone, à 109,58 yens pour un dollar, contre 109,76 yens mercredi soir .La BCE a décidé jeudi de laisser son principal taux directeur inchangé à 4,25%, conformément aux attentes. Les investisseurs ont réagi vivement aux propos de Jean-Claude Trichet, président de la BCE, sur la persistance de tensions inflationnistes inquiétantes et l'importance de combattre les effets de second tour .Ils ont ensuite également réagi à la mention de la matérialisation des risques pour la croissance de la zone euro.


Du côté du marché du pétrole, les cours se sont stabilisés vendredi en Asie, non loin des 120 dollars le baril pour le brut texan, après leur rebond de la veille motivé par la fermeture de l'oléoduc Bakou-Tbilissi-Ceyhan, en Turquie. Le Brent cédait 28 cents, ou 0,24%, à 117,58 dollars .L'interruption de l'approvisionnement par l'oléoduc, que des séparatistes kurdes ont fait sauter mardi soir en Turquie, pourrait durer deux semaines, selon une source au sein de la compagnie publique pétrolière turque Botas .Les tensions politiques au Nigeria et le dossier nucléaire iranien apportent aussi un soutien au marché pétrolier .Pour autant, le sentiment dominant reste l'inquiétude concernant le tassement de la demande aux Etats-Unis et en Europe, sur fond de marasme économique."Les prix sont redescendus d'un niveau qui était extraordinairement élevé et la demande va encore faiblir. Il y a des signes qui montrent que la Chine va ralentir ses importations de carburants après les Jeux olympiques", a commenté Mark Pervan, analyste commodities chez ANZ Bank à Melbourne.


Sur les marchés européens la Bourse de Paris devrait ouvrir en très légère baisse vendredi, le contrat à terme sur le CAC 40 cédant 0,15% une quarantaine de minutes avant l'ouverture d'une séance dépourvue d'indicateurs majeurs et pauvre en nouvelles de sociétés .L'indice parisien a terminé jeudi en petite hausse, gagnant 0,20% et portant à 3,32% ses gains depuis le début de la semaine, dans un marché porté par Veolia Environnement et EDF, mais qui est resté hésitant après le discours du président de la Banque centrale européenne, Jean-Claude Trichet. La Bourse de New York est en revanche repartie en nette baisse, plombée par le secteur financier après les lourdes pertes de l'assureur AIG et par les ventes décevantes du distributeur Wal-Mart: le Dow Jones a perdu 1,93% et le Nasdaq 0,95%.De même  La Bourse de Tokyo a effacé ses pertes initiales pour finir en légère hausse vendredi à la faveur d'un net rebond du dollar contre le yen qui a favorisé les valeurs tournées vers l'exportation .L'indice Nikkei a gagné 43,42 points, soit 0,33%, à 13.168,41.


Au niveau économique, la détérioration des perspectives économiques amène les banques de la zone euro à durcir les critères d'octroi de crédits pour les ménages et les entreprises, selon une enquête publiée par la Banque centrale européenne. L'étude trimestrielle de la BCE montre que les banques ont été moins généreuses dans l'octroi de crédits au deuxième trimestre et prévoient une poursuite de cette tendance au troisième trimestre. "Les facteurs les plus importants dans ce resserrement net restent liés à la dégradation des perspectives économiques", écrit la BCE dans son rapport publié en anglais. Il s'agit du quatrième trimestre consécutif de durcissement des critères d'attribution de crédits. Néanmoins, l'enquête montre que ce resserrement a été moindre au deuxième trimestre que lors des trois premiers mois de l'année .La demande de crédits a baissé au deuxième trimestre et devrait rester négative au troisième, avec cependant une meilleure tenue de la demande des entreprises par rapport aux prêts immobiliers, selon la BCE


En France, le déficit de l'Etat (solde général d'exécution) s'élevait à -32,8 milliards d'euros au 30 juin 2008, creusé par rapport à la même date en 2007 (-30,5 milliards), selon les données du Ministère du Budget, des comptes publics et de la fonction publique. A la fin de juin 2008, les dépenses du budget général atteignent 138,1 milliards d'euros contre 134,1 milliards un an plus tôt, alors que les recettes nettes du budget général se sont établies à 120,8 milliards contre 119,2 milliards l'année dernière à la même date. À périmètre constant, les recettes fiscales nettes ont augmenté de 3% par rapport au 30 juin 2007, 'sous l'effet, notamment, du dynamisme des recettes nettes de TVA (+6,1%) et des recettes nettes d'impôt sur les sociétés (+9,4%)'. Le rythme de progression des dépenses - particulièrement modéré jusqu'en mai - s'est accéléré au mois de juin avec l'anticipation du calendrier de versement de certaines subventions ' ajoute le Ministère.


 


Enfin, la Banque centrale européenne (BCE) a, maintenu son taux directeur inchangé à 4,25% mais son président Jean-Claude Trichet a reconnu que les risques sur la croissance commençaient à se matérialiser, semblant ainsi écarter d'autres resserrements monétaires cette année .Les économistes étaient unanimes à exclure un nouveau geste sur les taux après le relèvement d'un quart de point intervenu le mois dernier, et Trichet, lors de sa conférence de presse qui a suivi la décision monétaire, a réaffirmé sa détermination à combattre les pressions inflationnistes .Mais s'il a redit qu'il n'avait pas de "biais", c'est-à-dire d'orientation définie à l'avance pour les taux, il a surpris en insistant sur les risques pour la croissance."Nous identifions des risques à la baisse depuis un certain nombre de mois, et je dirais que les informations à notre disposition suggèrent clairement la matérialisation de ces risques", a-t-il déclaré aux journalistes. Le marché obligataire est aussitôt monté, les cours évoluant à l'inverse des taux de rendement, tandis que l'euro a réduit ses gains pour s'afficher autour de 1,5412 dollar au lieu de 1,5490 juste avant les commentaires du président de la BCE.


En Tunisie,  face à la conjoncture mondiale difficile ponctuée notamment par la flambée des prix des matières premières et l'augmentation de la demande en produits chimiques, particulièrement en engrais chimiques et acides phosphoriques '', a affirmé M. Ali Ben Ali, président Directeur général de la société chimique, l’année 2008 est considéré comme une année extrêmement difficile pour les industries chimiques, M. Ali Ben Ali qui s'adressait aux intermédiaires en bourse, dans le cadre d'une communication financière, tenue mardi à Tunis sur la situation de la société et ses perspectives de développement, a précisé que la Chine, l'Inde et la Russie qui sont de grands consommateurs d'engrais et de produits chimiques ont considérablement contribué à l'envolée des prix des matières de base, compte tenu de leur grande utilisation de ces produits dans plusieurs domaines .


En outre, le Premier Ministre, M. Mohamed Ghannouchi, a reçu, jeudi, au siège du Gouvernement, à La Kasbah, M. Claudio Scajola, ministre italien du Développement économique, actuellement en visite en Tunisie. A l'issue de l'entrevue, M. Scajola s'est félicité de l'accueil "amical" qui lui a été réservé par le Premier ministre, à qui il transmit les salutations du Président du conseil italien, M. Silvio Berlusconi. M. Scajola a salué le caractère excellent des relations établies entre la Tunisie et l'Italie, précisant avoir évoqué avec le premier ministre la coopération bilatérale dans le domaine de l'énergie. Le ministre italien a indiqué qu'un "accord sera conclu, en novembre 2008, entre la STEG (Société Tunisienne de l'Electricité et du Gaz) et la TERNA (Entreprise Italienne de transport d'électricité), portant sur la réalisation de l'interconnexion électrique entre la Tunisie et l'Italie".


D’autre part, MM. Afif Chelbi, ministre de l'Industrie, de l'Energie et des PME et Claudio Scajola, ministre italien du Développement économique ont signé jeudi, à Tunis, la déclaration conjointe concernant la réalisation d'une centrale électrique à El Haouaria et l'interconnexion électrique entre les deux pays. La réalisation du projet a été confiée à la Société Tunisienne de l'Electricité et du Gaz (STEG) et à L'Entreprise Italienne de transport d'électricité (TERNA) qui a déjà fixé le calendrier d'exécution. Le lancement des appels d'offres est prévu en septembre 2008. D'un coût de 2 milliards d'euros (près de 4 millions de dinars), le projet a pour objectif d'échanger l'énergie électrique entre les deux pays, de maîtriser le coût sur le marché énergétique et de renforcer les réseaux tunisien et italien. M. Afif Chelbi a indiqué que le projet s'inscrit dans le droit fil des objectifs fixés par l'Union Pour la Méditerranée (UPM), s'agissant de l'interconnexion électrique et de la complémentarité énergétique. Il doit baliser le terrain à l'instauration d'un système d'interconnexion d'avant-garde en Méditerranée. De son coté, M. Claudio Scajola a exprimé la volonté d'étendre le contrat au secteur de la production de l'énergie. Auparavant, M. Chelbi s'était entretenu avec le ministre italien de l'évolution de la coopération tuniso-italienne dans le domaine de l'énergie et des perspectives de sa consolidation et de sa diversification.


Enfin, dans son dernier communiqué de presse, Groupama – le nouveau partenaire stratégique de l’assureur tunisien- présente la STAR comme étant « le leader du marché de l’assurance tunisienne, à la 1ère place en assurance dommages avec une part de marché de 29% et au 9e rang du marché de l’assurance vie avec une part de marché de 5%. Cette société leader a réalisé un chiffre d’affaires de 121,3 millions d’euros et un résultat net de 3,4 millions en 2007. Elle emploie 660 salariés. La STAR bénéficie du 1er réseau de distribution du pays avec 11 succursales, 146 agents et 16 courtiers non exclusifs. Elle est un acteur majeur sur un marché de 458 millions d’euros dont le taux de croissance annuel moyen est de 10%, depuis 1995, et qui devrait connaître un taux de croissance tout aussi élevé sur les 15 prochaines années. Le taux de pénétration de l’assurance, comparé au PIB, est de 1,95%».


Sur la place de Tunis, le volume global de refinancement à (-971,4: à la date du 06/08/2008), tend  à maintenir le Taux de Marché Monétaire (TMM) à 5.38%.


Enfin, sur le marché des changes, le dinar (au 06/08/2008) s’est déprécié par rapport au dollar américain., et il s’est apprécié par rapport à l’euro, au dirham marocain et au yen japonais


A la clôture, le TUNINDEX a consolidé sa position à 3 075,44  0,73%


On retiendra de la journée, notamment, stabilité des taux, une surliquidité des agents et un marché boursier en rebond.


 


Haithem  GHARSALLI


Analyste PERSPECO :


Laboratoire EURO-MED. D’Analyses Economiques

www.perspeco.com


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com