A.S.M.- C.A.B.(0-1) : Pas de quoi s’alarmer ni de quoi s’extasier






Ce serait une véritable lapalissade que d’affirmer qu’une défaite inaugurale à domicile fait très mal. Raisonnement à l’inverse tout aussi valable. Toutefois le chemin escarpé ou non est encore long, l’essentiel étant qu’il est pavé de bonnes intentions.


 


Et ce sont ces intentions, conquérantes à souhait qui font plaisir à voir chez ces Marsois, dont le onze a donné à voir une équipe remaniée à 80%, et  surtout composée de jeunes, enfants du club à l’image de Dridi, Bouriel, Ben Messaoud, Gabsi... ou fraîchement recrutés, comme Khémili, Kammoun, Nçaïbi... Tout ce beau monde a donc besoin de temps pour gagner en expérience et parfaire les automatismes. Et comme, en sus, le seul but de la partie a été encaissé à la 1’ de jeu, il était très malaisé pour ces jeunes de rectifier le tir. Cette tournure dommageable de façon prématurée a, durant la majeure partie de la première mi-temps, assez déstabilisé l’équipe, si bien que les deuxièmes balles, à titre indicatif, étaient pratiquement toutes perdues, hormis le ratage  monstre en attaque, comme celui de Nçaïbi (32’) ou de Bouriel (42’). En seconde période, le coach marsois, Abdelkerim Bira, a apporté les correctifs nécessaires et l’équipe a mieux carburé. Seule la concrétisation a fait défaut. C’est ainsi que les deux changements opérés d’entrée, ont consisté à remplacer un défenseur (Rammeh) par un milieu offensif (Jéridi) et un demi (Ben Messaoud) par un attaquant (Ben Ouannès).


Il est vrai que le flanc gauche a été quelque peu déserté, donc sacrifié, mais le risque était à prendre, vu la supériorité numérique  des Marsois. Durant 25’, nous avons vu Bouriel décrocher quelque peu pour opérer en soutien au duo Ben Ouannès - Dridi. Mais il y eut par ricochet, quelque peu «surbooking» à l’entrejeu, à la lumière de la concentration d’une kyrielle de joueurs dans cette zone névralgique, à savoir Mgannem, trop axial pour un gaucher, Jéridi, Nçaïbi, Bouriel et même Gabsi.


Raison pour laquelle, d’après  toujours notre modeste  entendement, Bira a incorporé dès la 70’, Mahjbi qui a très vite occupé son couloir de prédilection, le gauche, Bouriel avançant de la sorte, d’un cran. Le dispositif marsois s’est ainsi mieux équilibré, plus aéré, faisant en sorte que l’attaque a pesé de tout son poids sur la défense bizertine, mais les tentatives réitérées, notamment de Ben Ouannès, encore à court physiquement, mais qui aura sûrement son mot à dire prochainement, et de Bouriel, très entreprenant mais quelque peu brouillon, sont demeurées infructueuses. Malgré ce revers, il n'y a pas lieu de s’alarmer, ce groupe ayant de la qualité et surtout du caractère.


Côté bizertin, il y eut une tournure précocement avantageuse qu’il fallait gérer sciemment, même si elle fut bémolisée par le carton rouge de Souiï, dès la 37’. Les Cabistes surent le faire, à la lumière du bloc observé, donnant à voir le seul Laroussi en pointe. Après cette expulsion, Mliki, le latéral droit s’est déporté vers l’axe, alors que Jebbari, initialement milieu offensif, a décroché pour animer davantage le couloir droit. A ce propos, ce joueur mérite une mention spéciale. C’est qu’étant un gaucher pur, il a évolué sur le flanc droit, réussissant de beaux crochets désarçonnants, en fixant son vis-à-vis pour finir par le crocheter côté fort, c’est-à-dire du pied gauche.


Il a pu ainsi créer plusieurs situations avantageuses pour son équipe, outre l’imparable transformation du penalty. Pour le reste, Gontassi et Baghouli ont abattu un monumental ouvrage pour prêter main forte à la défense et assurer un tant soit peu la transition offensive.


Pour les Cabistes donc, l’essentiel a été fait, mais attention à la suffisance, ce genre de victoires étant parfois fallacieux.


 

Wahid SMAOUI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com