LA REVUE DES MARCHES DU 12/08/2008 Bourse de Tunis: le Tunindex en rebond technique…






* L’euro était à son plus bas depuis six mois face au dollar…


* Le pétrole recule mais le marché reste attentif à la Géorgie …


 


Au niveau des marchés, l’euro était à son plus bas depuis six mois face au dollar, hier dans les échanges asiatiques, tiré par les inquiétudes persistantes pesant sur les perspectives économiques de la zone euro, selon des courtiers. La chute des prix du pétrole, qui dope le dollar, accentue cette tendance, estiment-ils. La devise européenne s'appréciait en revanche face au yen, à 163,40 yens pour un euro, contre 164,04 avant-hier. Le dollar se raffermissait également face à la monnaie japonaise, à 110,19 yens pour un dollar, contre 110,10 yens lundi, un niveau proche de son plus haut depuis sept mois. "Le marché reste focalisé sur le ralentissement de la croissance en Europe", souligne Kenichi Yumoto, un responsable des changes à la Société Générale.


 


Du côté du marché du pétrole, les prix du pétrole brut reculaient hier matin, alors que le dollar restait proche d'un plus haut de six mois face à l'euro, contrebalançant les craintes sur l'approvisionnement liées au conflit en Géorgie. Les spéculations sur un possible ralentissement de la demande mondiale de brut exercent aussi une pression baissière sur les cours, après l'annonce par la Chine, deuxième consommateur mondial d'or noir, d'une baisse inattendue de 7% de ses importations de brut en juillet, la plus forte depuis janvier 2005."Les prix pétroliers ont encore reculé en dépit de la menace potentielle sur l'approvisionnement pétrolier que représente le conflit entre la Russie et la Géorgie", constate David Moore, analyste chez Commonwealth Bank of Australia dans une note à ses clients. "La fermeté du dollar pèse sur les cours". Le dollar a atteint un plus haut de six mois, sous 1,49 dollars pour un euro, les craintes d'un ralentissement économique mondial pesant particulièrement sur la monnaie européenne et d'autres grandes devises. Le président américain George W. Bush a appelé lundi soir la Russie à mettre fin à son opération militaire en Géorgie, prévenant qu'une "escalade dramatique et brutale" de l'offensive russe pourrait mettre en péril ses relations avec les Occidentaux. Selon le chef de l'Etat américain, Moscou semble avoir pour intention de renverser le gouvernement élu du président géorgien Mikhaïl Saakachvili, un proche allié des Etats-Unis. Parallèlement, le président français Nicolas Sarkozy, se rend ce mardi en Russie et en Géorgie pour tenter d'obtenir un accord de cessez-le-feu entre les deux pays. Ce conflit a entraîné la réduction des exportations de pétrole provenant d'Azerbaïdjan des ports géorgiens de Supsa et Batumi, alors que celui de Poti a été fermé.


D’autre part, les revenus des pays membres de l'OPEP au cours de la première moitié de 2008, ont atteint des records impressionnants. Ces pays ont réalisé plus de bénéfices pendant cette période que durant toute l’année 2007, flambée des prix du pétrole et l’augmentation de la production obligent. Entre les mois de janvier et juin, les exportateurs saoudiens, à eux seul, ont réalisé des bénéfices de l’ordre de $ 645 bn. Pour toute l’année dernière (2007), leurs profits n’ont pas dépassé les $ 671bn selon le ministère américain de l'Energie. A ce rythme, les membres de l’OPEP atteindraient le montant de près de $ 1,245 bn cette année : un exploit. La baisse récente de 20% du prix du baril de pétrole, passé de $ 120 à $ 116, ne pourrait en aucun cas affecter les revenus des exportateurs de pétrole qui ont augmenté leurs productions. Les experts, pour leur part, estiment que l'OPEP a réalisé en juillet 2008 une performance en atteignant les 32.6 M b/j. Le prix actuel du pétrole, à $116.53 le baril. Par ailleurs, les services européens de la concurrence ont donné leur feu vert mardi à une alliance entre le groupe pétrolier français Total et l'algérien Sonatrach pour construire un complexe pétrochimique en Algérie


 


Au  niveau économique, la hausse des prix à la consommation en Chine est revenue en juillet à 6,3%, son plus bas niveau depuis 10 mois, contre 7,1% en juin, l'impact de la flambée des prix des produits alimentaires observés l'an dernier continuant de s'atténuer, montrent les statistiques officielles publiées mardi. Le chiffre de juillet marque la troisième baisse consécutive de l'inflation chinoise, qui avait atteint en février son plus haut niveau depuis 12 ans à 8,7%. Il est en outre inférieur aux attentes puisque les économistes anticipaient en moyenne une hausse de 6,5%. Cette décélération devrait rassurer en partie les autorités chinoises au lendemain de l'annonce d'une hausse de 10% des prix de gros sur l'année à fin juillet. L'inflation non-alimentaire est restée contenue à 2,1% sur un an en juillet, contre 1,9% en juin. Mais pour Ben Simpfendorfer, économiste de Royal Bank of Scotland à Hong Kong, le repli de l'inflation s'explique en partie par des bases de comparaison favorables sur 2007 et il ne signifie pas que les autorités soient en mesure de baisser la garde. "On pourrait être tenté d'interpréter cela comme un signe de ralentissement de l'inflation mais en fait, les pressions inflationnistes restent soutenues", explique-t-il. "Le chiffre élevé de l'inflation de gros publié hier constitue un avertissement: les pressions inflationnistes restent présentes."


 


Sur le marché d’automobile, les ventes de voitures en Inde ont baissé de 1,7% en juillet par rapport à l'an dernier, leur première baisse depuis trois ans, une inversion de tendance qui s'explique par la hausse du coût du crédit et par l'inflation, annonce la SIAM, la fédération des constructeurs automobiles indiens. Il s'est vendu 87.724 véhicules le mois dernier en Inde, contre 89.250 en juillet de l'an dernier. Les ventes avaient augmenté de 6,1% en juin après une hausse de 14,3% en mai. La dernière contraction du marché automobile indien remontait à juin 2005, précise la SIAM.Dilip Chenoy, son directeur général, a déclaré que la baisse était prévisible après la remontée des taux d'intérêt de la banque centrale, que les banques ont répercutée sur leurs clients. Il a néanmoins ajouté s'attendre à une reprise au cours des prochains mois avec l'arrivée de nouveaux modèles et la célébration de plusieurs grandes fêtes indiennes, à l'occasion desquelles de nombreuses familles indiennes réalisent des achats importants. La croissance du marché automobile indien a ralenti depuis le mois d'avril, la hausse des coûts de production ayant conduit les constructeurs à limiter les remises.


 


Tunis: Les préparatifs du mois de Ramadhan a fait l'objet d'une séance de travail tenue, lundi, sous la présidence de M.Ridha Touiti, ministre du Commerce et de l'Artisanat et en présence de représentants des parties concernées, départements ministériels, organismes professionnels et organisation de défense du consommateur (ODC). Cette réunion a été consacrée au suivi de ces préparatifs engagés, depuis le mois de mars dernier. Il ressort des indications fournies que le marché sera approvisionné, au cours de cette période de consommation de pointe, dans de bonnes conditions en produits locaux à l'exception des poissons et de certains fruits secs. La réunion a permis au ministre de mettre l'accent sur les efforts déployés pour atteindre les objectifs fixés en matière de constitution de stocks régulateurs et de maîtrise des prix. Il souligné l'intérêt qu'il y a à poursuivre ces efforts en vue de rationaliser la consommation, et partant, de garantir la stabilité des prix et la régularité de l'approvisionnement


 


Sur la place de Tunis, le volume global de refinancement à (-971,4: à la date du 12/08/2008), tend  à maintenir le Taux de Marché Monétaire (TMM) à 5.38% inchangé.


 


Enfin, sur le marché des changes, le dinar (au 12/08/2008) s’est déprécié par rapport au yen japonais, au dollar américain, et  au dirham marocain, il s’est apprécié par rapport à l’euro.


 


A la clôture, le Tunindex a consolidé sa position à 3 144,90  0,17%


On retiendra de la journée, notamment, une  stabilité  des taux et une surliquidité des agents.


 


Haithem  GHARSALLI


Analyste PERSPECO :


Laboratoire EURO-MED.


D’Analyses Economiques


www.perspeco.com




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com