Taparura: Un rêve qui devient réalité






Longtemps considéré comme un rêve, le projet Taparura devient réalité jour après jour, au grand bonheur des Sfaxiens. Les travaux de la première phase étant à leur terme, le projet devrait être achevé, dans l’ensemble, au cours des quelques années à venir.


 


Tunis – Le Quotidien


Finalement, la ville de Sfax sera réconciliée avec la mer prochainement après la fin du projet du siècle pour les Sfaxiens, à savoir celui de Taparura dont la  concrétisation va bon train avec un rythme accéléré même.


Entamée il y a près de deux ans, la première phase de ce projet grandiose est arrivée à sa fin. Les travaux de dépollution du phosphogypse, d’assainissement des eaux de mer et d’aménagement d’un terrain sont, en effet dans leurs dernières étapes.


Ces travaux permettront à la ville de gagner, à la fois sur la mer et sur la pollution, près de 500 hectares de terrain et quelque trois kilomètres de plage artificielle allant de « Chatt Krekna » jusqu’au théâtre de Sidi Mansour.


Avec un coût estimé à près de 140 millions de dinars, financée par la Banque Européenne d’Investissement, cette première phase a permis le prélèvement de quelque 6 millions de mètres cubes de phosphogypse. La dernière étape de cette première phase consiste à enfermer les sables pollués enfouis sous le sol dans un coffrage de béton et à combler les zones de remblai sur la mer.


La deuxième phase de ce mégaprojet devrait être entamée prochainement. Elle porte sur la réalisation de certains grands projets immobiliers de tourisme et de loisirs au bord de la mer, ainsi qu’une corniche et une infrastructure routière… La nouvelle cité touristique qui sera construite sur le nouveau terrain du projet Taparura aura une capacité d’accueil de 2 600 lits, alors que ses nouvelles résidences pourraient accueillir près de 22 000 habitants.


Selon ses maquettes, cette nouvelle cité englobera un quartier ultramoderne permettant aux Sfaxiens de bénéficier d’un nouvel espace de loisirs, d’autant que leur ville souffrait jusque-là d’un manque énorme en terme d’espace vert et de loisirs…


Il importe de rappeler que le Président de la République a ordonné d’entamer les travaux de la première phase du projet présidentiel de Taparura en date du 6 avril 2006. Le Chef de l’Etat a également ordonné, le 28 août 2007, d’étendre les travaux de remblai hydraulique vers le nord jusqu’à l’amphithéâtre de plein air de Sidi Mansour.   


 

Mohamed ZGHAL


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com