Enfin, le géant russe se réveille !






Une guerre de plus, comme si le monde en manque terriblement ! Les occidentaux ont trop rôdé et ont longtemps fait du tapage autour du gîte russe. En état d’hibernation depuis la chute du bloc de l’Est, le géant russe se réveille soudainement et découvre, stupéfait, qu’il est en train d’être cerné de tous les côtés. Les anciens membres du pacte de Varsovie - la Hongrie, la Pologne, la Tchèquie, la Bulgarie, l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Roumanie et la Slovaquie - ont tous rejoint l’OTAN qui en 1999 qui en 2004.


Engraissé donc par cette longue économie des forces et ravivé par les gracieuses calories de la manne pétrolière de ces temps-ci, il décide d’emblée, d’agir d’autant plus qu’il est malencontreusement dérangé par le bruit des piquets détente antimissiles que les USA comptent bien dresser au dessus des républiques voisines ingrates.


Frais et dispos, lucide et résolu ce géant se défie des allégations américaines, selon lesquelles le bouclier vise à protéger ses alliés européens des menaces iraniennes et déduit que ledit bouclier n’est autre que le complément des manœuvres d’encerclement.


Aussi a-t-il vite pris, en guise de gants, l’Ossétie du sud et l’Abkhasie pour aller démolir furieusement les digues. La Géorgie, cette république du Caucase qui, elle aussi, s’apprête à rentrer dans l’alliance atlantique, constitue, pour lui, une cible privilégiée pour exhiber ses biceps, exprimer son courroux et par conséquent dissuader. Résultat : La jolie petite république appâtée par la richesse et les libéralités de ses conquérants occidentaux a été rouée de coups de la part du jaloux vieux compagnon de route. Suscitant une réaction qui dénote quelque impuissance des prétendants qui — voyant la bien-aimée endurer — ne trouvent rien à faire que d’interpeller de loin pour les uns et accourir à la maison dans l’espoir de s’interposer pour les autres.


Reste à savoir maintenant l’issue que va connaître cette guerre ? Va-t-elle aboutir à évincer le président géorgien ? A entendre les dirigeants russes parler de crime de guerre, cela augure non seulement du départ de Mikaïl Saakashivili mais également de poursuites judiciaires. Cette guerre va-t-elle envenimer les relations russo-occidentales ? Si oui, un séisme géopolitique gagnerait la région, voire le monde entier et bonjour la bipolarité !


Tout ce que l’on sait maintenant, c’est que la malheureuse Géorgie a reçu une bonne volée à cause de ses écarts de conduite et que le géant russe est, apparemment, déterminé à prendre sa revanche, convaincu qu’il est continuellement importuné dans sa posture : extraction de républiques de sous son giron, remontrances au sujet de la guerre de Tchétchénie, bombardement de la Serbie proche, détermination à l’indépendance du Kosovo... Une humiliation somme toute !


Les Etats-Unis d’Amérique qui ont, désormais, le soutien du vieux continent veulent enlacer le monde entier ! Seulement, ont-ils les bras assez longs d’y inclure ce géant, à présent, éveillé ? Ou pourrait-ce être une surestimation de soi, émanation d’erreur de calcul ? Quand on les voit vouloir mener simultanément deux grandes guerres : défier et couvrir de reproches la deuxième superpuissance de la planète et aspirer à éradiquer le terrorisme du monde, on pourrait aisément déceler une aberration, fruit d’une mauvaise appréciation de la situation !


 


Ali AL HARGOUM

Résident marocain en Tunisie


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com