C.A.: Les raisons d’un échec !






Le passage des Clubistes dans la légendaire ville égyptienne d’Alexandrie n’a finalement pas été porteur du bonheur attendu par les supporters de Bab Jedid, dont un nombre impressionnant ont pris d’assaut dimanche dernier, en pleine canicule, les cafés et autres endroits en possession du fameux sésame de la chaîne cryptée qui possédait les droits de retransmission de cette coupe continentale.


 


Tous les espoirs étaient en effet permis avant le coup de sifflet initial de l’arbitre soudanais, malgré les absences annoncées de certains éléments. Les fans des «Rouge et Blanc» avaient tellement confiance en leurs représentants, qu’ils n’ont jamais envisagé  d’être déçus à l’arrivée, d’autant que l’entame des débats  par Lassaad Ouertani, auteur d’un but précoce, et consorts augurait d’un après-midi faste.


Que s’est-il passé par la suite ? Quelles sont les raisons qui ont littéralement paralysé la machine clubiste au point de subir l’ascendant d’un adversaire, somme toute modeste, sans réagir ?


Pour Mounira Elloumi Ben Fadhloun, membre fédéral, qui était parmi la délégation clubiste «c’est par la faute d’une forme physique précaire du groupe. Pour preuve, en première période  nous avons vu à l’œuvre une formation fringante, entreprenante, maîtrisant parfaitement son sujet, mais par la suite tout a foiré subitement. Les Egyptiens sont devenus maîtres de la situation profitant du fléchissement des nôtres qui ont accusé le coup, cédant l’initiative à leurs vis-à-vis, revigorés comme par enchantement après la pause».


Or, au-delà de ce constat, au-delà également des erreurs individuelles invoquées par Abdelhak Ben Chikha, c’est la cohésion, l’homogénéité et la complémentarité des hommes formant la défense qui ont fait défaut et précipité la défaite. C’est aussi l’indigence, désormais alarmante des attaquants, essentiellement Junior Ozagi, qui aurait permis à l’adversaire de reprendre confiance et de revenir de loin pour submerger Oussama Sellami et ses partenaires  dans la mesure où les hommes de l’arrière-garde égyptienne ont évolué en seconde période au niveau de la ligne médiane, créant ainsi le surnombre.


Mais, c’est enfin, sur le plan mental que les Clubistes ont fléchi, à notre avis, pour avoir apparemment cru trop tôt à la victoire et sous-estimé leur adversaire auteur d’un début de saison catastrophique dans la compétition nationale !


Autre insuffisance criarde constatée et qui aurait pénalisé les Clubistes, celle de l’intendance, puisque le staff technique ignorait manifestement la suspension des Mouihbi, El Ifa et Yahia. Il ne l’a appris que lorsque l’administration en aurait été avisée par la CAF quelques jours avant le départ de la délégation !


 


Place au championnat


Rentrés mardi en fin d’après-midi, après avoir effectué la veille une séance de décrassage à Alexandrie, les Clubistes ont repris hier les entraînements au parc Mounir Kebaïli afin de préparer la reprise du championnat, sachant que les protégés de Abdelhak Ben Chikha donneront la réplique, aux Bejaois  à El Menzah.


A l’occasion, le staff technique pourrait disposer de tout son effectif, à l’exception cependant du Camerounais Enamo Mandomo Alexis indisponible pour trois semaines encore...


 

Mansour AMARA


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com