Après ses échecs face aux talibans: La coalition bombarde les civils






* Parmi les victimes 50 enfants et 19 femmes


 


Le Quotidien-Agences


La coalition sous commandement américain a annoncé hier qu'elle avait ordonné l'ouverture d'une enquête, après les affirmations du ministère de l'Intérieur afghan, selon lequel 76 civils ont été tués la veille dans un bombardement dans l'ouest de l'Afghanistan.


Pour sa part, le président Hamid Karzaï a condamné le "martyre de plus de 70 innocents, pour la plupart des femmes et des enfants", dans un communiqué.


La coalition avait indiqué vendredi que 30 insurgés avaient été tués dans un affrontement avec les forces de sécurité afghanes et internationales et des frappes aériennes, dans le district de Shindand.


Mais la police de la région a affirmé que 15 maisons ont aussi été détruites dans les bombardements.


"Soixante-seize personnes, tous des civils et pour la plupart des femmes et des enfants, ont été tués", a assuré le ministère de l'Intérieur dans un communiqué, précisant que parmi les victimes figurent 50 enfants de moins de 15 ans, 19 femmes, 7 hommes.


Il était impossible de vérifier ce bilan de source indépendante, le district de Shindand se trouvant dans une zone isolée où les insurgés sont très bien implantés, mais s'il était confirmé, il s'agirait de la bavure la plus meurtrière des forces internationales depuis le renversement des talibans fin 2001.


"Toutes les accusations concernant des victimes civiles sont prises très au sérieux. Les forces de la coalition font tout ce qu'elles peuvent pour éviter la perte de vies innocentes. Une enquête a été ouverte", a expliqué la coalition dans un communiqué.


Le ministère de l'Intérieur a envoyé une délégation dans la région pour enquêter.


Sur place, une manifestation d'habitants a dégénéré et des soldats afghans ont ouvert le feu, blessant deux personnes.


"Des manifestants ont lancé des pierres sur des soldats afghans, qui ont tiré en l'air pour les disperser. Deux civils ont été blessés et les soldats se sont retirés pour laisser la place à la police", a indiqué le général Akramuddin Yawer, commandant les forces de police dans l'ouest de l'Afghanistan.


Les manifestants scandaient des slogans hostiles à la coalition et au gouvernement de Hamid Karzaï, selon des témoignages recueillis par un correspondant de l'AFP.


La Maison-Blanche avait réagi avec scepticisme vendredi soir aux affirmations venant de sources afghanes. "Les Etats-Unis et l'Otan ont pris des mesures pour éviter la mort de civils. Je serais prudent avec les premières informations venant d'Afghanistan", avait déclaré le porte-parole de la Maison-Blanche, Gordon Johndroe.


La mission des Nations unies en Afghanistan a indiqué qu'elle enquêtait également sur le sujet.


"La question des victimes civiles est si importante que nous recommandons la plus grande vigilance. Mais nous sommes fortement préoccupés par les premières informations faisant état de très nombreuses victimes", a souligné Aleem Siddique, porte-parole de la mission de l'ONU.


Le président Hamid Karzaï a réitéré ses appels à la prudence aux forces internationales, avertissant que de telles bavures risquent de retourner la population contre les soldats étrangers et le gouvernement.


Les forces étrangères en Afghanistan sont régulièrement accusées, parfois à tort, de provoquer la mort de civils dans les affrontements avec les insurgés, essentiellement talibans.


Au cours des quatre premiers mois de l'année 2008, environ 200 civils afghans ont été tués par les forces internationales, la plupart dans des frappes aériennes, avait indiqué à la mi-mai un rapporteur spécial de l'ONU, Philip Alston.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com