LA REVUE HEBDOMADAIRE DES MARCHES au 22/8/2008La bourse de Tunis: Le Tunindex consolide ses positions au-delà des 3200 points avec des volumes conséquents






Tahar El Almi*


 


Dans la zone euro, les échanges internationaux se replient… où l’activité industrielle se contractent… les cours pétroliers sont à la dérive… au même titre que les taux et les devises…


 


Dans la zone euro, le commerce extérieur a enregistré un déficit de 0,1 milliard d'euros avec le reste du monde en juin, comparé à +7,5 milliards en juin 2007, d'après les premières estimations d'Eurostat. Le solde enregistré au mois de mai 2008 était de -3,9 milliards (chiffre révisé d'une estimation initiale de -4,6 milliards), contre +1,2 milliard en mai 2007. Par rapport à mai 2008, les exportations corrigées des variations saisonnières ont augmenté de 1,4% et les importations de 2,9% en juin. Les premières estimations du solde des échanges extra-UE pour le mois de juin 2008 indiquent un déficit de 20,1 milliards d'euros, contre -9,1 milliards en juin 2007. En mai 2008, le solde était de -21,3 milliards (-21,5 milliards en estimation initiale), contre -15,0 milliards en mai 2007. En juin 2008 par rapport à mai 2008, les exportations corrigées des variations saisonnières ont augmenté de 0,5% et les importations de 2,7%.


L’activité du secteur de la construction a baissé de 0,6% en juin dans la zone euro, conséquence du ralentissement de l'économie et de l'éclatement des bulles immobilières dans des pays tels que l'Espagne. Par rapport à juin 2007, le recul de l'activité atteint 2,4%, précisent les statistiques publiées mercredi par Eurostat. L'office communautaire a en outre revu à la baisse les chiffres de mai, qui montrent désormais une hausse de 0,1% seulement, deux fois plus faible qu'annoncé initialement. En juin, les plus fortes baisses ont concerné la Slovénie et l'Espagne, avec des reculs respectifs de 5,8% et 3,1% sur un mois. Pour l'ensemble des 27 pays de l'Union, la baisse de la construction est plus prononcée encore, atteignant 1,5% d'un mois sur l'autre. Ce dernier chiffre traduit notamment un ralentissement marqué au Royaume-Uni, qui souffre lui aussi de l'éclatement de la bulle immobilière: l'activité y a chuté de 5,4% entre mai et juin.


 


Au niveau industriel, la contraction de l'activité en France, s'est confirmée dans les services et s'est accentuée dans l'industrie en France au mois d'août, selon les indices PMI flash publiés par Markit/Cdaf dont l'indice composite retrouve des niveaux à peine supérieur à ceux touchés au lendemain des attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis. Les enquêtes auprès des directeurs d'achat augurent ainsi mal de l'activité de l'économie au troisième trimestre alors que l'Insee a fait état la semaine dernière d'une contraction de 0,3% du Produit intérieur brut au deuxième trimestre et révisé en baisse de 0,1% la croissance du premier trimestre à +0,4%. En Allemagne l'activité dans l'industrie manufacturière s'est contractée en août en Allemagne, pour la première fois depuis trois ans, alors que celle des services a cessé de croître sur des anticipations pessimistes, montrent les indicateurs instantanés. L'indice RBS/Markit "flash" du secteur manufacturier est ressorti à 49,9 contre 50,9 en juillet, en-deçà du consensus qui était de 50,5 et pour la première fois depuis août 2005 sous la barre des 50. L'indice flash des services a reculé à 50,6, son plus bas depuis janvier 2008, contre 53,1 en juillet et une prévision moyenne des économistes à 52,2.


 


Au Royaume Uni, l'économie britannique a stagné au deuxième trimestre par rapport aux trois premiers mois de l'année, selon une nouvelle estimation de l'Office national de la statistique (ONS) révisée à la baisse. La croissance séquentielle du produit intérieur brut (PIB) avait été annoncée en première estimation à 0,2%, et les économistes interrogés par Reuters s'attendaient à une révision à la baisse, mais moins prononcée, à +0,1%. La stagnation du deuxième trimestre constitue la plus mauvaise performance depuis le 2e trimestre de 1992. Sur un an, le taux de croissance du deuxième trimestre a été lui aussi revu à la baisse et ressort désormais à 1,4%, au plus bas depuis le quatrième trimestre de 1992, contre +1,6% en première estimation et +1,5% attendu. La livre Sterling et l'indice FTSE 100 des principales valeurs britanniques ont entamé un mouvement de repli après la publication de cette statistique qui a conforté l'idée que le coût du crédit devra baisser pour d'éviter un ralentissement profond et prolongé. "Une baisse des taux est à l'ordre du jour, bien qu'il y ait peu de chances qu'elle intervienne tant que l'on aura pas atteint le pic de l'inflation", commente Brian Hillard, économiste à la Société générale. La Banque d'Angleterre tient déjà compte de l'hypothèse d'une stagnation de l'économie au cours de l'année à venir. Elle a de surcroît déjà déclaré que la croissance devait ralentir pour freiner l'inflation. Le secteur britannique des services, habituellement l'un des moteurs de l'économie, n'a crû que de 0,2% au deuxième trimestre, soit le rythme le plus faible depuis le quatrième trimestre 1995.La production industrielle a reculé de 0,8%, ce qui constitue sa progression la plus lente depuis les trois premiers mois de l'année 2005.


 


Dans l’ensemble de la zone euro, les commandes à l'industrie ont reculé en juin de 0,3% par rapport à mai, moins que prévu, rapporte l'agence Eurostat. Comparées à juin 2007, elles ont chuté de 7,4%.Les économistes interrogés par Reuters anticipaient un repli mensuel de 1,1% et un recul annuel de 6,3%.Eurostat a également révisé à -5,4% le chiffre du mois de mai, initialement ressorti à -3,5%.Si l'on exclut les commandes traditionnellement volatiles de bateaux, de trains et d'avions, les commandes à l'industrie ont augmenté en juin de 0,6% d'un mois sur l'autre et n'ont reculé que de 1,5% par rapport à 2007.


Aux Etats-Unis, le recul de la consommation américaine et d'autres pays industrialisés, conjugué au ralentissement global de l'économie pèsent sur les cours, mais la croissance vigoureuse de l'économie chinoise a l'effet inverse. Lundi, Richard Fischer, président de la Fed de Dallas, a déclaré que la croissance chinoise était en mesure de stimuler la demande globale en énergie, ce qui aurait des implications claires sur les prix à long terme du pétrole.


 


Pétrole : Le prix du baril de pétrole poursuit sa hausse mercredi matin, aux alentours de 115 dollars pour le brut léger américain, la faiblesse du dollar ranimant les achats de matières premières. Vers 5h20 GMT, le contrat septembre sur le brut léger américain prenait 55 cents, soit 0,48%, à 115,08 dollars le baril et le baril de Brent pour livraison en octobre gagnait 45 cents (0,40%) à 113,70 dollars."Le marché peut encore progresser mais pas tant que cela, en raison des mauvaises perspectives économiques (des pays développés)", estime Gerard Rigby, chez Fuel First Consulting, à Sydney. Le dollar, la devise dans laquelle sont libellés les achats pétroliers, reste ferme aux alentours de 1,47 dollar pour un euro mais s'est stabilisé. Les investisseurs guettent de nouveaux signes de ralentissement économique de la zone euro et des indices d'une éventuelle baisse de taux d'intérêt de la Banque centrale européenne. Les intervenants se tournent maintenant vers le point hebdomadaire de l'EIA sur les stocks pétroliers américains, attendus à 14h35 GMT. Le marché anticipe une hausse de 800.000 barils des réserves de brut à la faveur d'un rebond des importations retardées par les récentes tempêtes. Les stocks de produits distillés sont eux attendus en hausse de 400.000 barils et ceux d'essence en recul de 2,7 millions de barils."Si les stocks pétroliers baissent, je table sur une hausse des cours mais dans la fourchette de 118-120 dollars", prévoit Rigby. "Si les stocks progressent ou sont stables, j'anticipe des cours vers les 112-113 dollars". Le pétrole est retombé de plus de 20% de son record historique à plus de 147 dollars le baril inscrit le 11 juillet, mais il reste en hausse de 15% depuis le début de l'année, pour un prix près de six fois supérieur à ce qu'il était en 2002.Selon MasterCard, malgré la récente détente des prix à la pompe, la demande américaine en essence a encore chuté de 7,8% la semaine dernière par rapport à la période correspondante de 2007.


A la clôture de la semaine, les prix du brut amorcent un retrait au lendemain d'une séance marquée par un rebond fulgurant dans le sillage de la baisse du dollar et des tensions entre les Etats-Unis et la Russie. Jeudi, la Russie, deuxième exportateur mondial de brut, a annoncé qu'elle ne se contenterait pas de protestations diplomatiques après la signature d'un accord entre les Etats-Unis et la Pologne au sujet du projet américain de bouclier antimissile. Les observateurs sont divisés quant aux conclusions à tirer du rebond de 5% observé jeudi. Certains pensent qu'il s'agit d'une hausse passagère, tandis que d'autres, tels que Goldman Sachs, estiment que les fondamentaux du marché favorisent un rebond plus durable. Edward Meir, analyste chez MF Global, considère que la hausse de six dollars enregistrée jeudi n'était qu'un sursaut dans un contexte général baissier."Notre opinion négative sur le marché est basée sur notre conviction que la flambée d'hier était tout à fait excessive", dit-il. L'analyse de la demande chinoise en brut pourrait venir conforter cette idée. Si la demande en brut y a atteint un plus haut de deux ans au mois de juillet, c'est avant tout parce que le pays souhaitait constituer des réserves avant l'ouverture de Jeux olympiques de Pékin, estiment certains traders, qui pensent que les achats chinois de pétrole risquent de s'effondrer sitôt la fin de l'olympiade.


Taux et Devises : l’euro reculait très légèrement face au dollar vendredi matin, le billet vert continuant néanmoins de souffrir des inquiétudes sur l'économie américaine et le secteur bancaire. La devise européenne était stable face au yen, à 161,93 yens pour un euro contre 161,60 yens jeudi soir. Le dollar pour sa part montait face à la monnaie japonaise, à 109,21 yens pour un dollar contre 108,46 yens jeudi. Après avoir nettement rebondi la semaine dernière, le billet vert a replongé face à l'euro cette semaine. "Le dollar a été sapé par la résurgence du cerle vicieux qui l'avait propulsé à des plus bas historiques", a expliqué Lee Hardman, économiste de Bank of Tokyo-Mistubishi. Le 15 juillet, le billet vert avait touché 1,6038 dollar pour un euro, un plus bas historique face à l'euro, au terme d'une longue descente aux enfers due à la profonde crise financière et immobilière éclatée aux Etats-Unis l'été dernier. "Les fortes inquiétudes sur la santé du secteur financier n'ont jamais vraiment disparu et elles sont revenues à la surface à l'occasion de la levée de capitaux manquée de la banque Lehman Brothers", a développé Lee Hardman. Les inquiétudes sur la banque d'affaires américaine Lehman Brothers sont en effet montées d'un cran après l'annonce d'un échec des discussions qu'elle menait avec des investisseurs sud-coréens et chinois pour leur vendre jusqu'à 50% de ses actions, et alors que les analystes s'attendent à de nouvelles dépréciations.


 


Tunisie :


Sur le marché » monétaire, la semaine s’est clôturée sur un volume global de refinancement à (-771,4) : à la date du 21/08/2008), tend  à abaisser le Taux de Marché Monétaire (TMM) à 5.13%.


Enfin, sur le marché des changes, le Dinar (au 18/08/2008) s’est déprécié par rapport à l’Euro et aux Yens Japonais et il s’est apprécié  par rapport au dirham Marocains et au dollar Américain


 


A la BVMT :


La séance du 18 aout 2008 s’est soldée par Une balance des variations à la clôture de la séance: 26 titres à la hausse et   12 à la baisse : le Tunindex a clôturé la séance à : 3172.42 points.


La séance du 19 aout 2008 s’est soldée par une balance des variations à la clôture de la séance: 26 titres à la hausse et  14 à la baisse : le Tunindex a clôturé la séance à 3233.44 points.


La séance du 20 aout 2008 s’est soldée par une balance des variations à la clôture de la séance: 25 titres à la hausse et 13 à la baisse : le Tunindex a validé sa position à 3168.88 points. 


La séance du 21 aout 2008 s’est soldée par une balance des variations à la clôture de la séance: 10 titres à la hausse et 26 à la baisse : le Tunindex a validé sa position à 3199.48 points. 


La séance du 22 Aout 2008 s’est soldée par une balance des variations à la clôture de la séance: 13 titres à la hausse et 21 à la baisse : le TUNINDEX a consolidé sa position à 3220.50 points. 


On retiendra de la semaine,


Globalement, la  légère baisse  des taux et une liquidité des agents, stabilisée, contribuent à la reprise de la progression des cours sur le marché des actions.


 


A la BVMT, au 22/08/2008. Le marché reste fébrile et haussier, pour se maintenir dans sa zone haute du couloir à 200 jours et à 50 jours. Les récents rebonds des cours, trouvaient leur origine plus dans les rééquilibrages des liquidités des agents et dans des prises de bénéfices. Ils ont cédé la place à des rallyes baissiers sous tendus par des prises de bénéfices.


 


INDICES SECTORIELS au 22/8/2008:   


Tous les secteurs sont concernés par des arbitrages : cinq sont à la hausse et quatre à la baisse. Au niveau des variations annuelles, on notera : sept secteurs en hausse, contre deux à la baisse. Sur l’ensemble de la semaine (quatre jours de bourse), 74 panneaux étaient à la hausse, contre 28 à la baisse, avec  comme résultats des courses, 3.1% de hausse du Tunindex d’une semaine à l’autre.


La semaine a été copieusement haussière, avec 4/4 séances de hausse à la clôture de la semaine.


Depuis la mi-mai, le marché boursier affiche une configuration relativement volatile à tendance mitigée dans un couloir en deçà des 3100 points. Néanmoins, au cours des 20 dernières séances de bourse, la volatilité s’est transformée en rallye haussier avec franchissement de la ligne de résistance à la hausse au-delà des 3000 points, et à plusieurs reprises. Le Tunindex reste sous-tendu des forces d’achat et de vente relativement fortes et très sensibles à la surliquidité des agents.


 


La semaine au 22/08/2008, suggère une phase de consolidation dans la zone haute du couloir à 50 jours de bourse, avec rebonds et de reprises haussières prudentes qui semblent tirer les cours à la hausse en deçà de la ligne de résistance à 3235 points. Il semblerait que les prises de bénéfices qui ont profité aux panneaux les plus en vue, et qui ont été suivies par des réajustements de portefeuille et de rééquilibrages dont l’origine se trouve dans les détentes sur les liquidités des agents. En attendant, le franchissement haussier de la ligne de résistance à 3200 points est confirmé : le Tunindex pourrait se stabiliser dans la zone basse de son couloir à 3200-3250 points.


 


______________________


 


* N.B. Les informations et analyses diffusées par « LE QUOTIDIEN – PERSPECO » ne constituent qu'une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité du « QUOTIDIEN – PERSPECO » ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l'utilisation des informations et analyses par les lecteurs. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter.


 


______________________________


 


Au niveau des cours, la semaine a révélé un certain nombre  de panneaux à surveiller, notamment:


AB : Avec une bonne performance économique et financière, le titre peut prétendre à plus.


Avis: Prendre ses bénéfices


ADWYA : Titre performant, il semble se stabiliser en zone de vente..


Avis: Prendre ses bénéfices


AL : relativement devenu trop volatile, titre performant… il peut promettre.


Avis: Prendre ses bénéfices/


ALKIM : Résolument baissier en zone de vente, trop volatile et risqué, le titre tend à vouloir sa ligne de résistance.


Avis: conserver


ASSAD : Titre haussier dans sa phase ascendante.


Avis: Prendre ses bénéfices


AST : Titre trop risqué, … visibilité médiocre…


Avis: conserver


ATB : performant en zone de vente, tendrait à changer de palier…


Avis : Accumuler


ATL : très volatile mais le titre est considéré comme porteur.


Avis : conserver


BH : En zone médiane, le titre se retrouve en consolidation haussière.


Avis : conserver


BIAT : Titre en zone médiane. Il affiche une tendance baissière. Le titre tend à reprendre son souffle.


Avis : Achat sur repli/         conserver/


BNA : En zone médiane. Il a réalisé une bonne performance boursière.


Avis : Achat sur repli/         conserver/


BT : Indicateurs d'activité du 1er trimestre 2008: Le PNB de la banque en hausse de 6,1%


Tendance haussière.


Avis : Prendre ses bénéfices/


BTE :  Indicateurs d'activité du 1er trimestre 2008: Le Produit net bancaire en hausse de cours de 27,1% du premier trimestre 2008 à 3,426 MD.


Tendance haussière en zone médiane. Une excellente performance boursière.


Avis : Achat sur repli/


CIL : Tendance haussière accélérée. Une excellente performance boursière.


Avis : Prendre ses bénéfices


GIF : Tendance baissière même si le titre se reprend en zone médiane. Bonne visibilité.


Avis : Achat sur repli


ICF : Après une tendance haussière très accentuée, le titre se replie.


Avis: Prendre ses bénéfices


KAIR : Tendance baissière. Le titre se retrouve en zone médiane, relativement volatile.  Le titre se défend laborieusement des forces de vente avec des indicateurs boursiers relativement bons. Il devrait se reprendre au cours des semaines à venir.


Avis: conserver


LSTR : Le titre est relativement peu volatile. Il affiche une tendance légèrement baissière. Les performances économiques et financières sont à la mesure des investissements réalisés en 2006 et en 2007. On peut préjuger d’une bonne tenue à venir du titre.



Avis: Achat sur repli


MAG : Titre hautement volatile et risqué d’autant plus qu’il affiche une tendance baissière depuis le début de l’année. Il confirme sa phase ascendante pour se positionner en zone de vente.


Avis : conserver/     Achat sur repli/


MGR : Titre relativement volatile mais tend à se stabiliser. Il affiche une tendance haussière. Depuis le 07/01/08, il est dans sa phase de repli pour se positionner dans la zone médiane.


Avis : Achat sur repli


MNP : Titre volatile, il tend à se stabiliser en zone de vente. Il affiche une tendance résolument haussière dans sa zone ascendante. Le titre affiche une performance financière et boursière exceptionnelle.


Avis : conserver


SFBT : Titre relativement volatile mais tend à se stabiliser. Il affiche une tendance baissière en zone haute. Le titre est porteur, mais relativement risqué.


Avis: Prendre ses bénéfices


SIAME : Titre relativement volatile et risqué. Il affiche une tendance résolument baissière. Le titre est dans une phase de reprise non confirmée. Le cours est en phase intermédiaire.


Avis : conserver


SIMPA : Titre relativement volatile. Il affiche une tendance descendante dans une phase de turbulences.


Avis : Achat sur repli


SIPHA : Titre à tendance résolument baissière. Il est en phase baissière. Le titre a affiché une contre performance boursière relativement importante. En Zone intermédiaire.


Avis : conserver


SITS : Titre à tendance résolument baissière, avec rebonds. Il est en phase baissière. Le titre a affiché une contre performance boursière relativement importante. En Zone d’achat.


Avis : Achat sur repli


SOKNA : Résultat net en hausse de 63,5% au 31 décembre 2007.


Le résultat net de la société est passé de 1,119 MD en 2006 à 1,830 MD à fin 2007, soit une progression de 63,5%. ESSOUKNA a dégagé un résultat d’exploitation de 2,774 MD au 31 décembre 2007, en hausse de 35% par rapport à celui en registré en 2006.


Titre relativement peu volatile. Il affiche une tendance baissière avec rebond technique.


Avis: conserver


SOMOC : Franchissement du seuil de 10% directement à la Baisse le 14/02/2008.


 Le titre est attaqué, il  tend à se stabiliser temporairement au plus bas de sa zone d’achat.


Avis: Achat sur repli


SOTET : Titre relativement volatile. Il affiche une tendance baissière. Depuis mi-décembre, il est dans sa phase de repli.


Le titre se retrouve au plus bas dans sa zone d’achat. Le titre se voudrait performant à condition que les résultats de leur activité soutiennent les forces d’achat. En attendant, …


Avis : conserver


SOTUV : Titre très volatile et risqué. Il se retrouve en zone intermédiaire.


Avis: conserver/      Accumuler/


SPIDIT : Titre peu performant avec une volatilité relativement prononcée. Affichant une tendance fortement descendante, le titre est dans sa phase de repli et  se retrouve au plus bas de sa zone d’achat. sa bonne visibilité plaide pour lui…


Avis : Achat/ Accumuler/


STAR : Très trop volatile et risqué. Avec une tendance résolument haussière. Il est dans une phase descendante. Le titre affiche une performance boursière exceptionnelle.


Avis: Achat sur repli/          Accumuler/


STB : Titre relativement volatile. Il affiche une tendance stable en phase de repli. Le titre se retrouve en zone intermédiaire.


Avis: Achat sur repli/          Accumuler/


STEQ : Titre relativement volatile. Il est en zone d’achat et tend au rebond, ayant réalisé une bonne performance boursière.


Avis: Achat sur repli/          Accumuler/


STIP : Titre très volatile et risqué. Il affiche une tendance baissière pour se retrouver au plus bas de son couloir médian.


Avis: Achat sur repli/          Accumuler/


STPIL : Titre relativement volatile et risqué. Il affiche une tendance haussière en zone d’achat, malgré que sa mauvaise visibilité qui plaide contre lui.


Avis : conserver


TAIR : Titre moins volatile. Il affiche une tendance mitigée, mais avec des fondamentaux jugés bons et une bonne visibilité.


Avis : conserver


TINV : Titre très volatile et trop risqué. Il tend à se stabiliser en zone en vente ayant réalisé une bonne performance boursière depuis début novembre.


Avis : Accumuler


TJARI : Le titre reste très volatile mais tend à se stabiliser. Il affiche une tendance haussière pour se retrouver en zone de vente. Très bonne performance boursière depuis début novembre.


Avis: Prendre ses bénéfices


TJL : Titre volatile et risqué. Il est dans sa phase de consolidation.


Avis: conserver


TLAIT: Titre trop volatile et trop risqué. Le titre est sur sa phase de consolidation en zone médiane.


Avis : conserver


TLS : Titre relativement peu volatile en zone de surachat.


Avis : Prendre ses bénéfices


TPR : Titre dynamique: il affiche une tendance résolument haussière et un semblant de phase de repli.


Avis : Accumuler


UBCI : Titre moins volatile et moins risqué. Il affiche une tendance haussière sur 200 et sur 50 jours, pour se situer en zone de surachat.


Avis : Prendre ses bénéfices


UIB : Titre relativement volatile et risqué. Il fait l’objet de transactions relativement fournies. Il affiche une tendance résolument baissière sur 200 et sur 50 j pour se retrouver sur sa zone médiane. Sa très bonne visibilité plaide pour lui.


Avis : Achat sur repli/         Accumuler


WIFAK : Titre relativement volatile. Il affiche une tendance haussière, dans une phase de reprise pour se retrouver dans sa zone surachat.


Avis : Prendre ses bénéfices


 


____________________________


 


* Traitement des données et diagnostic Aïda Chérif, analyste au « Laboratoire Euro-Méd. d’Analyses Economiques »  www.perspeco.com


* analyse : « LE QUOTIDIEN » : http://www.lequotidien-tn.com/


 


On retiendra de la semaine:


Au niveau international :


* Le brut reste sur une tendance incertaine;


* Les marchés financiers tendent vers le rouge, sont tiraillés entre les la publication de statistiques médiocres, la reprise de la hausse des cours pétroliers et la menace de nouvelles faillites bancaires aux Etats-Unis.


Au niveau national :


* la contrainte monétaire cède le pas à la relaxation puis à la correction des liquidités, pour ralentir la demande globale intérieure en deçà de l’emballement des prix;


* la relaxation toute relative des taux et le desserrement des liquidités des agents sous tendent les transactions de titres tous secteurs confondus, avec une tendance aux redémarrages des arbitrages sur des titres jugés performants et moins risqués. 

* le marché boursier de Tunis, à balance orientée « achat», confirme son établissement dans un couloir 3200-3250 points.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com